Site icon Lubie en Série

Laëtitia : le destin d’un ange interrompu par un monstre !

laetitia serie avis jean-xavier de lestrade france 2

Vous souvenez-vous de l’affaire Laëtitia ? Cette jeune fille dont la vie a été arrachée par le multirécidiviste Tony Meilhon. Cette jeune fille qui n’avait pas une vie facile placée de foyer en foyer avec sa sœur jumelle Jessica, elle qui avait 18 ans et allait enfin commencé sa vie comme elle l’entendait. Tout s’est arrêté dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, à La Bernerie-en-Retz, non loin de Pornic, Laëtitia Perrais, est victime d’un terrible meurtre. Sur le thème de « l’Ange et le Monstre », la presse donne aussitôt à l’affaire un retentissement spectaculaire. Le public se passionne et transforme la victime en icône. C’est cette histoire que Jean-Xavier De Lestrade a décidé de raconter en une mini-série pour France 2 sobrement intitulé “Laëtitia”. Le réalisateur et co-auteur (avec Antoine Lacomblez) veut à la fois montrer l’enquête mais surtout le destin tragique de cette jeune fille victime de violence ordinaire au quotidien et dont le chemin pour arriver à l’âge adulte a été plus compliqué… Pour jouer les jumelles deux actrices peu connues et surtout brillantes Marie Colomb pour Laëtitia et Sophie Breyer pour Jessica. Il faut aussi noter la présence d’Alix Poisson dans le rôle de l’assistante sociale et Yannick Choirat dans le rôle de l’enquêteur sur l’affaire. L’affaire Laëtitia est à revivre sur France 2.

 

Pourquoi regarder LAËTITIA ?

Plus qu’une enquête policière, un drame social ! Laëtitia a fait une mauvaise rencontre, celle de Tony Meilhon, et elle lui a été fatale. Mais, la mini-série ne s’intéresse pas forcément à l’affaire et ses erreurs judiciaires mais davantage au drame social que les jumelles Perrais ont vécu et aussi à la vie de ce Tony Meilhon devenu un marginal, multirécidiviste et un meurtrier par la suite. À l’aide de flashbacks, la mini-série raconte les parcours de ces êtres humains mal menés par la vie sans pour autant justifier leurs actes et cette tragédie. L’enquête policière est présente mais elle est au second plan.

Définition de la violence ordinaire ! Elle n’est pas facile à filmer et Jean-Xavier De Lestrade a su le faire avec ce beau projet. Le réalisateur dit : “Laëtitia, c’est aussi un portrait détaillé de la France du début du XXIe siècle. Il ne montre pas seulement la sauvagerie de la mort de son héroïne, il évoque aussi cette violence ordinaire, quotidienne, presque invisible, qui parcourt à bas bruit toute une partie du territoire et hante jour et nuit les gens qui y vivent”. C’est exactement ce que vous allez voir à l’écran.

Portrait de l’adolescence ! Jessica et Laëtitia n’ont pas eu des vies de petites filles épanouies avec des parents absents, obligées d’être confiées à l’assistance sociale, puis, mises en un famille d’accueil. Laëtitia voulait vivre du moins c’est l’impression qu’elle donne, cette jeune fille à l’aube de la vie adulte. Alors, sa soeur Jessica a eu une vie adolescente plus douloureuse mais son destin est également racontée. Cette mini-série parvient à saisir les enjeux de l’adolescence.

 

Sophie Breyer
© Jérôme PRÉBOIS / FTV / PCB FILMS & L’ÎLE CLAVEL

 

Les deux premiers épisodes de Laëtitia, je les ai vus, il y a un an au festival de la fiction de La Rochelle et je me rappelle avoir été très émue. Me replonger dans l’histoire et voir les épisodes suivants m’ont fait remonter cette émotion à la surface. Peut-être pas si intensément que les deux premiers épisodes qui ont quelque chose de plus poignants et encore plus sur grand écran ou bien c’est le fait de se redécouvrir sur écran cette affaire “Laëtitia”. Même si on ne l’a pas suivi aussi assidûment que certains, on en a entendu parlé de cette affaire comme celle de Dupont de Ligonnès ou du Petit Grégory. Il s’agit d’affaires de meurtre marquante de notre pays. Mais vraiment la force de cette mini-série, c’est d’avoir mis l’enquête policière au second plan pour parler de ce drame social qu’est cette affaire “Laëtitia”.  Comme si on avait une loupe sur la réalité de ce fait divers dont au final on connaissait les grandes lignes par les journaux. À vrai dire, Laëtitia était une jeune fille éprouvée par la vie, elle a eu le malheur de rencontrer un autre éprouvé par la vie sauf que Tony Meilhon était dangereux et on le savait. Bref, on ne va pas refaire l’histoire et la mini-série ne prétend pas le faire. Elle montre la tragédie de Laëtitia qui a eu cette malchance de rencontrer un homme malveillant mais aussi le destin de Jessica, sa soeur qui a aussi vécu l’horreur sans en mourir mais avec une énorme souffrance. Puis, j’éprouve une profonde tristesse pour cette assistante sociale qui s’en veut de ne pas avoir su protéger ces jumelles. Mais comment pouvait-elle imaginer deux destins aussi tragiques ?

 

Ma note :

Laëtitia à voir sur France 2

Exit mobile version