Site icon Lubie en Série

Les Grands : l’adolescence dans tous ses états !

Est-ce que la première série française qui parle des ados de façon intelligente est née ? Les Grands semble être CETTE série. Loin des délires des sitcoms d’AB, les Grands propose un portrait réaliste de l’adolescence. Les ados se retrouvent et les anciens se rappellent de leur jeunesse. Ce collège qui a rythmé leur vie pendant 4 ans. Quand les collégiens arrivés en 6ème et découvrent un nouvel environnement scolaire, les 3ème déjà bien familiers avec l’environnent,  deviennent alors les Grands du collège et peuvent faire régner leurs lois.

En m’enfilant à la suite en un week-end les 10 épisodes, j’ai pu reconnaître que les scènes auxquelles j’avais assisté pendant le tournage correspondant à l’épisode 5. Et la photo de classe que vous voyez dessus a pris beaucoup de temps de tournage pour au final seulement 3 petites minutes dans la série. Ce jour-là, j’avais assisté à une scène clef entre Avril et Ilyes.

Juste des ados !

Ce qui arrive à ces adolescents peut paraître anodin et à vrai dire la vie dans ce collège n’est pas plus extraordinaire que dans un autre collège de l’hexagone. Ce n’est pas l’objectif de la série, Les Grands parle d’ados qui expérimentent la vie et font des erreurs. Un temps où ils ont encore le droit à l’erreur avant de devenir adulte. Les Grands se raconte par des scènes clefs, des échanges drôles ou touchants mais par une histoire extravagante loin des catastrophes que vivent certains personnages de séries américaines. Un peu comme un documentaire, la série s’attache à étudier ses personnages à comprendre ce qui se passe dans leur tête. Les histoires sont communes à tous : le premier baiser, la sexualité, l’homosexualité, la mort ou la recherche de reconnaissance. On a tous connus ça ados et c’est pourquoi, Les Grands est une série qui parle aussi bien aux adolescents qu’aux adultes.

Réalisation digne des plus Grands !

Les Grands, c’est une atmosphère. De part sa réalisation soignée, le téléspectateur va au plus près des personnages et retombent en adolescence avec eux. Personnellement, les ralentis sur des parties du corps des ados comme les cheveux, bouches, yeux et autres traits de caractère sont très réussis et donnent en quelques images l’essence du personnages. Par exemple, Julianna est le fantasme d’Hugo quand elle apparaît des ralentis sur elle sont fait et sur sa superbe chevelure ce qui lui donne un côté sensuel d’une jeune femme en devenir. Le générique est également dans ce style  de réalisation avec une musique entêtant et des griboullis qui restent à l’esprit. Félicitations à Vianney Lebasque qui signe cette belle réalisation.

La série a reçu le prix des collégiens au Festival Fiction TV de La Rochelle, un prix mérité est desservi par leur pairs en quelque sorte. Des collégiens qui ont su s’identifier dans ces personnages que l’on adore dès le premier épisode. Il y en pour tous les styles d’ado du rebelle à l’intello en passant par comique de service.

Osez un retour en adolescence avec Les Grands sur OCS !

Quitter la version mobile