Lubie en Série

ENGRENAGES : la vraie fin !

Cette fois-ci, c’est la bonne, la saison 8 est bien la dernière saison d’Engrenages ! Une page se tourne dans le monde merveilleux des séries et encore plus dans celui des séries françaises. Dans son genre le polar, Engrenages a mis les curseurs très hauts et c’était nécessaire. Plus que son sens de l’enquête, Engrenages nous a présenté de vrais personnages avec une intensité et une justesse rare. La série a montré le vrai Paris pas celui de la carte postale que l’on peut voir dans des séries comme Gossip Girl ou Emily in Paris. C’est d’ailleurs, son sens du réalisme aussi bien sur le milieu police/justice français, sur Paris, sur ces personnages poignants que la série a été une véritable révélation à l’étranger du savoir-faire en série des français. Mais, toutes les belles histoires méritent une fin et même la meilleure des séries françaises dramatiques.

Alors pour clôturer comme il se doit cette série vieille de 15 ans, l’actrice Caroline Proust alias Laure Berthaud dans la série, est revenue sur son expérience à travers un documentaire qu’elle a écrit et réalisé intitulé “Engrenages dans la peau”. Elle y interroge ses camarades de jeu même les anciens comme Grégory Fitoussi (Pierre Clément), Philippe Duclos (le juge Roban) et Fred Bianconi (Tintin). L’actrice recueille le témoignage de policiers ou magistrats et avocats se reconnaissant dans la série Engrenages. Un policier avoue que quand il veut présenter son métier il dit faire le même métier que Laure Berthaud. Ce documentaire de Caroline Proust, diffusé à la suite des deux derniers épisodes explosifs, offre une belle conclusion à 15 ans et 8 saisons d’Engrenages.

 

“ça avait beaucoup de sens pour moi de finir cette série polar avec une belle scène d’action”

Marine Francou

 

Un braquage final spectaculaire !

Pour conclure la série, l’équipe d’Engrenages a vu les choses en grand en nous offrant une scène de braquage époustouflante. Pendant toute l’action, le téléspectateur est en tension craignant pour la vie de ses héros favoris.  Éblouie par cette scène de braquage intense, j’ai voulu en savoir plus en interrogeant Frédéric Jardin, réalisateur de nombreux épisodes de la série depuis la saison 5.

Frédéric Jardin : “C’est très complexe car il y a énormément de points de vue. Il y avait un premier jet écrit par Marine (Francou, auteur de la saison 8) et on s’est mis à chercher avec beaucoup de difficulté le lieu idéal. Cet hôtel de bord d’autoroute à Rungis pour qu’on puisse avoir toutes les circulations possibles, la possibilité d’évasion sur le bord de l’autoroute. Une fois qu’on a trouvé le bon lieu, nous y sommes retournés avec Marine et Marine a réécrit en fonction de ce que moi je ressentais par rapport à sa première version. C’est surtout une collaboration entre la mise en scène et l’écriture en fonction du lieu. Tu as réécrit la séquence qui est longue qui dure 22 minutes en fonction du lieu et ce que l’on s’est raconté nous. J’avais une obsession comme on fait souvent dans les scènes d’action, on en tourne un maximum et on va se démerder ensuite au montage. Comme il y a une multiplicité des points de vue et des actions à un niveau qui est formidable que je n’avais jamais vu un truc pareil. J’ai essayé d’aller chercher des références à droite et à gauche je n’en ai pas trouvé même dans des trucs américains, scandinaves, je n’ai pas trouvé autant de points de vue et de complexité dans un braquage. Donc Marine a réécrit, on s’est raconté tout dans le détail comme si la scène était déjà montée à quel moment on voit ce qui se passe dans les chambres, à quel moment nos flics échangent des tirs avec Titi en bas, à quel moment l’autre partie du groupe intervient, à quel moment la BRI sort de son fourgon dissimulé dans la rue adjacente, à quel moment on voit Beckriche et Brémond dans leur voiture. Tout ça était écrit de manière très minutieuse ce qui fait que le montage a été assez rapide. C’était très dessiné déjà à l’écriture et aménagé en fonction de ce lieu qui était assez idéal”.

Marine  Francou : “ça avait beaucoup de sens pour moi de finir cette série polar avec une belle scène d’action. Finalement, c’est une scène d’une complexité assez rare dans Engrenages et c’était conçu comme ça comme un dernier feu d’artifice assez jouissif”.

Frédéric Jardin : “C’est la première fois que des coups de feu sont tirés dans Engrenages du moins à ce niveau-là. Qu’il y en est autant je ne n’en ai pas le souvenir peut-être en saison 5 je crois que Tintin tue un chien mais qu’il n’a évidemment pas tiré. Mais sans ça, Engrenages n’est pas une série où on tire des coups de feu habituellement. Il y a ce truc un peu jubilatoire même les acteurs on sentait qu’il y avait un truc libérateur pour les acteurs qui s’en sont donnés à coeur joie. Il y a une sorte d’implication, d’intensité de leur part qui est saisissante et on sent que c’est aussi une manière pour eux de sortir de la série. Allez c’est le bouquet final”.

Caroline Proust © Canal +

 

ENGRENAGES : Le mot de la fin !

Je n’ai jamais caché sur ce blog, ma passion même tardive pour Engrenages. En plus, cette série est liée à une expérience professionnelle qui m’a tenu à coeur et je suis contente d’avoir eu l’occasion d’aller sur le tournage et de discuter avec des acteurs passionnés et passionnants. Même si j’aurais voulu qu’Engrenages atteigne le chiffre symbolique de 10 saisons, les huit saisons existantes sont toute de grande qualité. En effet, la qualité est une constance dans cette série et c’est l’élément le plus difficile à maintenir dans ce jeu des saisons. Engrenages, série française, a réussi avec brio à conserver son niveau d’exigence.

Alors, cette fin ?! Elle est bien plus satisfaisante que la fin de la saison 7 et plus optimiste. En fait, on avait besoin d’une note finale positive pour nos héros ce qui n’était pas le cas à la fin de la saison 7. Laure et Gilou filent le parfait amour loin de la police. Ils sont redevenus des gens de tous les jours. Quant à Joséphine, elle concrétise enfin avec Eric Edelman. Ah je l’ai attendu ce baiser 🙂 et il sonne juste et on sent un couple rock & roll en devenir. Joséphine peut enfin se reposer sur un autre. C’est une fin simple, efficace, positive et celle qu’il fallait pour conclure.

Engrenages est la première série Canal +, la première création originale Canal + et la première d’une longue série de séries. Le jour où Canal + a parié sur les séries et sur Engrenages, la chaîne avait fait un choix audacieux. Engrenages restera dans les annales pour être la première mais surtout la première série audacieuse française. Au revoir Laure, Gilou, Tintin, Roban, Joséphine ?

Exit mobile version