Lubie en Série

Daredevil saison 2, épisode 1 & 2

Daredevil trouvera-t-il sa place de héros ?

Les deux premiers épisodes de la saison 2

Retour dans l’univers sombre de Daredevil où toute l’action se passe la nuit. La première scène en plein jour fait plaisir car on y retrouve les deux amis Foggy et Matt déambulant dans les rues de Hell’s Kitchen pour se rendre à leur lieu de travail. Cabinet d’avocat où Karen assure l’intendance malgré les difficultés financières de ses employeurs. Entre deux pleurnicheries parce qu’il faut dire que Deborah Ann Woll chouine beaucoup et quand elle hurle c’est des cris stridents à crever un tympan.

Même si Nelson et Murdoch a su se faire une petite réputation en ayant réussi à coincer Fisk, une autre menace surgit à Hell’s Kitchen : The Punisher. Interprété par Jon Bernthnal, ce colosse est animé par la vengeance des siens et semble un peu agacé d’avoir Daredevil dans ses pattes. En effet, lors des premières confrontations, l’homme fuit plutôt que d’affronter jusqu’au bout notre justicier. Un moyen pour Daredevil de s’en sortir aussi. pour le moment. Il est fort à parier que The Punisher s’agace un peu de cette créature costumée.

Dans cette deuxième saison, ce n’est plus la naissance d’un héros mais Matt Murdock doit trouver un sens à sa mission de héros. The Punisher risque d’ébranler le justicier qui se rend compte aussi de ses faiblesses et également de son impossibilité à sauver tout le monde à Hell’s Kitchen. Peut-être aurait-il besoin d’alliés du même rang ? (comme The Defenders ?) Mais, reconnaîtra-t-il que sa justice à ses limites ? Car c’est bien là le principal défaut de Daredevil, il se veut justicier à tout prix au point d’en être agaçant. Il veut sauver sa ville et il est la seule solution contre la criminalité. Alors, oui sa profession est avocat mais parfois Matt Murdoch est trop parfait voire un superhéros un peu lisse.

C’est pourquoi quand ses faiblesses sont montrées à l’écran, on espère voir de la nuance dans ce justicier sans limite sauf sa morale. Il y a une scène magnifique où Daredevil perd ses sens aiguisés en dehors de sa vue déjà perdue depuis longtemps. Ce cri poussé dans le vide et sans son est saisissant et Charlie Cox montre son talent d’acteur en dehors de ses prouesses physiques.  Daredevil a le mérite de proposer des scènes de combat dignes de ce nom et elles sont incontournables dans chaque épisode, comme un rituel de la série.

Le style Daredevil n’a pas changé d’une saison à l’autre. Univers est toujours aussi sombre et il y a toujours des méchants pour donner de nouveaux défis au superhéros. Le téléspectateurs des premiers instants ne s’y perd pas et retrouve sans problème le monde qu’il affectionne. Dans les deux premiers épisodes, Elektra n’apparaît pas mais elle est attendue pour mettre un plus de piment ?

Quand les acteurs parlent de la saison 2 de Daredevil !

Non seulement j’ai pu voir les deux premiers épisodes de Daredevil en avant-première grâce à Netflix, mais en plus, j’ai assisté à une séance de questions/réponses en présence de Charlie Cox (alias Daredevil/Matt Murdock), Elodie Yung (Elektra) et Jon Bernthal (The Punisher). Voici un petit résumé des secrets révélés sur cette saison 2 !

Comment expliquez-vous l’engouement du public à l’international pour les superhéros ?

Charlie Cox : “Les superhéros ne sont pas un genre. On pense souvent que les films et séries de superhéros sont un seul genre mais ce n’est pas le cas. Si on prend Captain America : Civil War, c’est une sorte de genre historique à travers un drama et c’est très différent Des Gardiens de la Galaxie et très différent de Thor. De la même manière que Marvel’s Daredevil est très différent de Marvel’s Jessica Jones. Puis, il y aussi le fait que les superhéros parlent aux enfants. On se rappelle être un petit garçon ou petite fille rêver à l’idée d’être spécial. C’est valorisant et cela donne une envie de faire le bien”.

Quant Jon Bernthal, il n’est pas étonné de cet engouement international pour les superhéros car on est tous connectés et c’est une série de Netflix disponible partout à travers le monde.

 Que pouvez-vous nous dire plus sur la saison 2 ?

Charlie Cox : “Ma vision est la suivante : la saison 1 était la naissance d’un héros, Matt devenant Daredevil. La saison 2 pose la question qu’est-ce que le superhéros recherche dans ses actes héroïques ? Est-ce que la justice du justicier est vraiment utile à la société ? Quant à Matt, Wilson Fisk est derrière les barreaux et donc, il se sent bien et il est réconcilié avec ses démons, cette culpabilité catholique qu’il a à être Daredevil. Et il apprécie vraiment son travail. Il a un sourire sur son visage. Je pense qu’il en devient arrogant et il a le swag. Mais bien sûr deux personnages arrivent et tout va être bouleversé”.

Construction de The Punisher : Jon Bernthal a passé du temps dans les boutiques de Comic Books pour entrer dans cet univers. C’est la première fois qu’il commence une série qui existe déjà et que le niveau soit aussi haut : “la barre était très haute donc mon job était de ne pas se louper”. Ce qu’il apprécie avec la télévision c’est l’échange entre les auteurs et les acteurs : “Au bout du compte l’important, c’est de plonger dans le script”.

Qui est Elektra ?

Elodie Yung : “C’est un personnage très complexe. Je ne connaissais pas Elektra. Je connaissais la série car je suis une grande fan de celle-ci. C’était très intéressant […] Tout a commencé lors de l’audition pour moi, j’avais un très bon texte mais ils me donnaient aucune clef et me disaient pas qui était cette personne. C’est très secret. Donc, j’étais libre dans mon interprétation puis il y a plusieurs essais et ça devenait de plus en plus précis, ils me donnaient des indications. On m’a dit de garder la gentille fille au placard. Progressivement, j’ai su que c’était Elektra et je me suis mise à lire le comics. Ma première lecture a été Elektra Assassin”.

Charlie Cox parle de sa rencontre avec Elodie Yung : “Quand elle était entrain d’auditionner son personnage d’Elektra. Il est arrivé un moment où il y avait quatre filles en compétition. Ils m’ont demandé de venir rencontrer les quatre retenues. On venait de commencer à tourner avec Jon Bernthal et je suis venu lors de ma pause déjeuner pour les rencontrer et faire un essai de lecture de scénario. Elodie est entrée et sa lecture de scénario était spectaculaire. Elle était clairement l’actrice la plus forte. À la fin de l’audition, mon boss, le patron de Marvel Télévision, était dans la salle, il s’appelle Jeph Loeb, il a dit ‘ok, c’est bien. Est-ce qu’il y a quelque chose d’autre que je dois savoir sur toi’ ? et Elodie a répondu ‘Je fais du Karaté, taekwondo, je suis ceinture noire en arts martiaux’. Alors, Jeph a dit : ‘Wow ! Qu’est-ce que cela signifie ?‘ Elodie a répliqué : ‘ça veut dire que je peux vous botter les fesses’ C’est comme ça qu’elle a décroché le boulot”.

Pour se mettre dans la peau de Daredevil/Matt Murdock, Charlie Cox doit réaliser un gros travail sur lui-même :

“Le plus dur pour moi, c’est que je ne peux pas regarder les autres acteurs dans les yeux, je dois regarder l’épaule et c’est pas évident”.

Daredevil saison 2 sur Netflix !

[yop_poll id=”11″]
Exit mobile version