Site icon Lubie en Série

Here and Now : une série pas en phase avec son temps ?

here and now ocs série alan ball

Quand Alan Ball à qui on doit les célèbres Six Feet Under et True Blood, propose une nouvelle série, il faut évidemment la voir ! Son titre Here and Now diffusée sur HBO et chez nous OCS, cette série raconte la vie d’une famille composée de parents blancs qui ont adopté trois enfants de Somalie, Vietnam et Colombie et ils ont un enfant biologique. Leurs liens d’affection est mis à l’épreuve quand l’un deux commencent à voir des choses que les autres ne peuvent voir. Au vue des critiques pas très positives sur le pilote, j’ai décidé de voir 3 épisodes sur OCS GO au lieu d’un seul. En effet, le pilote n’est peut-être pas le plus engageant.

Cependant, avec 3 épisodes de vu au lieu d’un, je ne suis pas convaincue par cette oeuvre d’Alan Ball. Tout d’abord, comme dit le pilote n’est pas si réussi et c’est compréhensible que certains téléspectateurs ne souhaitent pas poursuivre. Mais, les deux épisodes suivants ne font que confirmer la première impression. En fait, Alan Ball nous a tellement habitué à mieux que Here and Now paraît un peu légère par rapport à ses créations précédentes.

 

Le surnaturel sauve l’humain

Here and Now est bourrée de clichés. La famille Boatwright réunit toutes les intrigues les plus banales : un mari adultère, une mère de famille hystérique, une fille mariée et mère de famille qui veut s’échapper de son quotidien, un fils qui a dû mal à supporter la comparaison avec son père et la plus jeune fille qui obsédée par le fait de perdre sa virginité. Il y en a qu’un seul qui échappe aux clichés, c’est Ramon, le fils gay qui a une vie totalement saine avec son amoureux. C’est d’ailleurs, le personnage qui suscite le plus attachement et dont la relation de coeur est bien écrite loin des clichés. Cette famille n’a rien d’original pour susciter un quelconque intérêt.

La seule chose qui sauve un peu la mise de Here and Now, c’est le côté surnaturel avec ce phénomène 11:11 que Ramon voit puis, son père. C’est à ce moment-là, où je me suis sentie rassurer en me disant que j’étais bien dans une série d’Alan Ball au final. On sent qu’il y a quelque chose autour de cette touche mystique voire un potentiel. C’est le seul élément positif que j’ai pu repérer dans ces 3 épisodes car en effet, cela intrigue. Mais peut-être pas assez pour casser la banalité des personnages et de leurs intrigues si classiques.

 

Here and Now avis

C’est un raté et ce n’est pas grave. Alan Ball reste un génie, il a le droit de ne pas être pas réussir à faire la série parfaite à tous les coups. J’ai toujours pensé que les bons créateurs de séries avaient le droit à des loupés, ça fait partie du process de création. Le succès dépend de tellement de choses qu’avoir toutes les cartes en main est bien difficile et encore plus dans un monde des séries où la concurrence est rude. Here and Now n’est pas une réussite. Les clichés de la famille Boatwright sont un réel problème et même si la touche surnaturelle parvient à intriguer, elle ne peut relever l’ensemble et ce qui compte le plus les personnages. Ce n’est pas ici et maintenant monsieur Alan Ball mais ailleurs et plus tard que vous aurez un autre beau projet de série à nous présenter.

 

Ma note :

 

Quitter la version mobile