Lubie en Série

Canneseries saison 1 – Jour #7

Les équipes de Safe sont arrivées sur la croisette ce qui nous a valu deux superbes masterclasses, une de Harlan Coben et une de Michael C.Hall. Puis, la compétition officielle de Canneseries continue avec les trois dernières séries présentées, une série norvégienne, une israélienne et une belge.

Masterclass Harlan Coben

Monsieur Harlan Coben est non seulement très bon romancier et scénariste de série mais il est aussi un excellent orateur. Ce n’est pas ma première masterclass avec lui et à chaque fois, je suis impressionnée par son charisme et en plus, j’apprends toujours quelques choses avec lui. Pour Safe, son dernier projet en date et présenté à la clôture du festival Canneseries, l’auteur a décidé de reprendre la même équipe que The Five avec Daniel Brokcklehurst pour l’accompagner à l’écriture. Il nous apprend que c’est Michael C.Hall lui-même qui a demandé à jouer le rôle de Tom dans la série et quand il l’a su, Harlan Coben s’est rendu à Londres pour le rencontrer et discuter du rôle. Quant au choix d’Audrey Fleurot, il dit : “Audrey Fleurot est une actrice incroyable, je l’ai vu dans Engrenages et c’est pourquoi je voulais l’embaucher”. Même si le livre reste sa priorité, Harlan Coben prend plaisir à écrire des séries et il aime bien faire une saison de 8 épisodes. La saison 2 n’est pas forcément une évidence pour lui car il veut proposer un début et une fin à ses téléspectateurs avec des réponses. La saison 2 n’est pas une obligation selon lui sauf si une réelle bonne histoire à raconter. Par exemple, pour The Five, il a estimé que ce n’était pas le cas. Voici, sa vision de l’écriture télé et romanesque : “N’oubliez pas de réaliser une bonne histoire…mais divertissez les gens en premier”. Enfin, le petit mot sur nos scénaristes français un peu trop peureux selon  lui et voici un très bon conseil de sa part : « Les scénaristes français devraient être plus forts face aux diffuseurs. Ils ont l’air d’enfants abusés ou de battus pour leurs épouses tellement ils ont peur » dit Harlan Coben au vue de son expérience française.

Masterclass Michael C.Hall

Si vous avez aimé l’humour de Dexter, vous aimerez celui de Michael C.Hall qui est tout aussi amusant. D’ailleurs, en parlant de Dexter que pense Michael C.Hall de la fin de la série si controversée : “A la fin de la saison 7, je savais où il en serait mais comment il allait en arriver là, c’était le travail des scénaristes. Je défend l’idée que Dexter s’est imposé à lui-même cet exil. Je sais que ce n’était pas satisfaisant pour beaucoup de gens mais ça fait sens pour moi qu’il l’aurait pu faire ça”. J’avoue je n’ai pas osé la question sur la fin de Dexter alors j’ai posé une question sur sa saison préférée et son travail avec John Lithgow, le terrible tueur de la saison 4 : “Je dirai que ma saison préférée se situe entre la 1 et la 4. Travailler avec John Lightgow était incroyable, en dehors du fait qu’il soit un super acteur, c’est un homme tellement sympathique. Il approchait son rôle sous la forme du jeu et du recul, il ne se prenait pas trop au sérieux. Il jouait un personnage très sombre mais on s’est tellement marré. On devait tous les deux simuler des choses horribles et après on rigolait ensemble. Il nous a rappelé que l’amusement était essentiel dans notre travail”. Dexter a occupé une grande partie de notre discussion ce qui est bien normal après 8 saisons avec ce personnage culte, Michael C.Hall a dit quelques mots sur Safe, un beau projet pour lui. Concernant une reprise de son rôle de Dexter, il répond : “Ne jamais dire jamais mais je ne serai vraiment pas comment il pourrait revenir. Je ne vois pas actuellement quelque chose qui vaille le coup qui me serait présenté”. Aimeriez-vous le retour de Dexter ? il rétorque : “Peut-être. Franchement, je ne sais pas”. Bref, maintenant c’est Safe et plus tard on verra si Dexter mérite un comeback sachant que bûcheron peut-être, il est en vie !

 

State of Happiness

avis : Une crise économique à échelle humaine, c’est ainsi que je décrirai cette série. Les enjeux du pétrole et son impact sur un ville est très intéressant. En fait, la série prend le problème à taille humaine avec des personnages dont on se sent assez proches. Ainsi, la situation économique devient plus concrète aux yeux du téléspectateur. C’est une série dramatique mais à la fois jolie et surtout ça change des thrillers norvégiens.

Série norvégienne
8 x 45 min

 

Miguel

avis : Le thème de l’adoption est toujours touchant mais d’habitude tout finit en happy end. Là, c’est le contre-pied, cette adoption n’est pas si simple sans être négative mais cela montre une réalité peut-être moins glamour. C’est original, le parallèle entre Miguel et Tom. C’est une belle histoire avec un scénario bien construit. Un bon pilote qui m’a captivé.

série israélienne
6 x 38 min

 

Undercover

avis : Au départ en voyant les deux asiatiques entrain de faire de la meth, j’ai pensé Breaking Bad puis après l’élaboration du plan sous couverture j’ai pensé à The Americans. L’histoire est bien ficelée et parfois, on a l’impression de deviner le déroulé des événements mais finalement c’est un autre scénario qui est emprunté pour complexifier l’histoire comme il faut. On aurait pu imaginer que les agents Anouk et Peter n’allaient pas s’entendre au début puis après tout irait bien mais non leur relation est bien complexe et intéressante que prévue. Le cliffhanger de ce pilote est pas mal même si je m’en doutais car l’acteur qui joue Marc, je le vois dans toutes les séries belges française ou flamande et il a toujours un rôle non négligeable. Mais pour les non-connaisseur, ils seront surpris du double jeu du soi-disant gentil Marc. Une série d’espionnage peu plus authentique avec moins d’effets de glamour mais ça fonctionne vraiment bien.

Série belge (flamande)
10 x 50 min

 

Exit mobile version