Site icon Lubie en Série

INTERVIEW Jessica Brown Findlay rend glam le drame historique avec Harlots !

Jessica Brown Findley harlots interview

Bien loin de Sybil, son personnage de Downton Abbey, Jessica Brown Findlay incarne Charlotte Wells dans la série Harlots. Une jeune femme glamour, fougueuse et qui est très loin des bonnes manières éduquées chez la famille Crawley. Un contre-pied qui permet de voir l’actrice sous une autre facette ! Rencontrée au MIPCOM, Jessica Brown Findlay raconte son personnage et sa série Harlots lors d’une interview réalisée en tête-à-tête.

Quelle a été vos premières impressions quand vous avez lu le script d’Harlots ? Pourquoi vouliez-vous jouer le rôle de Charlotte Wells ?

Jessica Brown Findlay : »Ma première réaction a été que j’étais ravie que quelque chose comme ça soit réalisé. C’est assez choquant que cela ait pris autant de temps mais le voici, c’est enfin fait. Je voulais toute de suite participé à ce projet et j’aimais le fait que Charlotte soit si compliquée, pleine de défauts, agaçante, brillante, drôle et tout cela en même temps. Il n’y a pas de faux-semblant dans la création de ce personnage. C’est le portrait d’une femme qui a tout compris. J’aime bien ça car c’est totalement moi. Je voulais véritablement jouer un personnage comme celui-ci et je savais qu’il y aurait beaucoup à découvrir chez elle ».

Avez-vous lu le livre The Covent Garden Ladies de Hallie Rubenhold qui aurait inspiré la série ?

Jessica Brown Findlay : »Je n’ai pas lu celui-ci, j’ai lu Harry’s List*. Oh mon Dieu ! Les descriptions dans ce livre sont cruelles. Mais ce qu’il m’a frappé dans ce livre, c’est à quel point toutes ces femmes étaient si différentes et à quel point il y avait une demande pour des femmes très différentes à cette époque. Au lieu de ces femmes en taille 34, femmes parfaites avec leurs cheveux impeccables et leurs ongles faits. Nous sommes des espèces complexes et nous sommes attirés par tellement de choses. J’ai bien aimé le côté ouvert de l’époque et j’ai vu ce point ressortir dans le script. Dans le script et aussi tout au long de la série, à quel point tout le monde est différent. Elles ont en commun ce qu’elles font mais la manière dont elle le font est très propre à elle-même, phénoménal** ».

* La liste d’Harry est un recueil de l’époque qui notait les prostitués et leurs pratiques sexuelles afin que le « client » puisse faire sa sélection. Le livre est cité dès les premières minutes du pilote.
**on parle de sexe évidemment même si Jessica Brown Findlay ne cite pas le mot.

Charlotte Wells est bien différente de la douce Sybil de Downton Abbey. Est-ce que c’était important pour vous de jouer dans une série historique après Downton Abbey en ayant un rôle totalement à l’opposé de celui de Downton Abbey ?

Jessica Brown Findlay : « Évidemment, vous voulez vous assurer que vous ne jouez pas toujours le même personnage. Je pense qu’on fait des raccourci en regroupant ensemble une quantité  importante d’histoires et d’expériences humaines sous la houlette du drames historiques. Si ça ne se déroule pas maintenant. Ce qui peut être dommageable pour la série que nous racontons parce que ce n’est pas parce que ça se déroule à notre époque, que c’est une série d’histoires d’autrefois. Je crois que certaines sont réalisées pour l’évasion mais Harlots n’est pas faite pour l’évasion. C’est divertissant, excitant et engageant. Cela provoque une discussion d’une manière très artistique. C’est important. Vous avez juste envie de faire partie des bons projets, avec une bonne écriture et vous allez où cela se trouve ».

 

Harlots le glamour au féminin !

Harlots est une série où les femmes ont le rôle principal que ce soit à la création, la réalisation, la production. Est-ce le secret du succès de la série ?

Jessica Brown Findlay : « C’est vraiment dur de faire la séparation parce que si la série n’avait pas été créée par qui elle a été créée alors ça serait une autre série. Mais le fait que ce soit écrit, réalisé, produit par des femmes ce n’est pas ce qui fait de cette série, qu’elle est géniale. C’est une bon drama et le fait qu’elle soit créée par des femmes, ce n’est pas pour ça que l’on en parle et que cela marche. La série marche parce que je crois sincèrement que c’est une bonne série. Je serais ravie quand ça ne sera plus dans les gros titres. Tout types de diversité devraient comprendre tout le monde, tout le temps. Ces discussions arrêteront de faire les gros titres et on reviendra à regarder le contenu. Mais, c’est une discussion que l’on ne peut cesser d’avoir avant qu’elle vienne du haut de l’échelle dans la manière dont les séries sont faites, qui font les séries et qui les commandent jusqu’en bas sur le plateau. ça doit être une conversation d’ensemble où tout le monde a la possibilité de participer jusque-là nous pouvons laisser continuer la conversation. Mais, maintenant nous n’en sommes pas là et on doit continuer d’en parler. C’est juste incroyable de travailler avec ces femmes ».

Harlots a un style très glamour et coloré en décalage avec le drama historique, est-ce une volonté de casser les codes du style ?

Jessica Brown Findlay : « Cocky Giedroyc, notre réalisatrice, elle m’a parlé en amont me disant qu’elle ne voulait pas que ça soit 50 nuances de marrons ce que vous voyez souvent. ça donne une impression de morne et d’un monde d’hier. Alors, ce n’est pas pris sérieusement ou ce n’est pas écouté comme il le faudrait. Il y avait un élément de style que nous voulions soulever en étant dans le lumineux et vivide ».

En saison 2…

Jessica Brown Findley : « Dans la saison 2, Charlotte a rejoint la maison de Lydia Quigley. Beaucoup de choses, elle a fait un acte de trahison. Je pense que pour beaucoup de personnages dans la série, on a l’impression qu’elle a trahi le genre féminin et sa mère avec son bordel ».

Quitter la version mobile