Lubie en Série

Interview de Charles Esten sur la fin de Nashville

Le 58ème Festival de Télévision de Monte-Carlo a pris un petit air de country avec l’arrivée de Charles Esten alias Deacon Clayborne dans la série Nashville. L’acteur vient à Monaco après avoir achevé six saisons de Nashville. Autour d’une table ronde, j’ai pu lui poser quatre questions sur la fin de Nashville et son sentiment par rapport aux grands événements de la série abandonnée par ABC et récupérée par CMT.

 

Nashville de ABC à CMT

Comment avez-vous vécu le changement de chaîne entre la networlk ABC et CMT ? Qu’est-ce que cela a changé en terme de production pour vous et l’équipe ? Pensez-vous que les fans ont aidé à sauver la série ?

Charles Esten : “Il y a deux ans quand on a découvert qu’on ne serait plus sur ABC, c’était très difficile, c’était un sentiment mitigé. Pour être honnête, une de mes premières émotions était la gratitude d’avoir eu au moins 4 saisons avec ce personnage, dans cette série et cette musique incroyable. Très rapidement les fans ont commencé à faire du bruit et à dire ‘on n’en a pas fini avec cette série’. ça fait plaisir. C’était très gratifiant de leur laisser avoir leur moment et de dire à quel point ils aiment la série. De notre côté, nous avions pas l’impression d’avoir fini de raconter l’histoire et chanter les chansons. Le bruit des fans a fait bouger CMT qui a dit nous allons la prendre. C’était un magnifique moment et ça me semblait pertinent. CMT était à côté du lieu où nous tournions car nous ne sommes pas à Hollwyood comme la plupart des séries. On avait déjà une connexion avec eux et ils ont déjà cette cérémonie de récompenses où ils diffusent le gospel de la country à travers le monde. Puis, on était interviewé tout le temps par eux  donc on se sentait déjà comme de la famille avec eux. Mais c’est bien plus que ça, on a eu la possibilité de raconter l’histoire d’une autre manière. Quand on est sur une network, vous devez sortir les feux d’artifices plus souvent et on était bon avec les feux d’artifices mais en vérité, ce n’était pas notre point fort. Notre point fort, c’était ces moments doux et lyriques de connexion entre les personnages presque comme une chanson de country, je dirais. Donc, au lieu de planifier des chansons de country rock’n’roll comme sur les saisons de ABC, nous avons pu être plus relax et descendre d’un ton et se concentrer sur ces choses-là. En plus des avantages de l’équipe CMT, ils nous ont dit quand c’était la dernière saison. Avec ABC, on a découvert du jour au lendemain, on a pas eu le temps d’écrire sur tel sujet ou tourner sur tel sujet. Avec CMT, les scénaristes ont pu écrire une conclusion. Je ne pense pas que ce soit tout simplement approprié ou pertinent mais ça ajoute une véritable magie au final. C’est important pour moi, ça nous donne à nous, les artistes, une conclusion. C’est mieux que ‘oh c’est fini ! Je ne savais pas que c’était fini’!”.

“le dernier épisode est le meilleur de Nashville”

 

Le sentiment de Charles Esten sur la fin de Nashville

Pensez-vous que la fin est satisfaisante pour les fans ?

Charles Esten : “D’une certaine manière, je comprends qu’il n’y a pas de satisfaction dans une fin. Pour les gens qui voulaient que ça continue encore et encore, cela sera difficile comme pour nous. Le fait que ce soit une série de 6 saisons, ce qui est un bon nombre de saisons, cela donne plus de valeur à la série que si elle continuait car on se demanderait qu’est-ce qu’il lui arrive maintenant ? Qu’est-ce qu’il fait maintenant. Il a commencé avec beaucoup de choses à apprendre, de la douleur qu’il a pu surmonter heureusement et il finit dans une situation. Ce que je peux dire c’est que dans la dernière saison, il n’arrive pas uniquement à la ligne d’arrivée. Deacon doit faire face à ses blessures les plus profondes avec son père. Pour beaucoup d’entre nous, la relation avec vos parents et ce qui vous façonne. Pour Deacon, parce que c’était si dysfonctionnel et si douloureux, ça l’a façonné dans le mal. Il a des démons à combattre et des addictions. Dans les derniers 6 épisodes voire 8 épisodes, son père revient dans sa vie. La manière dont il gère la chose est particulière. C’est spécial car il a besoin d’être pardonné de la part de Rayna, des gens dans sa vie, de la part de ses filles. Mais, la question est-ce qu’il peut pardonné à son tour ? Tant que vous ne pouvez pas pardonner peut-être que vous n’êtes pas totalement pardonné. Il y a sûrement quelque chose de briser là-dedans. C’est la grande question. Puis du point de vue plus large celui de la série, je peux dire que le dernier épisode est le meilleur de Nashville, en ce sens, qu’il y a cette magie qui envahit l’air de Nashville avec une qualité différente et spéciale qui parfois pointe le bout de son nez à ce moment-là, c’est puissant, ça veut dire beaucoup”.

“Pour être clair, j’étais autant en deuil que Deacon. Personne ne voulait perdre notre grande amie et cette équipière extrêmement talentueuse”.

Charles Esten et sa compagne

Le départ de Connie Britton

Comment avez-vous gérer le départ de Connie Britton ? Pensez-vous que la mort de son personnage était utile à l’histoire de votre personnage ?

Charles Esten : “Pour être clair, j’étais autant en deuil que Deacon. Personne ne voulait perdre notre grande amie et cette équipière extrêmement talentueuse. Mais une fois dit, nous voulions qu’elle fasse les choses qu’elle voulait faire. Je souhaite son bonheur, c’est très important pour moi. Donc au départ, ça fend le cœur et après, c’est comme ça va se passer ? Quelle série dans l’histoire de la télévision perd un rôle principal aussi central ? Vous, vous faites ça comme métier, pouvez-vous penser à une autre série et ne dites pas Game of Thrones, c’est de la triche, ils l’ont fait volontairement 🙂 Donc, je me suis dit pouvons-nous y survivre ? C’était exactement le genre de question pour Deacon. Je pensais en tant qu’acteur, nous ne pouvions pas faire du tout est bien qui finit bien. Mais comme on est forcé de suivre un autre chemin, nous avons eu une chance de découvrir ce que ça donne. C’est une situation à laquelle de nombreux personnes font face, perdre la personne que vous ne pensiez jamais perdre. C’est une des choses les plus difficiles du monde pour Deacon. Cela bat l’addiction, cela bat le cancer. Tout cela il échangerait pour une seconde avec Rayna. Mais, tu ne peux pas avoir Rayna donc qu’est-ce qui se passe maintenant ? On a la chance de voir la force qu’elle lui a donné avec son amour était assez pour le sauver quand elle était là ou assez quand elle n’est plus là. Sera-t-il capable de se relever et être le père qu’elle lui a demandé d’être sur son lit de mort ? ‘S’il Te Plaît soit là pour ces filles’. Le Deacon que l’on a rencontré au début n’aura pas pu, il se serait effondré avec une bouteille d’alcool qu’il aurait bu jusqu’à en mourir. Mais, sur le lit de mort, il a ses bras autour de ces deux filles et il savait que ces filles étaient sous sa responsabilité”.

La musique country dans Nashville

Comment se déroulaient les scènes de musique ? Est-ce que vous chantiez en live ou playback ? Avez-vous écrit des chansons pour la Nashville ? Quel était le secret de ces scènes de country ?

Charles Esten : “Au cours des six saisons, c’est incroyable nous avons eu 300 chansons originales produites et interprétées dans Nashville. C’est grâce aux incroyables musiciens, paroliers, artistes, mes co-équipiers, producteurs, Deacon a en eu 30. Deacon avait 10% de tout ça. 33 de ces chansons étaient les miennes donc j’ai les 10% de mes 10%. J’ai adoré écrire ses chansons. ça faisait partie de ma liste de choses à faire avant de mourir. Le process de faire des scènes musicales dans Nashville était particulier parce que vous deviez pré-enregistrer dans un studio et votre esprit doit être constamment sur une scène que vous n’avez pas encore tourné. Vous deviez y penser par exemple, celle-ci est sur une scène de stade donc je dois chanter plus fort et avoir beaucoup d’énergie. Vous vous devez vous mettre dans l’esprit de quelqu’un qui se produit dans une salle de trois mille personnes. Ou comme par exemple quand Deacon chante pour sa soeur sur son lit de mort quand elle était dans le coma, là nous devions ne pas avoir de tempo, c’est-à-dire pas d’autres musiques ou autres voix juste Deacon et une guitare et sans jeu car elle était inconsciente. Il devait juste être là pour sa soeur et vous devez juste être calme ce qui est extrêmement intime et personnel. La dernière chose que vous voulez c’est de chanter à un niveau trop élevé dans un hôpital et elle est juste là donc vous sentez comme un vrai débile. On devait y penser en amont. Le fait que vous ne le remarquiez pas, c’est qu’encore une fois nous l’avons fait correctement. Nous avons fait des lives. Des lives spéciaux comme sur le lit d’hôpital avec Rayna, chanter avec les filles. Vous vous dites ce moment sera en live. Un live tourné sur le moment. En disant ça, il y a une chanson qu’on a fait en live dans la première saison, le tout premier épisode, je chante une chanson que j’ai écrit appelé ‘I know to love you now’ et c’était sur la scène du Blue Bird. Cette année, ABC a dit non seulement tu vas la chanter en live et en direct du BlueBird aux Etats-Unis. Donc, j’étais au BlueBird ils m’ont dit 3.2.1 et j’ai commencé à chanter en live pendant la diffusion. C’était excitant. On l’a fait de différente manière mais cette musique est ce qui nous a lié solidement avec cette communauté de fans. Quand vous avez fini de regarder une série, que ce soit un épisode ou la série entière, vous passez à autre chose ce qui n’est pas le cas avec la musique. La musique est partout avec vous. Donc, les gens qui ont fini la série, on a la chance d’être dans leurs voitures, leurs écouteurs, leurs mariages, leurs enterrements. Les chansons de Nashville atteignent un autre niveau dans le coeur et l’esprit de notre communauté de fans. C’est un cadeau”.

Exit mobile version