Site icon Lubie en Série

18ème Festival Fiction TV de la Rochelle – jour 3

Les anglais de la BBC envahissent La Rochelle !

La journée commence avec un point presse sur La Main du Mal avec Grégory Fitoussi et Mélanie Doutey à qui j’ai demandé s’ils avaient vu la version anglaise The Escape Artist ?

Mélanie Doutey : “Oui, je l’ai vu bien avant le tournage pour ne pas me laisser influencer. En même temps, le réalisateur Pierre Aknine s’est tellement détaché de l’original qu’on a pas eu un travail à faire pour l’oublier c’est-à-dire qu’il s’est vraiment approprié les personnages. En plus, il a fait un vrai travail avec nous, il nous donne des notes. On a été très nourri de son travail donc nous ça était très facile de s’en détacher.  Ça était une façon de rentrer dans cet univers et d’entrer dans ce thèmes de la justice. Mon personnage n’a rien à voir me semble-t-il avec ce qui a été fait. Il y a vraiment un écart qui a été fait sur le téléfilm anglais et celui de Pierre Aknine”.

Grégory Fitoussi : “Moi, j’ai tenu à le voir avant. Ce n’était pas gênant de le voir, il n’y avait pas de comparaison à faire, c’était juste d’essayer de voir les faiblesses qu’avait la version anglaise pour essayer d’améliorer et de faire encore mieux. En occurrence pour mon personnage, je trouvais qu’il manquait, bien que David Tennant soit un grand acteur indiscutablement, je trouvais qu’il lui manquait un peu d’arrogance. Je trouvais que ça se jouait presque sur le fait qu’il ne lui servait pas la main. Je trouvais que c’était dommage et qu’il fallait construire quelque chose qui vienne d’un peu plus loin pour que ce soit juste le geste en trop qu’il le fasse tourner. Mais, la version anglaise est vachement bien aussi”.

Côté professionnel, c’est la journée consacrée à la BBC avec une délégation de 15 membres qui sont venus échanger avec les professionnels français de l’audiovisuel sur les possibles collaborations et sur le milieu. Pour débuter cet événement exceptionnel, Tim Davie, CEO de la BBC a commencé par un discours teinté d’humour so british. Tim Davie a exprimé sa joie d’être à La Rochelle pour parler de fiction. Il rappelle l’importance de la qualité du contenu seul moyen selon lui de faire du business. Il faut savoir que la BBC c’est 50% de drama dans sa programmation.

Rencontre avec Tiphaine Haas pour sa websérie Jeune Diplômée. Comme cette websérie parle des galères d’une jeune diplômée Alice en recherche d’emploi à sa sortie d’école, j’ai décidé de faire passer un entretien d’embauche à la comédienne. Vous saurez bientôt si je l’engage ou pas ! En tout cas, Jeune Diplômée entame sa saison 2 de 12 épisodes soit 4 de plus sur la saison précédente.

Retour avec les anglais en tête à tête avec trois personnalités de BBC Worldwide à savoir Helen Jackson, Tobi de Graaff et Ben Donald. Un échange très instructif où j’ai compris que les britanniques se souciaient peu de la norme en terme d’épisode. S’ils veulent faire une série de six épisodes et non 22 à l’américaine, ça leur importe peu que ça se vendent moins facilement à l’étranger. L’important pour eux proposer à leur public un contenu de qualité avant tout. Les auteurs de séries anglaises imaginent rarement une saison 2 mais la donne change où il leur est demandé d’anticiper davantage une éventuelle saison 2. Après cette session, j’ai rejoins les tables rondes professionnelles avec les autres pontes de la BBC.

Puis, je me suis éclipsée pour aller voir Innocente avec Julie de Bona. Une jeune femme se fait accuser du meurtre d’un homme chez qui elle se retrouve inconsciente et dont elle fuit la scène de crime. D’après la productrice Gaëlle Cholet, il s’agit d’une série féminine avant tout.

Le moment que j’attendais c’est les deux premiers épisodes de la saison 9 de Fais Pas Ci, Fais Pas Ça en avant-première alors que la série est en tournage. Bien sûr un moment rempli d’émotions car c’est la dernière saison. La plupart des comédiens étaient sur scène pour dire un petit mot. Après de nombreux rires avec ces deux épisodes très bien écrits et très réussis, le public a fait une standing ovation aux équipes de Fais Pas Ci, Fais Pas Ça bien méritée.

   

Enfin, je décide de rester pour l’unitaire Marion, 13 ans pour toujours. Même si je traite pas des unitaires sur ce blog, le sujet de celui-ci me parlait d’autant plus qu’il s’inspire d’une histoire vraie celle de Marion Fraisse. Sa mère Nora, interprété à l’écran par Julie Gayet, était sur scène pour parler de ce sujet qui lui tient à coeur le harcèlement scolaire. Sa fille en est morte… Marion, 13 ans pour toujours est un unitaire bouleversant. Impossible de rester insensible devant le mal-être de Marion et la tragédie de cette famille. Personnellement, j’en ai pleuré submergée par le réalisme de cette fiction. Par la suite, j’ai pu m’entretenir avec Julie Gayet qui m’a expliqué ne pas avoir lu le livre volontairement pour proposer son interprétation et ne pas copier le chagrin de Nora Fraisse.

La suite au prochain épisode et toujours à La Rochelle !

Quitter la version mobile