Site icon Lubie en Série

DES : rencontre avec le scénariste et le réalisateur !

DES luke neal lewis arnold interview starzplay

DES est la série centrée sur le tueur en série Dennis Nilsen à découvrir sur Starzplay ! David Tennant y incarne ce tueur en série narcissique avec brio comme je l’explique dans mon article ici. Afin de mieux comprendre cette mini-série, j’ai eu la chance d’échange en visio avec Lewis Arnold qui est scénariste/réalisateur/producteur exécutif de DES et avec Luke Neal scénariste en chef. Tous les deux m’ont expliqué les enjeux de créer une mini-série sur un meurtrier aussi sulfureux de Dennis Nilsen. Vous verrez cette interview est passionnante et on apprend plein de chose sur les choix artistiques qui ont été fait pour rendre cette mini-série intéressante pour le public.

 

DES : le bon moment ?

Selon vous, est-ce que le bon moment pour raconter l’histoire de Dennis Nilsen ?

Lewis Arnold : “Je pense que beaucoup de gens ont essayé au fil des ans de faire quelque chose sur lui  et, quand j’en ai parlé pour la première fois à David Tennant, il avait reçu un scénario il y a des années. Je pense que c’était un long métrage. Ils ont essayé de réaliser quelque chose et cela a échoué. L’une des choses que Luke (Neal) a vraiment réussi quand nous avons commencé à en parler, c’est qu’il a trouvé une voie dans le drame qui n’a pas sensationnalisé les crimes, ce n’est pas centré sur les meurtres, car avec Nilsen c’est si facile de se laisser prendre par le fait qu’il a rencontré ces jeunes hommes et qu’il leur a fait ces choses horribles. Et ça n’intéressait pas vraiment Luke et moi-même. Ce qui s’est passé ces soirs-là où ces hommes ont été tués, la seule personne qui sait vraiment cela est Dennis Nilsen. Et il se contredisait tellement et la façon dont la société lui avait permis, à bien des égards, de passer inaperçu étaient beaucoup plus intéressantes pour nous. Et pourquoi maintenant ? Parce que, vous savez, je ne sais pas si vous êtes allé à Londres avant la Covid, mais, il y a de nouveau une hausse des sans-abris. À cause du Brexit, les emplois et la sécurité de l’emploi ont disparu. Ainsi, la pauvreté dans l’ensemble du Royaume-Uni augmente, ce qui est en train de se produire, c’est en quelque sorte en accéléré avec la Covid. Et donc les gens déménagent à Londres et se déplacent pour essayer de trouver du travail et les gens qui viennent sont en train de se déplacer à l’échelle mondiale, car depuis que nous avons déstabilisé le Moyen-Orient, en particulier, c’est ce qui s’est passé avec Nieslen lorsque le nord de l’Angleterre et les jeunes ont déménagé à Londres pour essayer de trouver du travail, essayer de trouver un moyen de survivre et se sont retrouvés vulnérables face à un tueur en série. Cela se passe en quelque sorte à une échelle où quelqu’un pourrait tuer des gens à Londres, à Paris, dans toutes ces capitales . Et nous ne l’aurions jamais su de la même manière que nous ne le savions pas à l’époque. Lorsque nous avons commencé à regarder la politique des années 80 et la politique actuelle, il y avait beaucoup de similitudes qui ont rendu cette histoire pertinente. Donc, je pense que ce sont les choses qui ont rendu cela intéressant”.

Luke Neal : “C’est intéressant parce que mon voyage sur cette série et notre voyage est en quelque sorte le miroir du voyage de Brian. J’ai commencé par découvrir que j’ai vécu près de l’endroit où Nilson a tué, bien que 30 ans plus tard. Donc, ma première étape a été de regarder les documentaires et de voir les crimes perprétés et d’essayer de voir qui ferait quelque chose comme ça, un peu comme Brian l’a fait quand il l’a vu. Notre drame est vraiment unique en son genre, c’est qu’à un moment donné, nous les conteurs, nous arrêtons d’essayer de comprendre Nilsen, parce que, bizarrement, on peut devenir fou en essayant de comprendre pourquoi quelqu’un comme lui fait ce qu’il fait. Et nous commençons à montrer les gens qui essaient de comprendre la situation dans son ensemble. Brian Masters, les médias et voir la réaction de différentes personnes nous dit quelque chose sur la société et c’est ce que Lewis disait à propos de la crise des sans-abri qui se produisait à l’époque  et qui se reproduit maintenant. Ce qui s’est réellement passé, c’est de la honte pour les victimes. On disait ces gens, s’ils rentrent chez un homme, ils savent à quoi s’attendre. Il y a quelques années seulement, nous avons eu un autre tueur en série qui tuait des hommes et il a été surnommé  le tueur de Grinder*. Nous avons été à nouveau fascinés par ses exploits sexuels. Pour une raison quelconque, nous ne pouvions pas voir au-delà de la sexualité et nous ne voulions pas voir les failles de la société, quelles qu’elles soient, afin de veiller à ce que ces choses ne se reproduisent plus. C’était donc pertinent qu’un tueur en série comme Dennis Nilsen s’en sorte aussi longtemps pour ce qu’il l’a fait. Il faut une population invisible et cette population invisible est toujours là. Je pense donc que c’est aussi pertinent aujourd’hui qu’en 1993. Et c’est vraiment triste à dire. Mais c’est vrai”.

*site de rencontres pour homosexuels dit le Tinder Gay

 

Luke Neal © Starzplay

 

DES : attendre pour proposer cette série ?

 
Pensez-vous que vous auriez pu faire cette mini-série quand Dennis Nilsen était encore en vie ?

Lewis Arnold : “C’est au bout de trois ans de développement qu’il est décédé. Si je me souviens bien nous avons eu le feu vert pour faire la série et il est décédé. Nous avons tous pensé que nous n’aurions peut-être pas eu le feu vert s’il avait été en vie. Nous nous serions tous sentis un peu plus mal à l’aise s’il avait été en vie. David l’a dit publiquement aussi, que l’inquiétude, c’est que Nilsen aurait adoré cela. Il aurait adoré l’attention, il aurait eu les tendances narcissiques, son ego. Vous savez, il aurait adoré ça. Cela aurait été une erreur, même si nous essayions de raconter une histoire exacte en termes de la réalité de ce qu’il était, je pense qu’il aurait quand même pris son pied. Personnellement, David et moi, nous serions sentis encore plus mal à l’aise s’il avait été vivant. Peut-être que nous aurions mis le projet de côté et que nous y serions revenus plus tard”.

Luke  Neal : “Je pense que c’est moi étant très optimiste. S’il avait été en vie, ce qui m’aurait peser c’est les mois précédent la diffusion. Je pense qu’il aurait détesté la série. Il aurait détesté l’interprétation de David et ce que nous avons créé. Mais, lui donner le plaisir que quelqu’un qui l’incarne soit sur des affiches. Pour ça, je suis content qu’il ne soit pas parmi nous pour voir ça. J’aime le fait qu’il n’aurait pas aimé la série parce que je pense que nous montrons un vrai portrait de lui. Et il avait l’habitude de se voir comme le héros de l’histoire et il ne l’est définitivement pas. Mais l’avant-diffusion, la publicité qu’il aurait eu aurait fait trop de bien à son ego. Je suis content qu’il ne soit pas là pour le voir.”

 

Daniel Mays (alias Peter Jay) & Lewis Arnold © Starzplay

 

DES : deux points de vue

Dans cette mini-série DES, on suit deux points de vue forts celui de Jay et Brian Masters. Même si le point de vue de Jay est plus classique car c’est le détective sur l’affaire, celui de Brian Masters est bien plus original. En effet, avoir le point de vue de l’auteur du livre sur Dennis Nilsen est fascinant. Pourquoi ce choix ? Vous êtes, vous, auteur, plus facilement glissé dans la peau de l’écrivain Brian Masters ?

Luke Neal : Absolument. Je n’ai pas parlé à Brian depuis la série, mais j’ai entendu dire qu’il avait échangé avec Lewis. Ceci est une extension de ce livre. L’une des forces du livre est qu’il raconte une histoire sans la rendre sensationnelle. Et je pense que notre plus grande force est que nous avons en quelque sorte continué ce livre, avec une absence de 30 ans. Mais il y a une vérité inconfortable que Brian, moi-même, Lewis, avons profité de la triste tragédie de 15 personnes qui ont dû perdre la vie pour raconter l’histoire. Et cela a toujours été dans notre esprit que nous devions respecter non seulement les personnes décédées, mais aussi les personnes qui ont survécu et aussi les familles. Et notre travail était de raconter une histoire qui les a touchés, plus précisément l’affaire d’origine qui a été captivé par Dennis Nielsen et fasciné pendant 30 ans par cet homme et non par l’affaire et le coût humain que quelqu’un comme lui cause. Les acteurs que nous avons eu, non seulement, Danny* et Jason** étaient fantastiques, mais aussi, les acteurs qui jouaient les Sinclairs.  Et Chanel** qui a joué Lesley. Ils étaient si brillants dans leur jeu ces petits mais incroyablement importantes rôles pour montrer qu’en fait cet homme a causé beaucoup de douleur à beaucoup de gens. Et Laurie**** dans le troisième épisode est fantastique, montrant les dommages durables causés aux gens on eu en 15 minutes”.

Lewis Arnold : “Et je pense que c’est pourquoi Peter Jay était si important, parce que tu as raison, quand nous développions la série, on en a discuté et quand nous sommes allés la vendre beaucoup de gens l’ont pris pour ce que tu as dit, qui était de ne pas tout centré sur le point de vue de Brian Masters ? Parce qu’il est si unique. Si intéressant. Mais, le problème, c’est que si vous faites ça,vous n’avez pas accès aux victimes parce que Brian n’a jamais rencontré les victimes. En fait, Brian est une personnage compliqué quand vous le rencontrez la première fois, même si ses intentions sont bonnes. Il a tout de même interviewé un tueur en série et il a écrit dessus ce qui est difficile d’avoir de l’empathie pour lui. Peter Jay apparaît comme un policier un peu conventionnel et il est plus familier pour le public. Ce qui est unique, c’est que l’enquête de police se fait à l’envers. Dans la plupart des procédurals, vous trouvez le corps de la victime et toute la série s’emploie à découvrir qui est le meurtrier. Cette série dit où est le corps. Voici le meurtrier. En fait, nous devons découvrir qui sont les victimes et cela crée quelque chose d’unique. Mais, Peter Jay était le coeur et l’âme de cette série. On a eu la chance de lire son autobiographie qu’il a publié. Sans Peter Jay, on n’avait pas accès aux victimes. Et les victimes sont le coeur de ce que nous voulions faire. Oui, Nilsen est le coeur de la série, mais on ne perd jamais de vu que le coût causé par Nilsen. C’est pourquoi, pour répondre à votre question de façon plus large, ces deux point de vue étaient la clef parce que Brian est devenu en quelque sorte une compagnon pour Nilsen et nous avions besoin de quelqu’un pour le défier. Quelqu’un qui le défierait tel que Peter Jay le fait.

Luke Neal : “J’ai adoré le premier de l’épisode où ces deux personnages qui essaient de comprendre cet homme, mais de manière très différente, mais qui ne peuvent pas non plus comprendre le chemin de l’autre à ce stade. Je trouve que c’est une scène si merveilleuse entre deux personnes qui essaient de faire la bonne chose d’une manière différente, mais ils pensent que l’autre personne le fait de la mauvaise manière et cela nous a juste donné un triangle. Donc non seulement cela signifiait que nous avions une vie qui s’appliquait même de Nielsen, mais c’était le Londres dans les années 80. Il s’agissait de la recherche de la vérité. Et cela signifiait qu’il sentait qu’il ne pourrait jamais en obtenir un si nous concentrions simplement sur le point de vue de Brian. Mais il l’a juste joué du point de vue. Nous étions risquer de le rendre différent et nous aurions peut-être essayé de créer quelque chose d’un peu différent et au détriment de la série. Et en fait, parce que nous avions des personnages si différents essayant d’obtenir quelque chose de très différent du même homme, je pense que nous avons un très bon équilibre

*Daniel Mays = acteur qui joue Peter Jays
**Jason Watkins = acteur qui joue Brian Masters
*** Chanel Cresswell = actrice qui joue Lesley Mead
****Laurie Kynaston = acteur qui joue Carl Stottor

 

DES à voir sur Starzplay

Quitter la version mobile