Site icon Lubie en Série

Première découverte de La Quatrième Dimension ou The Twilight Zone en 2019 !

En 1959, je n’étais pas un projet et loin de naître alors oui, j’ai loupé le phénomène The Twilight Zone ou La Quatrième Dimension, le titre français (une époque où on se donnait la peine de traduire intelligemment les titres de séries en français). Après, vous allez me dire, j’aurais pu trouver le moyen de voir les épisodes de mon vivant. C’est vrai, mais si je dois faire ça pour toutes les séries avant ma naissance et suivre en plus, celles actuelles, concrètement, je ne dors plus, je ne mange plus et je fais rien d’autres comme activité. Humainement, ce n’est pas possible donc les reboots peuvent être alors être utile pour remettre en lumière des séries du passé. Et je crois bien que The Twilight Zone se défend bien en reboot…

 

« Apprêtez vous à entrer dans une nouvelle dimension, qui ne se conçoit pas seulement en terme d’espace, mais où les portes entrebâillées du temps peuvent se refermer sur vous à tout jamais… La Quatrième dimension ! »

 

The Twilight Zone est apparu sur les antennes de CBS en 1959 avec le narrateur Rod Serling (voix française Guy Chapellier). La Quatrième Dimension s’est éteinte en 1964 pour laisser place à La Cinquième Dimension en 1985 et qui s’est éteinte en 1989 pour laisser place à La Treizième Dimension en 2002 sur la feu chaîne UPN. Depuis 2003, plus de Twilight Zone. Mais, 60 ans après l’original de 1959, Jordan Peele, comédien de renom et le producteur Simon Kinberg décident de réanimer The Twilight Zone avec l’aide de CBS, sa chaîne des débuts. Ainsi, Jordan Peele endosse le rôle du narrateur autrefois assuré par Rod Serling. Il s’agit de la quatrième version de The Twilight Zone, en plus, de deux films réalisés dessus. Jordan Peele et Simon Kinberg proposent leur propre histoire à la sauce The Twilight Zone et parfois, ils reprennent une idée et la réadapte aux temps modernes, c’est le cas de l’épisode 2 intitulé « Nightmare at 30, 000 feet » (« cauchemar à 30 000 pieds ») inspiré de l’épisode 3 de la saison 5 intitulé « Nightmare at 20,000 feet » (« cauchemar à 20 000 pieds).

Avis sur un épisode de The Twilight Zone 2019

C’est cet épisode que j’ai eu la chance de découvrir à Séries Mania en avant-première. Puis, j’ai pu discuter de ce même épisode avec Adam Scott, rôle principal de cet épisode spécial dans les airs. Honnêtement, en me lançant dans l’aventure, je me suis dit que j’allais avoir peur et comme je suis une flippette, j’allais être servie. En effet, j’avais cette image de The Twilight Zone comme étant de la science-fiction d’horreur. Cette spirale psychédélique sur laquelle se trouvait le visage dans de Rod Serling dans de nombreux visuels de l’époque ne m’inspirait pas du tout. Même si je n’étais pas rassurée pendant tout l’épisode, j’ai été agréablement surprise ! Cette histoire d’avion avec ce type parano qui écoute un podcast prédicateur a su captiver mon attention. En plus, ce qui est bien c’est que Justin joué par Adam Scott pense pouvoir prévenir les événements d’arriver dans le but de sauver tout le monde mais sa mauvaise interprétation des paroles le fait échouer dans sa mission et il ne voit pas venir ce qui était prédit dans ce fameux podcast. La fin est assez puissante et angoisse. C’est une bonne fin qui vous fait réfléchir sur tous les événements antérieurs. Cet épisode de The Twilight Zone nouvelle génération est bien ficelée. En plus, on apprécie ce côté hors du temps de cet épisode qui se suffit à lui-même. En effet, le podcast écouté par Justin paraît vieux, vintage et pourtant, il ne peut pas venir des années 70 ou 80 car les mp3 n’existaient pas à cette époque. Il y a un jeu pour tromper le téléspectateur sur la dimension dans laquelle il se trouve.

Cependant, jugé une série d’anthologie sur un seul épisode n’est pas possible. Peut-être que je suis tombée sur un bon épisode et les autres épisodes seront moins bien ou encore mieux ? Qui sait ? Personnellement, je suis plus adepte de l’anthologie sur une saison et je préfère cent fois les séries qui ne sont pas des anthologies car j’aime tellement suivre des personnages à travers les saisons. Alors, rien ne me pousse à poursuivre l’expérience The Twilight Zone. Cet épisode m’a suffi. Puis, il y a pas cet effet « drogue » que Black Mirror, série d’anthologie a su créer et peut-être moins The Twilight Zone pour le moment…

Quitter la version mobile