Lubie en Série

Hartley and The Davidsons sur la route d’un mythe !

La marque de moto Hartey Davidson vous connaissez évidement ? Mais l’histoire de cette entreprise américaine, la connaissez-vous ? La mini-série Harley and The Davidsons comble vos lacunes éventuelles en 3 épisodes long d’environ 1h30.

L to R: Arthur Davidson played by Bug Hall, Walter Davidson played by Michiel Huisman and Bill Harley played by Robert Aramayo.
L to R: Arthur Davidson played by Bug Hall, Walter Davidson played by Michiel Huisman and Bill Harley played by Robert Aramayo.

Harley et les frères Davidson

Et c’est plutôt réussi dans l’ensemble. En effet, le téléspectateur fait la connaissance de Bill Harley, l’ingénieur derrière la machine et sa rencontre avec les frères Davidson : Arthur à la fibre commerciale et Walter, motard d’occasion qui a assuré quelques courses pour la promotion de la marque. Très vite la sympathie se crée autour de ce trio qui est tellement investi dans ce projet fou de créer une moto avec un moteur révolutionnaire. Bien sûr, pour prouver que les motos Harley-Davidson sont exceptionnelles, les trois jeunes hommes doivent redoubler d’efforts et se battre contre les sceptiques. Ceux qui veulent leur mettre des bâtons dans les roues créent le challenge nécessaire pour créer la fiction.

La course est trop longue ?

Cependant, dans des épisodes de 1h30 il s’en passe des choses voire trop… A tel point que ce flot d’informations est défavorable à l’attention du téléspectateur et le développement des personnages en souffre également. Peut-être qu’un format plus classique de 12 à 13 épisodes avec une durée de moins de 50 minutes aurait peut-être rendu plus fort l’attachement à ce trio et leur histoire. On apprend beaucoup de choses mais on n’a pas le temps de tout digérer correctement. Par exemple, l’épisode 1 peut être scinder en 3 parties bien distinctes : la rencontre du trio, le lancement du projet et la première course. Mais la fluidité entre ces trois parties est quasi inexistantes ce qui donne l’impression de vivre 3 épisodes en 1.

Moto en action !

Pour les passionnés de moto, la réalisation des courses devrait vous plaire. Les courses, elles sont nombreuses dans Harley and The Davidsons et elles sont intenses. On sent que les deux réalisateurs Stephen Kay (épisode 1) et Ciaran Donnelly (épisode 2 & 3) ont prêté une attention toute particulière à ces scènes pour rendre les plus réalistes possibles et aussi engageantes pour le téléspectateur qui se demande à chaque fois si la moto Harley Davidson battra ses concurrents.

Un casting royal ?

Le recrutement a été fait chez Game of Thrones ? Il semblerait 2 des acteurs du trio sont des têtes connues du Trône de Fer avec Robert Aramayo alias Bill Harley ou dans Game of Thrones, le jeune Ned Stark et Michiel Huisman alias Walter Davidson ou Daario Naharis dans Game of Thrones. Seul Bug Hall n’est pas encore passé par les sept royaumes. Les trois acteurs assurent dans le rôle mais une mention spéciale pour Robert Aramayo qui donne vie à un personnage, Bill Harley, avec lequel on accroche assez rapidement. Il a un côté tendre et visionnaire qui crée une sympathie. Michiel Huisman ne sort pas des sentiers battus en jouant le fougueux Walter en quête de sensation. Un rôle dans lequel, on l’a déjà vu mais en même temps en motard de chez Davidson cela paraît un rôle évident pour lui. Bug Hall en commercial avide est bien.

Harley and The Davidsons est une série intéressante du point de vue historique mais la partie drama est encore trop fragile. Discovery Channel a eu le mérite de s’essayer au style de la série et peut-être que la chaîne devrait oser le jeu des épisodes au lieu de se contenter de seulement trois. D’autant plus quand l’histoire racontée est celle d’un mythe comme celui de Harley Davidson !

Pour information, Discovery Channel France est une chaîne disponible sur le câble soit sur Canal France numéro 84 ou bien Numéricable canal 136.

Exit mobile version