Site icon Lubie en Série

I KNOW THIS MUCH IS TRUE : le jumeau maudit

I know this much is true serie avis

L’acteur Mark Ruffalo jour les jumeaux Dominick et Thomas Birdsey dans la mini-série I Know This Much Is True. Il s’agit d’une adaptation du livre de Wally Lamb. Derek Cianfrance est l’auteur et le réalisateur de cette mini-série pour HBO et disponible chez nous sur OCS. C’est l’histoire des jumeaux Birdsey, leur présent et passé mais du point de vue de Dominick. Tout commence quand Thomas Birdsey est enfermé dans un asile après s’être mutilé en public. Dominick Birdsey, son frère jumeau, fait tout son possible pour sortir son frère paranoïaque et schizophrène de ce lieu. Au casting, il faut noter la présence d’Archie Panjabi dans le rôle du Dr.Patel, Kathryn Hahn dans le rôle de l’ex-femme de Dominick Dessa, Rosie O’Donnell dans le rôle de l’assistance sociale et Juliette Lewis dans le rôle de la traductrice des mémoires du grand-père des frères Birdsey.

 

Pourquoi regarder I KNOW THIS MUCH IS TRUE ?

La double performance de Mark Ruffalo : Cette fois-ci, Mark Ruffalo ne se transforme pas en géant tout vert et très énervé. L’acteur se dédouble en jouant les jumeaux Birdsey. Dominick est certes, un peu énervé par la vie un peu comme Hulk mais on comprend aussi sa colère au vue des tragédies qu’il enchaîne. Quant à Thomas, il entend des voix et parle avec Jésus. Mark Ruffalo joue les deux personnages avec brio et l’illusion est totale.

La puissance de lien fraternel : I Know This Much Is True, c’est bien plus que l’histoire d’un homme, Dominick Birdsey. C’est l’histoire de deux frères liés par la gémellité. On sait tous que cela crée un lien particulier entre les individus jumeaux qui n’est pas le même qu’entre deux frères de deux grossesses différentes. Dominick qui appelle son frère « buddy » affectueusement fera tout pour le sortir de l’asile. Il va se battre corps et âme pour son frère. Dominick connaît son frère, il est inoffensif, doux comme un agneau. Mais, parfois, le meilleur des frères ne peut peu rien contre la folie…

Le passé qui interroge le présent : Les flashbacks sont nombreux et ils reviennent sur plusieurs période de la vie des jumeaux mais aussi sur la vie du grand-père des jumeaux Birdsey. Un grand-père dont le récit est à la fois passionnant que glaçant. Ces retours dans le passé permettent de mieux connaître le personnage de Dominick mais aussi ils tentent en vain d’expliquer pourquoi Dominick et Thomas sont des jumeaux si différents. Pourquoi Thomas est devenu mentalement dérangé et pas son frère ? Quel événement a déclenché son schizophrénie et sa paranoïa ?

 

La citation I Know This Much Is True

 

« You don’t just give up on the people you love ».
« Tu n’abonnes pas comme ça, les gens que tu aimes ».

– Dominick

Mark Ruffalo © HBO

Cette mini-série est tout simplement déprimante. Mais, elle est aussi merveilleuse. Malgré quelques défauts avec un voyage inégal du personnage principal et un départ un peu chaotique, I Know This Much Is True est une belle mini-série. En effet, le premier épisode n’est pas très engageant et avec son atmosphère très pesante, il peut en rebuter plus d’un. Il faut s’accrocher et il y a un début de lumière à la fin promis. À vrai dire, c’est une fois les six épisodes finis que j’ai réalisé la beauté de cette mini-série. Il y a eu des moments difficiles mais aussi de sublimes moments tragiques que les acteurs ont tous su sublimés. Ça passe par une larme qui coule discrètement au coin de l’œil ou une réplique fatale ou une attitude inattendue face à la situation.

Cependant, il faut le savoir c’est un voyage avec un personnage difficile à suivre et profondément triste. Dominick le dit lui-même au docteur Patel, il a tout perdu et à son niveau se reconstruire paraît impossible. En six épisodes, on voit la descente aux enfers d’un homme qui a pour premier objectif s’assurer la sécurité de son frère. Ce frère, ce jumeau, qu’il aime tant mais qui est aussi son fardeau au quotidien.

Ma note :

 

I Know This Much Is True est à voir sur OCS

Quitter la version mobile