Site icon Lubie en Série

[INTERVIEW] JEUNE ET GOLRI : Pourquoi Agnès Hurstel assure le show ?

jeune et golri ocs série

Venez rigoler avec la bande de jeunes d’Agnès Hurstel ! Avec l’aide de Léa Domenach et Victor St Macary, Agnès Hurstel, aussi chroniqueuse sur France Inter et adepte du stand-up, écrit sa première série intitulée Jeune Et Golri. OCS lui donne carte blanche pour raconter son autofiction en 8 épisodes de 26 minutes. Elle y raconte l’histoire de Prune, 25 ans, stand-uppeuse en panne d’inspiration, jeune et golri, qui tombe amoureuse de Francis, 47 ans, vieux et dépité. Sauf que Francis a juste oublié de dire à Prune qu’il avait un enfant… Alma, 6 ans, minus et pas marrante du tout. C’est l’histoire de Prune qui devient belle-mère, alors qu’elle a 5 ans d’âge mental. Et que pour elle, cohabiter avec un enfant, c’est cauchemar. À moins qu’elle ne décide d’en faire le sujet de son spectacle, sans le dire à Francis bien sûr. En réalité, Agnès Hurstel a été belle-mère d’un chat mais elle a décidé de le remplacer par une enfant car comme elle dit elle-même en table ronde : « Il y a plus de choses à raconter et c’est dur de faire jouer un chat ».

Vous l’avez compris le sketch est simple mais c’est le ton et la manière dont Agnès Hurstel raconte cette histoire qui fait le sel et l’originalité de Jeune et Golri, sans compter sur le talent de jeu de la comédienne qui forme un joli couple à l’écran avec Jonathan Lambert. Visiblement, la série est tellement golri que la presse internationale a été séduit par l’univers d’Agnès Hurstel qui a reçu le prix de la meilleure série de la compétition française au festival Séries Mania. L’auteur et actrice a récupéré son prix auprès de sa talentueuse réalisatrice Fanny Sidney (Camille dans Dix Pour Cent). Toutes deux émues, les jeunes femmes ont fait de longs et beaux discours de remerciements. De plus, le compositeur Pierre Leroux et musicien du groupe Housse de Racket a remporté le prix de la meilleure musique de la compétition française. C’était la première fois qu’il faisait de la musique à l’image et il propose un thème musical par personnage.

Afin d’en savoir plus sur Jeune et Golri, j’ai eu la chance d’interviewer l’équipe de la série : Agnès Hurstel, Fanny Sidney (réalisatrice), Jonathan Lambert, Marie Papillon, Lison Daniel, Nordine Ganso et la co-scénariste Léa Domenech. Ils m’ont tous dit comment ils se sont bien golri sur la série ?

 

INTERVIEW D’UNE JOYEUSE TROUPE !

La vision d’Agnès Hurstel !

« C’est toujours la même chose, que ce soit le stand up, les chroniques, l’écriture d’une série. Quand moi je suis auteur, je ne parle pas des projets où je suis comédienne, c’est de l’autofiction et c’est juste une forme différente pour raconter un truc. à chaque fois, c’est la forme de l’humour et à chaque fois, c’est l’écriture et c’est de l’autofiction » dit Agnès Hurstel sur son travail sur sa première série Jeune et Golri.

L’auteur est partie d’un point de départ : « C’est quoi être adulte ? C’est quoi s’inventer une identité en plein moment de #metoo ». Alors qu’on lui a collé des étiquettes de « empowerment » ou la « fille de Blanche Gardin », Agnès Hurstel avoue être juste une jeune femme blanche qui habite dans le neuvième et qui tombe amoureuse d’un homme plus âgé. Elle dit qu’il faut « se battre pour que toutes les histoires d’amour existent » et ne pas culpabiliser. Puis, surtout parlons-en avec humour car Agnès Hurstel avait à coeur de raconter la vie en comédie et s’interroge alors : « Comment on parle de la vraie vie avec humour ? » Vous avez alors une idée de comment Jeune et Golri a été pensée par sa créatrice.

Une vision que ça co-scénariste Léa Domenach n’a pas eu de mal à adopter, elle dit : « Moi, je suis arrivée en partant du désir d’Agnès et de son envie par rapport à son spectacle, ce qu’elle avait déjà raconté, de son histoire d’amour avec quelqu’un de plus âgé, etc. Et puis cette idée de c’est quoi être adulte ? C’est quoi, le passage à l’âge adulte ? Et puis aussi de se questionner par rapport à cette belle mère c’est quoi être une belle mère. C’est quoi quand on a 25 ans d’être dans cette situation. Cela nous permettait d’aborder beaucoup de thèmes. Donc, en fait, c’était ça qui nous intéressait d’essayer de dire beaucoup de choses qui nous paraissaient intéressantes, qui nous traversaient avec évidemment les armes de l’humour, du stand up. Et puis ça s’est aussi enrichi avec ça. J’ai l’impression que nous, on est toujours sur scène, c’est-à-dire comme le stand-up Il faut que ce soit le plus écrit possible et en même temps, qu’on est toujours un peu l’impression qu’on improvise pour laisser un peu le charme et le flou à la série ».

Lors de la cérémonie de clôture Alex Vizorek présente la cérémonie et Agnès Hurstel et Fanny Sidney reçoivent le prix de la meilleure série française en compétition française © Lubie en Série

 

Une réalisatrice comédienne !

Quand on demande à Fanny Sidney, comment s’est déroulé son expérience de réalisatrice de série pour Jeune et Golri, la jeune femme rougie avec un grand sourire et dit : « Wow! C’est bon rêver. Wow! Wow! C’était assez impressionnant que me soit confié la réalisation de cette écriture. Cette ambition dès l’écriture de quelque chose de très jubilatoire, avec des situations de comédie intense. Et et c’était génial ». Pour rappel, Fanny Sidney est connu pour le rôle de Camille dans la série Dix Pour Cent.

Mais son envie de réaliser n’est pas nouvelle, elle remonterait à très longtemps : « Peut être même le début. En fait, quand j’ai commencé à être actrice, je ne sais pas ce que j’ai envie de faire. Vraiment, je vais voir ce que c’est que le jeu pour comprendre la petite chimie, la petite cuisine de l’acteur. Et si jamais j’avais envie de réaliser un jour ». Un pari réussi puisque Fanny Sidney signe une très jolie réalisation pour une série où les jours de tournage sont restreints et très condensés.

Le secret de Fanny Sidney, réalisatrice c’est de vibrer avec ces comédiens, elle dit : « Je respire avec eux derrière l’écran. Ça, c’est une certitude. Leurs intentions me traversent ».

Agnès Hurstel © OCS

 

Des comédiens de tous âges !

Tout le monde est bienvenu sur Jeune et Golri, Agnès Hurstel et Fanny Sidney ont recruté à la fois des comédiens expérimentés comme Jonathan Lambert dans le rôle de Francis, des jeunes comédiennes en devenir comme Marie Papillon, des scénaristes qui jouent aussi la comédie comme Lison Daniel mais aussi des non-comédiens qui sont issus du stand-up comme Nordine Ganso. Un joyeux mélange de talents divers et variés.

Jonathan Lambert se rappelle avoir lu la série dans le train le 13 mars 2020 juste avant le confinement. Alors, que la menace de la pandémie pesait, il a trouvé une bulle d’air rafraîchissante en lisant les scripts, il dit : « C’est un ton de comédie qui me plaisait, très actuel et très féminin. Puis quand on m’a dit, c’est écrit par une fille, c’est réalisé par une fille, ça me plaisait. J’ai toujours aimé travailler avec les femmes. Je savais que ça allait être aussi une valeur ajoutée et apporter un regard différent. Il y avait un point de vue que je trouvais hyper intéressant ».

Quant à Marie Papillon, elle dit : « C’était ma première série, j’avais fait un long-métrage avant. C’est des rencontres humaines. Je veux continuer ». Elle continuera dans la série mais c’est top secret pour le moment.

Pour Lison Daniel, c’est son regard de scénariste qui a été d’abord attiré par ce texte et finalement, elle joue le rôle d’un stand-uppeuse délurée qui apparaît que quelques épisodes. Lison Daniel dit :  » Moi, j’ai beaucoup aimé le scénario que j’ai trouvé très bien écrit par Léa et Agnès. Je trouvais que vraiment, c’était assez intelligent, moderne, enlevé et très efficace. J’ai vraiment beaucoup aimé le format. D’abord, je l’ai d’abord découvert comme scénariste et puis ensuite. Et puis ensuite, j’avais envie de travailler aussi avec cette énergie d’OCS qui est vraiment chouette parce qu’il y a à la fois beaucoup de liberté, parce qu’on est dans une économie particulière« .

Enfin, le cas de Nordine Ganso est particulier car il est issu du stand-up et il s’est retrouvé à faire sa première série. Il explique sa rencontre avec Agnès Hurstel : « Moi, j’ai la chance de faire du stand up. Et après avoir rencontré Agnès, il y a cinq ans, quand j’ai commencé, c’était dans une scène ouverte qui s’appelle l’Underground. On était resté en contact un petit peu, mais sans se revoir, etc. Et quatre ans après, ce grand Ouest est là. L’été dernier, elle m’a envoyé un message sur Instagram pour me demander si ça m’intéressait de participer à une série ». Pour Nordine Ganso, toute la difficulté se trouver dans le jeu hors stand-up. Il raconte : « Sur le stand up, c’est surtout là dessus que je suis moi même. Ça veut dire que ce sont mes blagues, etc. Après, dans les moments de jeu que j’ai avec les autres, on a essayé de tirer un truc un peu plus naïf que j’ai sur moi et sur le côté un peu perdu dans la vie et tout. Et ça n’a pas été très compliqué à jouer. Mais j’ai quand même dû capter des trucs que je n’avais pas forcément avant c’était ma toute première série ».

Bref, vous l’avez compris si vous avez envie de passer un bon moment devant une série et de rigoler à gorge déployée, Jeune et Golri est la série qu’il vous faut voir sur OCS.

Quitter la version mobile