Site icon Lubie en Série

Fleabag saison 2 : elle a toujours quelque chose à dire à la caméra !

fleabag série avis saison 2

C’est assez rare pour être souligné, mais malgré plus de 3 ans d’attente pour la saison 2 de Fleabag, ça valait le coup d’attendre. La saison 2 de Fleabag est aussi bonne que la première et même si Phoebe Waller-Bridge a pris son temps, on lui en veut pas car la qualité est au rendez-vous. En fait, même si l’écart entre les deux saisons paraît une éternité dès les premières minutes de la saison 2, on replonge dans l’univers déjanté de Fleabag avec enchantement. La saison 2 est à découvrir sur Amazon Prime Video.

 

Brillante Fleabag !

Quel plaisir de retrouver Fleabag ! Même si les 6 épisodes passent à une vitesse folle car autant vous dire que dès que vous avez lancé l’épisode 1 de la saison 2, cela devient compulsif d’enchaîner les épisodes. Dans cette saison 2, Fleabag parvient une seconde fois à allier brillamment humour british et émotion. Boo, même décédée hante toujours l’esprit de notre héroïne. D’ailleurs, les moments où elle tente d’évoquer son ami disparue sans y parvenir sont très touchants. Fleabag va vivre d’autres émotions et se rapprocher de sa soeur qui va se révéler dans cette saison et de son père avec qui les rapports sont complexes surtout depuis qu’il a décidé de concrétiser son union avec sa belle-mère (Olivia Coleman) qui est si particulière. La scène de la peinture des deux filles de son futur mari était quand même assez cocasse.

Phoebe Waller-Bridge est assez géniale non seulement dans son écriture intelligente et fine mais aussi dans son jeu d’actrice. On ne se lasse pas de ces moments face caméra avec ces mous si caractéristiques. Puis, visiblement cette année, elle n’est pas la seule à parler à la caméra. La prêtre, nouveau personnage interprété par Andrew Scott, semble avoir découvert son petit jeu. On en parle de ce prêtre ? Phoebe Waller-Bridge a réussi à me faire tomber amoureuse d’un prêtre moi et mes copines ! C’est assez fort ! Comme Fleabag difficile de ne pas résister au charme d’Andrew Scott qui joue un prêtre hors-norme. Il semblerait que je ne suis pas la seule téléspectatrice à avoir été séduite. Ce qui est assez incroyable, c’est que Phoebe Waller-Bridge parvient à nous faire ressentir le même sentiment que son personnage Fleabag. C’est rare et il faut le souligner car c’est une vraie prouesse scénaristique.

Même si on rit beaucoup dans Fleabag, on voit aussi la détresse d’une jeune femme et la scène dans le confessionnal est tellement touchante. Fleabag confesse sa détresse :

 

I want someone to tell me what to wear in the morning. Okay, well, I think there are people who can No, I want someone to tell me what to wear every morning. I want someone to tell me what to eat, what to like, what to hate, what to rage about, what to listen to, what band to like, what to buy tickets for, what to joke about, what not to joke about. I want someone to tell me what to believe in, who to vote for, and who to love, and how to tell them. I just think I want someone to tell me how to live my life, Father, because so far I think I’ve been getting it wrong. And I know that’s why people want people like you in their lives. Because you just tell them how to do it. You just tell them what to do, and what they’ll get out of the end of it. Even though I don’t believe your bullshit, and I know that scientifically nothing I do makes any difference in the end anyway, I’m still scared! Why am I still scared?! So just tell me what to do.

Je veux que quelqu’un qui me dise quoi porter le matin. Ok, eh bien, je pense qu’il y a des gens qui peuvent le faire. Non, je veux que quelqu’un me dise quoi porter tous les matins. Je veux que quelqu’un me dise quoi manger, quoi aimer, quoi haïr, quoi râler, quoi écouter, quel groupe aimer, quels billets achetés pour un spectacle, de quoi rire, de quoi ne pas plaisanter. Je veux que quelqu’un me dise en quoi croire, pour qui voter,  qui aimer et comment leur dire. Je pense simplement que je veux que quelqu’un me dise comment vivre ma vie, Mon Père, parce que je pense que je me suis trompée jusqu’à présent. Et je sais pourquoi les gens veulent des gens comme vous dans leur vie. Parce que vous leur dites simplement comment le faire. Vous leur dites simplement quoi faire et ce qu’ils vont en tirer. Même si je ne crois pas à vos conneries et que je sais scientifiquement que rien de ce que je fais fera la différence en fin de compte, j’ai toujours peur ! Pourquoi ai-je encore peur ? Alors dis-moi juste quoi faire.

 

Cette scène m’a véritablement émue même si la demande du prêtre de s’agenouiller est étrange et laisse à interprétation hasardeuse, Phoebe Waller-Bridge a réalisé une véritable performance à cet instant faisant une aussi bonne actrice qu’auteur. Alors, oui la saison 2 a mis du temps à venir mais ça valait le coup d’attendre. Même s’il y a plus le côté avant-gardiste qu’avait suscité la saison 1 de Fleabag, cette saison 2 est tout aussi merveilleuse confirmant le talent déjà approuvé de Phoebe Waller-Bridge.

Ma note :

 

Pour ceux qui sont fans de Fleabag, je recommande Killing Eve, la série dont Phoebe Waller-Bridge est la créatrice et qui est une adaptation de roman. Mais, attention car certains ont du mal à rentrer dans Killing Eve car on est quand même loin de Fleabag. Je conçois que le côté espion et chasse à l’homme peuvent dérouter mais on retrouve quand même la patte de Phoebe Waller-Bridge dans les dialogues et je vous recommande de poursuivre car la saison 2 est mieux que la 1.

Quitter la version mobile