Site icon Lubie en Série

Devious Maids & UnReal : une combinaison sérielle délicieusement scandaleuse !

Cet été, la chaîne Lifetime (chaîne plutôt féminine) propose une combinaison sérielle délicieusement scandaleuse ! Devious Maids ouvre la soirée (du lundi)  avec sa saison 3 (21h) suivie de la nouvelle série UnReal. Deux séries que je vous recommande chaudement, si vous me permettez l’expression, car ce sont des séries « muy caliente » ! Ces deux fictions sont, ce que l’on peut qualifier, de plaisir coupable car leur sujet est plutôt futile mais écrit de telle manière qu’elles rendent accro.

Devious Maids saison 3

Une saison 1 réussie avec un meurtre (à la Desperate Housewives, so Marc Cherry !) à élucider et une saison 2 sur le même schéma qui fonctionne peut-être moins bien car une des « maids » (« bonne à tout faire ») à rendu le tablier. Cependant, la saison 2 remplit son rôle de divertissement.

La saison 3 poursuit la tradition du petit meurtre à investiguer mettant nos « bonnes » favorites à l’épreuve. Mais, le cadavre est un simple petit désagrément car le plus savoureux restent les déboires de ces femmes. Oh, Dios mío! Il leur arrive des choses invraisemblables, des situations cocasses voire grotesques mais véritable plaisir à voir et suivre. Les actrices semblent s’éclater dans leurs rôles et ça se ressent à l’écran.

D’ailleurs, pour avoir rencontré Ana Ortiz au festival TV de Monte-Carlo, elle confirme la bonne ambiance sur le plateau. Laissez votre cerveau de côté et faites le ménage dans vos pensées avec Devious Maids. Au rendez-vous du rire et délires en tout genre. Même Rosie et ses mous font sourire. En plus, il n’y pas que les « maids » qui assurent le show, leurs employeurs y sont veillent. Les Powell Adrian et Evelyn sont exquis et tortus tout comme la farfelue Geneviève.

La saison 3 se rapproche plus du style de la saison 1. Marisol, embourgeoisée revient sur terre, se rapproche de ses copines avec un job parfait d’agence pour placer les bonnes. Et puis, Jesse met du piment dans sa vie. Rosie fait face à un conflit amoureux avec le retour d’un revenant. Pas l’histoire la plus passionnante mais ça passe. Carmen est en feu et essaie tout sorte de jeux dangereux en faisant toujours attention à son look. Quant à Zola, sa famille sera sa principale préoccupation et c’est pas évident de vivre avec elle ! Des intrigues croustillantes et pleine de rebondissements scandaleusement délicieux !

Les citations de la saison 3 de Devious Maids

ÉPISODE 4 « Since You Went Away »

Sebastian : I love you, and you love me.
Carmen : Well, I love chocolate, but it’s bad for me, so I don’t eat it.
Sebastian : Are you comparing me to chocolate?
Carmen : Well, it has the calories. You have the wife. You both should have a warning label.

Sebastian : Je t’aime et tu m’aimes.
Carmen : Eh bien, j’aime le chocolat, mais c’est mauvai pour moi, je n’en mange pas.
Sebastian : Est-ce que tu me compares au chocolat ?
Carmen : Eh bien, il contient des calories. Tu as ta femme. Vous devriez tous les deux avoir des étiquettes d’avertissement.

ÉPISODE 5 « The Talk of The Town »

Evelyn : Oh, that skinny, little hag. I’m gonna murder her. That was a figure of speech.

Evelyn : Oh, cette petite squelettique vieille chouette. Je vais l’assassiner. C’est une figure de style.

ÉPISODE 7 « The Turning Point »

Lorraine : So, Mrs. Powell, you’d like to adopt a child.
Evelyn : Yes, I would. Very much.
Lorraine : Are you looking for a baby? A toddler? An adolescent?

Evelyn : Whatever you have in stock.
Lorraine : In stock?
Evelyn : You know, in the back, or wherever you keep them.

Lorraine : Alors, madame Powell, vous souhaitez adopter un enfant.
Evelyn : oui. J’aimerais beaucoup
Lorraine : Que cherchez-vous ? Un bébé ? Un bambin ? Un adolescent ?
Evelyn : Ce que vous avez en stock.
Lorraine : En stock?
Evelyn : Vous savez, dans l’arrière-boutique ou peu importe où vous les gardez.

UnReal saison 1

La télé-réalité est un sujet qui fait jaser et quand le vice est poussé à l’extrême ça donne UnReal. Cette série est scandaleusement audacieuse offrant une satire réussie du milieu de la télé-réalité et donnant un aperçu de ses coulisses sûrement pas si éloignés de la réalité. C’est immoral, dangereux, honteux, sexuel, violent mais savoureux à regarder !

Les deux personnages phares sont Rachel et Quinn. La première, interprétée par Shiri Appleby, joue la fille fragile et sensible et en réalité, elle  s’avère avoir un don pour la manipulation en tout genre et tant mieux c’est son job ! Celui pour lequel Quinn (Constance Zimmer) l’a engagée, la productrice exigeante et vénale du programme « Everlasting » (signifiant ironiquement « sans fin, éternel ») sorte de caricature du Bachelor.

Le bachelor est Adam, un british en quête de reconnaissance auprès de sa famille et rien de mieux que faire une télé-réalité américaine. Solution miracle dans ce type de situation ! Le jeune bourreaux des cœurs profitent de la situation et en temps il se fait allégrement entuber parfois, souvent ?

Cependant, quel homme ne rêverait pas d’avoir plus d’une dizaine de filles qui se battent pour lui ? Leurs motivations : le grand Amour ? Oh, non ! Plutôt l’argent et la gloire. Au final, une motivation assez humaine, n’est-ce pas ? Quoiqu’il en soit, les participantes se livrent à des complots machiavéliques (avec l’aide de Rachel de temps à autre) pour le plus grand plaisir du téléspectateurs, le vrai celui regardant UnReal et non Everlasting.

La série montre la construction d’un scénario de télé-réalité qui s’adapte au cours des événements. En revanche, celui d’UnReal est maîtrisé possédant ce petit quelque chose qui rend accro. Le tout est appuyé par un casting performant en particulier Shiri Appleby et Constance Zimmer, d’ailleurs, leurs échanges à l’écran sont bien souvent les plus réussis. UnReal, la télé-réalité qui n’est pas scandaleuse de suivre !

Les citations de la saison 1 d’UnReal

ÉPISODE 2 « Relapse »

Quinn : Leave your conscience at the door on this one. Okay?

Quinn : Laisse ta conscience de côté à la porte sur ce coup-là. Ok ?

EPISODE 4 « Wife »

Quinn : Seriously, what does this guy not get about what we are doing here? We are selling true love.

Quinn : Sérieusement, qu’est-ce que ce mec ne comprend pas ? On vend le grand Amour.

EPISODE 8 « Two »

Quinn : Since when you don’t care about Adam, is a prop, Rachel.
Rachel : I’m sick of being a manipulative bitch.

Quinn : Depuis quand tu te soucies Adam, est un accessoire, Rachel.
Rachel : J’en ai marre d’être une garce manipulatrice.

 

Quitter la version mobile