Site icon Lubie en Série

La fin de Downton Abbey

Les portes du domaine de Downton Abbey se referment à tout jamais !

Après 6 saisons et 5 ans de bons et loyaux services de la part de nos serviteurs favoris ainsi que de leur Lords et Ladies, Downton Abbey ferme ses portes. Même si c’est dans la précipitation, tous les personnages connaissent une fin heureuse car malgré les tragédies (Sybil, Matthew), la série a toujours une note positive.

Une saison 6 au pas de courses

Peut-être que les aventures de Downton Abbey auraient pu durer quelques années encore mais le créateur et scénariste de la série, Julian Fellowes en a décidé autrement préférant arrêter la série en plein succès que tirer sur la corde ce qu’il explique dans une interview Indiewire : « Je pense que les choses ont une vie, et c’est mieux de quitter la pièce quand tout le monde éprouve de la sympathie ». Puis, comme il le dit plus loin dans l’interview, c’est le moyen pour les acteurs de tester d’autres choses dans leur carrière rappelant que pour Laura Carmichael (Edith), c’est son premier rôle et que Dan Stevens avait justifié son départ par « maintenant c’est le moment » même s’il regrette de ne plus voir l’acteur sur le plateau, Julian Fellowes comprend sa décision de voir ailleurs. Pour rappel, les contrats des acteurs au Royaume-Uni sont de minimum 3 ans et non 7 comme aux États-Unis et 1 an en France. Donc, au bout de la saison 6, une renégociation aurait eu lieu et on voyait bien que certains acteurs comme Brendan Coyle (John Bates) était moins impliqué dans cette saison 6.

Une saison 6 précipitée car on sent qu’il faut boucler les histoires rapidement. Tous les personnages étant éparpillés loin d’un happy ending. Ainsi, il faut absolument trouver un prétendant pour Mary, Edith et aussi Daisy.

Mary, éternelle insatisfaite

Mary hésite avec Henry Talbot mais on croit peu à ses doutes car on sait dès le départ que l’acteur de renom Matthew Goode n’est pas à Downton Abbey de passage et ça n’a pas raté car lui et Mary finiront leurs jours ensemble avec un bébé à eux. C’est vrai que l’on comprend les réticences de Mary vis-à-vis de son défunt mari, Matthew Crawley et la scène au cimetière où elle avoue avoir peur d’aimer un autre est touchante et pleine de sens. Mais, on savait qu’Henri parviendrait à faire chavirer son coeur sans surprise…

Edith et son droit au bonheur

Edith a toujours été le vilain petit canard et sa vie amoureuse n’a jamais été heureuse. Sa soeur, Mary, n’ayant pas aidé ses affaires. En effet, la violente dispute entre les soeurs Crawley dans l’épisode 8 est mémorable. Mary avoue au futur et riche prétendant d’Edith Bertie Pelham que Marygold est la fille d’Edith ce qui compromet le mariage. C’est Tom qui avoue à Mary que ce qu’elle a fait à sa soeur est odieux :

Tom : You ruined Edith’s life today! How many lives are you going to wreck just to smother your misery?
Mary : I refuse to listen!
Tom : You’re a coward, Mary. Like all bullies, you’re a coward.

Tom : Tu as ruiné la vie d’Edith aujourd’hui. Combien de vies vas-tu saccager afin de rendre plus doux ton malheur ?
Mary : Je refuse d’écouter
Tom : Tu es une lâche, Mary. Comme un tyran, tu es une lâche.

Heureusement, Mary se rachète une conscience et comprend le mal fait à sa soeur en organisant un rendez-vous entre Bertie et Edith. Les deux amoureux s’engagent alors pour l’éternité. Edith a été abandonné à l’autel et elle a eu un enfant hors mariage tout ce qui peut nuire à une jeune femme de son rang et la condamner à l’époque à la solitude éternelle. Mais, Downton Abbey rappelle qu’il y a de belles histoires et Edith méritait la sienne.

Fin heureuse pour tous sauf un

Les filles Crawley sont casées, les parents Crawley sont heureux, Isobel se marie aussi, Mosley épouse sa vocation de professeur, Daisy ouvre son coeur à Andy, Mrs. Patmore semble séduite par Mr. Nugent, Rose revient pour Noël heureuse, Tom semble avoir trouvé sa future épouse, Anna et Bates sont des heureux parents, Thomas devient premier valet de la famille Crawley… Seul Mr. Carlson a une fin de parcours en demi-teinte même s’il s’en va en retraite forcée, il souffre de la maladie de Parkinson, un bien triste sort pour une grande figure de Downton Abbey. Seul bémol de ce happy ending même si on ne peut s’empêcher d’être ému lors de la poignée de main de Lord Graham à son fidèle valet.

Cet épisode de Noël et fin de la série est classique tout en restant très Downton Abbey. Les notes d’humour n’ont pas manqué entre Mrs Patmore, Mr. Carlson et Lady Violet toujours un petit mot pour faire sourire. Puis, les moments d’inquiétudes et les bons sentiments étaient au rendez-vous. Tous ces personnages sont attachants et il est très difficile de les quitter car c’est eux la force de la série. En effet, raconter le pitch de Downton Abbey à un ami ne fait pas rêver et dire que cette série so british est merveilleusement belle et addictive. Il faut rencontrer ses personnages pour le croire et se prendre de passion pour leurs vies. Personnellement, mon épisode coup de coeur est celui de la mort de Sybil épisode 5 de la saison 3 : un tel choc et un moment magnifiquement orchestré.

Comme le dit très justement Lady Violet à son amie Isobel, quittons les années 20 et ce nouvel an 1926 et allons vers le futur :

Lady Violet : Makes me smile, the way every year we drink to the future, whatever it may bring.
Isobel Crawley : Well, what else could we drink to?
Lady Violet : We’re going forward to the future, not back into the past.

Lady Violet : Cela me fait sourire la manière dont on trinque chaque année pour la nouvelle année, peu importe de quoi elle sera faite.
Isobel Crawley : Eh bien, pour quoi d’autre devrions-nous trinquer ?
Lady Violet : Nous avançons vers le futur, sans retour vers le passé.

Merci Downton Abbey de nous avoir accueilli tous ces années !

Quitter la version mobile