Site icon Lubie en Série

Dark Matter – Jodelle Ferland « Cinq/Five et moi sommes très similaires »

jodelle ferland interview dark matter

C’est la plus jeune de l’équipage du Raza mais pas la moins débrouillarde, Cinq/Five a su trouver sa place au sein du vaisseau. Lors de mon expérience After Dark, j’ai pu discuter avec l’adorable Jodelle Ferland et de ses points communs avec son personnage de l’espace…

 

Jodelle Ferland et Cinq même caractère ?

Cinq/Five est un personnage qui rassemble l’équipage, le coeur de cette famille spatiale ? Comment la voyez-vous ?

Jodelle Ferland : « Elle est clairement le cœur de cette famille et c’est une vraie famille. C’est une famille spatiale. Il y a plusieurs moments où l’équipage s’effondrerait sans elle parce que, parfois, ils sont si focalisés par les choses bizarres qui se trament autour d’eux et Cinq est en quelque sorte, celle qui les ramène à la réalité. Elle prend soin du côté émotionnel et l’équipage s’occupe de la partie bottage de fesses. Cinq a quand même sa partie bottage de fesses mais ils ont besoin de quelqu’un comme elle ».

 

Ils sont très protecteurs envers elle ?

Jodelle Ferland : « Oui et surtout en saison 1. Ils la laissent de plus en plus partir en mission au fur et à mesure que la série avance mais, c’est clair qu’au début, c’était non, Cinq ne peut pas avoir une arme, non, Cinq ne peut pas aller en mission avec nous, Cinq ne peut rien faire. Ils sont encore comme ça mais, ils réalisent de plus en plus qu’elle est tout aussi capable d’être l’héroïne du jour comme eux ».

 

On se sent proche de Cinq/Five ?

Jodelle Ferland : « Je pense que ceux qui regardent la série s’identifie à un personnage. Mais, Cinq est un personnage avec lequel les gens s’identifient le plus. Moi, je m’identifie à elle. Je trouve que nous sommes similaires sur plein de points ».

 

Lesquels en particulier  ?

Jodelle Ferland : « Elle est vraiment rigolotte et siphonnée et aussi unique. Elle n’a pas peur d’être qui elle est et elle s’en fiche de ce que les gens pensent ».

 

C’est vous aussi ?

Jodelle Ferland : « ou du moins, c’est ce que j’aimerais être » 😀

 

Quelle a été votre clef d’entrée dans ce personnage ?

Jodelle Ferland : « C’était juste être moi. Vous savez, c’est toujours plus facile de jouer un personnage qui est proche de vous. J’ai l’impression que Cinq et moi sommes très similaires. Dans la manière dont elle réagit par rapport à certaines situations, j’ai l’impression que j’aurais réagi pareil. Avec chaque personnage, vous devez trouver un moyen de trouver une connexion avec eux. Etablir quelles similitudes avec ce que vous avez en commun, les utiliser et les jouer aussi naturellement que possible ».

 

Cinq semble toujours inquiète par son équipage ?

Jodelle Ferland : « Tout le monde est inquiet mais disons que Cinq est celle qui le montre le plus. Les autres sont plus habitués au danger et bons à prétendre que tout va bien. C’est celle qui exprime le plus son inquiétude mais c’est parce qu’elle est très attachée à son équipage du Raza ».

 

Cinq en saison 3

J’ai vu les épisodes de la saison 3 sans effets spéciaux et je suis assez impressionnée par votre capacité à jouer devant des fonds verts. Une scène vous montrez un écran expliquant ce qu’on y voit alors qu’il y a juste un fond vert. Pouvez-vous nous parler des coulisses et comment on travaille avec un fond vert en tant qu’acteur dans Dark Matter ?

Jodelle Ferland : « C’est vraiment bizarre et je crois que c’est la chose la plus dure à faire en tant qu’acteur. Ce n’est pas difficile de réagir aux éléments qui se passent autour de vous quand elle arrive pour de vrai. Ce n’est pas jouer, c’est juste vivre. Mais, quand vous réalisez des scène où tout n’est pas présent et que vous devez l’imaginer. Ce n’est vraiment pas facile même pour les gens qui jouent la comédie depuis des années. C’est très étrange de réagir à quelque chose que vous ne voyez pas. Parfois, vous ne savez pas à quoi cela va ressembler ou quand vous avez une conversation vidéo dans une scène, il y a juste quelqu’un hors champs qui lit les répliques. Vous ne voyez pas comment l’autre personnage va jouer la scène. Quand tout est rassemblé, cela ne correspond pas exactement à ce que vous aviez imaginé. C’est assez difficile et un des défis les plus importants du jeu d’acteur. Vous devez avoir une très bonne imagination ».

 

Dans cette saison 3, on voit Cinq vieillie dans le futur mais c’est la seule en vie ?

Jodelle Ferland : « Nos scénaristes nous disent pas grand chose 😀 Cette scène est pratiquement tout ce que je sais sur le futur. A part ce qui est écrit dans le script, ils nous donnent pas plus d’autres pistes. Pour moi, c’était très intéressant d’avoir un aperçu du futur. C’était très étrange pour moi de jouer une Cinq plus âgée. Au moment de cette scène, je n’avais pas les scripts suivants donc des éléments mentionnés dans cette scène sont abordés plus tard dans la saison. Mais, au moment de cette scène, je ne savais pas du tout de quoi je parlais ».

 

Le vocabulaire Dark Matter

Comment ça se passe pour le vocabulaire de l’espace de la série ? Posez-vous des questions aux auteurs sur le sens ?

Jodelle Ferland : « Parfois, j’ai besoin de clarifier ce que je suis entrain de dire parce que j’ai bien souvent aucune idée de ce que cela signifie. Je suis très loin d’être aussi douée en technologie comme peut l’être Cinq et encore moins sur les technologies du futur que je ne possède pas ou dont je n’ai jamais entendu parler. Je ne suis pas très familière avec le blink drive car je n’en ai pas moi-même. Je ne sais pas de quoi je parle la plus part du temps mais je dois faire semblant de connaître. C’est mon job en somme, faire semblant de savoir ce dont je parle. J’espère que c’est assez convaincant ».

 

Faut-il s’entraîner à apprendre ce vocabulaire spécifique ?

Jodelle Ferland : « C’est bien sûr, plus délicat de retenir des répliques dont vous ne savez pas totalement de quoi vous parlez. Pour moi, c’est vraiment facile de me souvenir d’une scène qui est de la conversation surtout quand le personnage parle de la même manière que vous, c’est très facile à retenir. Mais, quand vous n’êtes pas sûre de ce dont vous parlez ou bien vous jouez un médecin ou quelques choses comme ça, cela prend plus de temps de retenir les éléments parce que ce n’est pas comme ça que vous exprimez en général. Cela demande juste plus de travail. Néanmoins, je me sens mal pour Zoie car mes dialogue sont rien du tout par rapport aux siens. Elle ne peut même pas parler naturellement. Au moins moi, si je me souviens pas de ce qu’il suit, je peux prendre une pause et faire semblant que je réfléchis mais Zoie ne peut pas faire ça. Elle doit tout faire d’une traite et un débit spécifique. Je joue un humain donc je peux à la rigueur être bizarre ».

 

En quoi c’est cool de jouer dans une série de science-fiction ?

Jodelle Ferland : « C’est incroyable ! C’est totalement mon job de rêve. Je n’arrive toujours pas à y croire quand je retourne sur le plateau. Je suis juste si contente d’être dans cette série. Si quelqu’un m’avait demandé, il y a trois ans avant de commencer ‘quel serait ton rôle idéal’ ? j’aurais répondu ‘être dans une série de science-fiction’. Maintenant, j’y suis. C’est génial et j’adore. Je suis fan de science-fiction moi-même. Je suis une geek moi-même. Venir travailler sur un vaisseau tous les jours, c’est à vrai dire un rêve devenu réalité ».

 

Dark Matter Saison 3 sur SyFy !

 

 

 

Quitter la version mobile