Site icon Lubie en Série

GOOD DOCTOR : Interview Christina Chang & Nicholas Gonzalez

good doctor saison 2 nicholas gonzalez neil melendez audrey lim christiana chang tf1 interview

Même si dans Good Doctor, le docteur Shaun Murphy absorbe toute notre attention, il a des supers collègues comme le docteur Neil Melendez ou sa boss le docteur Audrey Lim. Leurs interprètes, Nicholas Gonzalez et Christina Chang étaient présents au 59ème Festival de Télévision de Monte-Carlo. Autour d’une table ronde, les acteurs nous ont parlé de la série à succès de TF1 et de leur rôle dans Good Doctor.

 

Le traitement de l’autisme dans Good Doctor

Dans Good Doctor, Freddie Highmore prétend être atteint d’autisme ce qui n’est pas son cas dans la vie réelle. Ça doit être déstabilisant, en tant qu’acteur, d’avoir quelqu’un qui joue un autiste. Il ne vous regarde pas, agit de façon irrationnelle… Comment avez-vous fait pour appréhender votre rôle face au jeu de Freddie Highmore ?

Christina Chang : « Je suis arrivée dans la série un peu plus tard donc je n’étais pas là au début. C’était une expérience intéressante lors de mon premier épisode dans la série parce que Freddie m’a totalement ignoré. Puis, je ne le connaissais pas donc je me suis éloignée de lui au départ. Mon personnage doit être son boss donc je devais faire comme si cela ne me dérangeait pas. Mais dans la vie, il est si aimable, facile à vivre et appréciable, cela n’a pas duré longtemps ».

Nicholas Gonzalez : « Vous devez comprendre que ce que Freddie Highmore fait, ce n’est pas un numéro, un gimmick ou je me mets dans la peau de Shaun et je fais des trucs bizarres. Il a créé ce personnage, il le vit et le respire, ce personnage qui change constamment. Pour nous, en tant qu’acteur, nous devons juste nous lever et montrer qu’on est présent. Bien sûr, nous préparons notre travail. Je ne dois pas imaginer quelque chose parce qu’il est là avec une interprétation si juste à tel point que pour certaines personnes, c’est très proche de ce qu’ils connaissent de leurs proches atteints d’autisme. Freddie est à la fois intuitif et à la fois, c’est son esprit qui dit si je suis dans cette situation, je ferai comment. Il a fait beaucoup de recherches. Ce n’est pas un jeu qui joue sur le plateau ou une mimique. C’est quelque chose qu’il vit et respire. C’est merveilleux à voir. Et je le dis encore et encore mais il mérite tous les prix pour ça ».

Par ailleurs, les acteurs sont très touchés par le sujet de l’autisme et voilà, la série comme une manière de mettre en lumière le sujet. Ils expliquent que Shaun Murphy est un exemple d’autisme mais il y a tellement de formes différentes d’autisme. Christina Chang nous apprend que « des gens qui sont atteints d’autisme jouent des rôles » dans Good Doctor.

 

Le vocabulaire médical dans Good Doctor

Comment faites-vous avec le vocabulaire médical ? Vous documentez-vous avant de tourner sur la signification des termes médicaux que vous utilisez ?

Christina Chang : « Oui, nous faisons des recherches, nous googlelisons, nous avons une consultante médicale sur la série, elle est fantastique, son nom est Suzy. Elle a était une infirmière des urgences pendant plus de trente ans et elle a fait plusieurs séries et nous sommes si chanceux de l’avoir sur notre plateau. C’est une référence pour nous. Elle est très calme et sait exactement ce qu’elle fait. Elle dit : ‘Ok Nick, on y va et c’est ce que tu vas utiliser. Christina, vas-y tu dois faire ça’. Nous apprenons beaucoup à la volée. Nous faisons bien sûr des recherches. Puis, Nick a aussi… »

Nicholas Gonzalez : « Mon frère et mon père sont tous les deux chirurgiens. Mon frère exerce à San Antonio au Texas en laparoscopie où il est au sommet de son art. Mon père a pris sa retraite après de nombreuses années et j’ai grandi dans des hôpitaux. J’étais à la garderie de l’hôpital, je connaissais bien les infirmières et je me baladais dans l’hôpital. C’est un milieu dans lequel j’ai grandi. Voir ces deux hommes travaillés. Je suis allé voir mon frère lors d’une opération et je l’ai suivi lors de ses interactions avec les patients avant l’opération et après. J’ai vu comment il parlait aux gens sous ses ordres et ses collègues. C’est très spécifique comme façon de faire et intéressant. Pour moi, j’ai vécu cette vie donc lors que j’ai auditionné j’étais là à dire ‘Hey, je connais ces gens’. J’ai fait un mix des deux pour le rôle ».

Auriez-vous voulu être un médecin ?

Nicholas Gonzalez : « Assurément. En tant qu’acteur, nous avons la chance de faire tellement de choses, on apprend des choses à chaque rôle. On peut se faire plaisir sur des choix que nous n’avons pas fait. J’ai assurément considéré la médecine pendant longtemps. Heureusement, j’ai découvert le jeu d’acteur à l’université. Dans un style différent, je peux exercer la profession, je peux jouer le médecin ».

Christina Chang : « Je me sens chanceuse, nous avons de nombreuses carrières en étant acteur. Vous pouvez dire que vous fait beaucoup de choses sans vraiment les avoir faites ».

Votre père et votre frère regardent Good Doctor ?

Nicholas Gonzalez : « Oui, ils regardent ».

Christina Chang : « Ils sont tous les deux très fiers ».

Nicholas Gonzalez : « Mon père adore la série, mon frère adore la série. Mon frère adore me taquiner dessus. Il me dit souvent ça n’arriverait pas comme ça, tu n’aurais pas fait ça. Tu es un chirurgien cardiaque pourquoi tu fais une opération d’obstétrique ? Pourquoi elle fait une opération du cerveau alors qu’elle est chirurgienne en traumatologie. Il y a certains raccourcis que nous devons prendre afin que l’on puisse suivre un certain groupe de docteur sans avoir à suivre 90 d’entre eux. Il y a certains raccourcis qui sont pris et qu’il trouve drôle. Mais, pour la majeure partie, ils sont très encourageants ».

 

 

 

Attention spoilers sur la fin de la saison 2 de Good Doctor !!!

En fin de saison 2 de Good Doctor, vos deux personnages franchissent un cap ! Ils s’embrassent lors d’une scène surréaliste en plein milieu des urgences avec la caméra qui tourne autour d’eux. Racontez-nous cette scène ?

Nicholas Gonzalez : « C’était un peu un choc parce que la série est en premier un procédural, on a toujours les deux cas à traiter et il y aussi bien sûr les mini histoires de Shaun. Pour nous, ce fut un honneur d’avoir plus d’histoires et ce n’est pas très habituel chez David Shore qui ne se penche pas forcément sur ce genre de sensiblerie. Il est plutôt direct. En fin de compte, c’était fun. C’était intéressant de voir ces deux côtés des personnages et d’avoir la possibilité de travailler ensemble ».

Christina Chang : « Ce n’est pas le genre de Shore de faire ça. On était surpris. Il a dit voilà ce que nous allons faire. C’est fun. Nick et moi, nous nous connaissons depuis plusieurs années comme nos personnages, nous nous connaissons quand nous étions jeunes, nous avons une histoire, nous avons nos codes ensemble. Nous sommes similaires d’esprit et sur d’autres aspects et quand vous devez jouer avec quelqu’un que vous connaissez et respectez, c’est fun. Bien sûr, c’est toujours un travail que nous prenons au sérieux mais c’est aussi bien de venir au travail pour faire ça ».

Nicholas Gonzalez : « Nous sommes détendus entre nous à tel point que nous pouvons avoir des moments qui ne sont pas écrits sur papier. De ce que je vois sur Twitter, les gens aiment les réactions, les têtes ».

Je pensais que c’était un rêve au début !

Christina Chang : « Je vois ce que vous voulez dire, c’était un moment différent. C’est une sorte de rêve d’une certaine manière, car c’est un moyen de dire comment les personnages le ressentent ».

Quitter la version mobile