Site icon Lubie en Série

Clément Aubert, commandant de Missions

clément aubert missions

Une mission française sur Mars, ça existe ! C’est une fiction appelée Missions. Clément Aubert a choisi de partir en Missions. Qui est le personnage de Simon ? Le comédien vous dévoile les secrets de son personnage et de sa mission martienne.

 

Comment et pourquoi on accepte un mission pour Mars ?

Clément Aubert : « Déjà parce que l’on rêve d’aller sur Mars. C’est la première fois que l’on me propose en tant qu’acteur, un casting de cette envergure-là c’est-à-dire une vraie série d’aventure. Il y a une part de rêve de gamin c’est-à-dire que c’est comme quand on jouait aux cowboys et aux indiens, on jouait aussi aux astronautes. C’est hyper agréable de pouvoir plonger là-dedans ».

 

Votre personnage prend la place du commandant malgré lui car celui en poste décède dès le premier épisode. Pensez-vous qu’il a la carrure pour ce poste ?

Clément Aubert : « C’est étonnant. Ces mecs ont été forcément formés pour être commandant possiblement dans cette capacité de pouvoir l’être. En revanche, là ça se passe très vite dans des circonstances qui sont très compliquées, ils sont dans des conditions de survie totale et forcément pouvoir s’imposer c’est autre chose. Les gens de l’équipage, il y en a certains, c’est des amis, des gens qui l’a fréquenté et donc prendre une décision et dire t’as raison. Son premier choix est quand même celui de sacrifier le commandant, c’est un choix crucial. Donc, pour se donner de la crédibilité auprès des autres, c’est quand même très complexe. Au départ, il y a un côté show off dans ce personnage. Un homme qui s’aime bien, en tout cas, en surface. Il déconne. Il aime bien faire son petit caïd. Finalement, ses responsabilités le rattrapent, ces choix-là le rattrapent et petit à petit ça l’humanise de plus en plus parce que là où il y avait une vraie carapace d’américain entre guillemets, il se francise de plus en plus et notamment car il y a un vrai lien qui se fait avec le personnage principal de Jeanne. il y a une sorte de fascination chez cette fille-là. Lui qui est très simpliste dans ses choix et ses visions finit par être un peu plus complexe ».

 

Est-ce que Simon prend sa revanche sur le feu commandant ? Comme s’il s’appropriait tout ce qu’il avait le leadership et Jeanne ?

Clément Aubert : « Quand on a réfléchi le personnage, je n’ai pas du tout imaginé ça. Il y a eu vraiment Jeanne. C’est vrai que quand on se met à la place du téléspectateur, il peut y avoir effectivement cette idée qu’il récupère un peu la place. Mais, en même temps, il n’a aucune relation charnelle avec Jeanne ».

 

Missions science-fiction !

 

Comment on survit dans la combinaison d’astronaute ?

Clément Aubert : « Au tout début, c’était très intense dans les espaces fermés du vaisseau. Je trouvais que c’était très anxiogène en terme de respiration. On enlevait les casques dès qu’on pouvait toutes les deux secondes. Étonnamment, lors du tournage au Maroc à Warzazat, le fait d’être libéré de cette contrainte de décor et d’être en extérieur et d’avoir un champ de vision beaucoup plus large. J’ai trouvé ça beaucoup moins difficile. Peut-être aussi par habitude à force de porter la combinaison. J’ai pas senti de difficulté parce qu’il faisait tellement chaud donc chaud pour chaud, on s’en sort comme on peut. Puis, il y avait cette envie parce qu’on était pris par des contraintes de temps, de tourner les scènes et de ne pas trop pensé à soi et son petit confort personnel ».

 

Est-ce que le fait que ce soit un projet de série de science-fiction à la française, ça ne vous a pas effrayer ?

Clément Aubert : « J’avais déjà vu le travail d’Empreinte Digitale*. J’ai des amis qui étaient dans le projet et j’ai lu le scénario. Il y a le directeur de casting que je connais bien qui me l’a très bien vendu. Le scénario sur papier m’a énormément plu mais après je me suis dit, je ne sais pas comment ils vont faire. C’est quitte ou double soit on rentre dedans et ça tient soit cela devient le projet le plus cheap de l’histoire de la science-fiction. Comme il y avait une envie commune, un groupe. Puis, effectivement c’est des contraintes qui y a pu avoir qui sont des contraintes de budget ou de choses comme ça. Finalement, ça développe une énergie commune pour sortir le meilleur d’un projet ».

*producteur de la série

Saison 2, vous signez ?

Clément Aubert : « Bien évidemment ! »

 

selon vous, si l’Homme va sur Mars que trouvera-t-il ?

Clément Aubert : « Des cailloux ». 😀

 

? A voir sur OCS !

Quitter la version mobile