Site icon Lubie en Série

Coup de projecteur sur Dix Pour Cent !

Le travail sur Dix pour Cent a commencé en 2011 sur Canal Plus et finalement, France 2 récupère le bébé car l’écriture prenait un peu trop de temps pour la chaîne cryptée et artistiquement, le projet était trop différent des ambitions de la créatrice Fanny Herrero et ses producteurs. Dominique Besnebard (et Michel Vereecken et Julien Messemackers ) est l’homme derrière Dix Pour Cent : une série inspirée de sa carrière d’agent. Une réputation dans le milieu telle que les invités des épisodes ont tout de suite adhéré (même si Laetitia Casta s’est permise de refuser) à ce projet qui consistait à jouer en auto-dérision son propre rôle. Même Cédric Klapisch et deux autres réalisateurs de renom Lola Doillon et Antoine Garceauont ont accepté le challenge. Alors pourquoi autant de projecteurs autour de Dix Pour Cent ?

Tout le monde voit le métier d’agent ce que ça représente grosso modo. Mais quelle est la réalité ? Est-ce un métier aussi glamour qu’il y paraît ? Ce sont tout de même des gens qui fréquentent les plus grandes stars et qui sont même ami avec ! Dix Pour Cent raconte un métier et tout n’est pas aussi brillant derrière les paillettes. Être agent c’est un métier avant tout humain qui consiste à materner les célébrités. Même si la série joue la carte de l’humour, certains scènes sont véridiques. La source principale de la série étant Dominique Besnehard. Quand Audrey Fleurot a des soucis d’impôts, ce n’est en réalité que Béatrice Dalle que Dominique Besnehard a réellement accompagné aux impôts.

4 agents de stars du tonnerre ! Comme l’expliqué Thibault de Montalembert, le casting a été long pour trouver l’équipe parfaite mais ça valait le coup ! Les quatre acteurs sont tout simplement excellents set même si Camille Cottin a une notoriété plus importante que les autres, elle ne vole pas la vedette à ses collègues Grégory Montel, Thibault de Montalembert et Liliane Rovère. Bien au contraire, on sent une véritable alchimie à l’écran. Puis, ces agents ont des assistants tous aussi excellents Hervé (Nicolas Maury) et Noémie (Laure Calamy) sont à hurler de rire et Camille est touchante dans ce rôle de fille cachée. D’ailleurs, Harold Valentin, producteur de la série m’a confié que ce personnage de Camille Valentini a été pensé un an après l’écriture car « il manquait un personnage ». Elle en devient le fil conducteur de la série et la porte d’entrée du téléspectateur dans le milieu très fermé des agents de star. En plus, Fanny Sidney assure le job et l’empathie est totale avec son personnage

Des répliques cultes à l’appel que l’on pourrait en faire des produits dérivés comme des tee-shirt ou des mugs. L’écriture est dynamique, fluide et drôle à tel point qu’à la fin de l’épisode, on en veut plus. Les dialogues s’enchaînent naturellement. L’humour est bien dosé et fin.  Même dans les moments plus dans l’émotion, l’écriture reste bonne et sincère. Un mot à retenir « le bardotage » !

Dix Pour Cent est une subtile alliance entre le feuilletonant et le standalone (ou loner est un épisode qui se suffit à lui-même). Le deal 50/50 est respecté et fonctionne : la vie des agents c’est la partie feuilletonante et l’invité de l’épisode assure le côté standalone. Même des petits clins d’oeil sont faits à des artistes présents dans les épisodes précédents. Les personnages évoluent véritablement entre l’épisode 1 et 6 et même sans avoir suivi tous les épisodes, on s’y retrouve car la guest assure aussi le show. Bref, une histoire qui tient la route, l’essentiel !

Qui dit agent, dit stars ! Chaque épisode, des invités prestigieux à commencer par Cécile de France dans le premier épisode. Tous jouent à merveille l’auto-dérision et s’approprie le texte écrit et pensé pour eux.  Des duos inédits comme Line Renaud et Françoise Fabian qui souhaitaient tourner ensemble, souhait réalisé par la série et Nathalie et sa fille Laura Smet ou bien Joey Starr et Julie Gayet. Audrey Fleurot, star de l’épisode 4, a expliqué ne pas être la « Audrey Fleurot » qu’elle joue à l’écran et pourtant, elle joue elle-même et on y croit. L’actrice a été attiré par le côté « auto-dérision » du projet qu’elle trouve trop rare en France. Tous les guests apportent leur grain de folie à chaque épisode.

Cocorico ! On peut en être fier, cette série comique pleine de punch est 100% française et ça fait tout simplement plaisir. Après Fais Pas Ci, Fais Pas Ca, France 2 retente l’expérience comédie et non sans succès. Une belle création française qui a, certes, pris son temps pour passer sous les projecteurs mais qui en valait la peine. Petite info, selon les dires d’Harold Valentin (producteur) : « les arches de la saison 2 sont écrites ». 10% du processus enclenché pour la suite ?

À voir sur France 2 !

Quitter la version mobile