Site icon Lubie en Série

MIRAGE : rencontre avec l’équipe !

mirage serie avis france 2

Cette série a quelque chose de spécial pour moi. Mirage, j’ai découvert le pitch au festival Séries Mania en 2015 suite à l’invitation d’un des co-créateurs Olivier Pouponneau. Depuis ce brillant picth, j’ai suivi le projet jusqu’à sa sortie sur vos écrans sur France 2. C’est la première fois que je suis une série de sa création à sa diffusion. En effet, Olivier Pouponneau m’a informé de l’évolution de Mirage au cours de ces cinq années de gestation. C’est passionnant de suivre un projet de série de la création à la réalisation, comme un bébé que l’on voit grandir (et je ne suis même pas la créatrice donc j’imagine la joie que ça a dû être pour Olivier Pouponneau et Bénédicte). En plus, Mirage est monté en grade car d’une série française, elle est devenue une série internationale faisant ainsi partie de L’ALLIANCE qui regroupe principalement la Raï (Italie), la ZDF (Allemagne) et France Télévisions. Des fonds canadiens se sont incorporés au projet européen initial ce qui fait de Mirage, une série internationale et la première issue de L’ALLIANCE.

Alors, je ne pouvais pas manquer le point presse de Mirage chez France 2. Olivier Pouponneau et Bénédicte Charles les créateurs étaient présents ainsi que Louis Choquette, brillant réalisateur de la série et les acteurs Marie-Josée Croze et Frédéric Fitoussi.

 

Mirage, une série avant tout sur le mensonge et la trahison

Le pitch de Mirage est le suivant : Quinze ans après avoir perdu Gabriel, le père de son fils, dans le tsunami qui ravagea la Thaïlande en 2004, Claire, récemment installée à Abu Dhabi, croit le reconnaître au cours d’une soirée. Elle part à sa recherche dans cette ville inconnue et mystérieuse. C’est sous le feu des balles qu’elle retrouve Gabriel, faux mort et vrai agent secret. Brutalement, la vie de Claire bascule dans le monde clandestin de l’espionnage..

Mirage, c’est une idée originale de Bénédicte Charles et Olivier Pouponneau qui se sont retrouvés sur un sujet commun. Il fat savoir que c’est un duo qui a l’habitude de travailler ensemble et en série. Bénédicte Charles explique la genèse de Mirage : « L’idée de départ, c’était de faire quelque chose sur le mensonge, la disparition volontaire. L’espionnage est venu après. J’étais journaliste pendant 20 ans et en 2004, j’étais envoyée sur place après le Tsunami et je me suis rendue compte qu’il y avait énormément de gens dont on n’a jamais retrouvé les corps. Je me suis toujours dit, parce que je suis parano, que certains d’entre eux en ont profité pour disparaître et ne sont pas morts parce que c’est une sorte de rêve aussi de recommencer une nouvelle vie à zéro. Le reset. ».

Olivier Pouponneau, son partenaire d’écriture, explique que lui aussi la disparition volontaire est un sujet qui le fascine tout autant  : « Moi, je voulais faire quelque chose sur les disparitions volontaires car j’avais lu un bouquin qui s’appelle ‘Les évaporés du Japon’ qui parlent des disparitions volontaires et du phénomène de masse que c’est au Japon. Des gens qui choisissent un moment de repartir complétement à zéro. On avait envie de se dire, c’est quoi le point de vue de quelqu’un qui décide de partir à zéro. D’effacer toute sa vie, de repartir sur rien. Comment fait-on pour repartir sans passé ? Mais aussi adopter le point de vue de ceux qui restent comme faire son deuil avec quelqu’un qui n’est jamais mort. C’est la particularité du Tsunami. Contrairement aux disparitions volontaires en France où je pense qu’il faut des années et des années avant qu’on considère que les gens soient morts quand on ne retrouve pas le corps. Alors que 6 semaines après le Tsunami, les gens ont été déclarés morts car on savait qu’on ne retrouverait jamais leur corps. C’est inédit dans l’histoire mondiale. C’est inédit en France pour le côté administratif donc on s’est dit qu’il y avait un sujet ».

Bénédicte Charles rappelle  que : « Mirage est une série sur le mensonge. Profondément, c’est vraiment le thème de Mirage. Le fait que l’amour de sa vie n’est pas mort et reviennent 15 ans après, on se dit c’est génial, il est vivant mais non en fait, ce n’est pas une bonne nouvelle. Forcément s’il est vivant, c’est qu’il lui a menti et qu’il l’a trahi. On joue toujours sur ça, jamais une bonne nouvelle est une bonne nouvelle ».

Marie-Josée Croze, © France 2

Mirage, l’histoire d’une femme avant tout

Même si l’espionnage prend un part importante dans la série et surtout dans les épisodes 5 et 6, Mirage c’est aussi une histoire de personnage. Olivier Pouponneau, scénariste, dit : « À partir du moment où on rentrait dans l’espionnage, il y a évidemment des codes. On ne voulait pas faire un film d’action non plus. On a bien dit, c’est l’histoire d’une femme qui va devenir espionne, alors peut-être en saison 2, elle sera déjà espionne. Mais elle ne l’est pas au départ donc il fallait bien penser madame tout le monde, même si ce n’est pas tout à fait madame tout le monde, elle est quand même ingénieure et expat mais c’est quelqu’un qui n’est pas ce milieu qui doit le devenir donc il ne fallait pas que l’on parte trop vite dans une espèce de mise en danger avec des morts qui s’enchaînent. On ne voulait pas une sorte de course à l’échalote où tout le monde se poursuivait dans Abu Dhabi. On ne voulait surtout pas ça. Ça monte en puissance à la fin parce qu’on est dans une logique de thriller. On a veillé à ça, utiliser le code de l’espionnage quand il fallait mais veiller toujours à rester sur une parcours de femme ». Marie-Josée Croze voit son personnage de Claire qui se lance dans un nouveau départ : « La série commence, elle repart à zéro ».

Gregory Fitoussi, © France 2

C’est d’ailleurs ce qui a intéressé l’acteur Grégory Fitoussi qui joue le rôle de Thomas Grasset « un ingénieur en cybersécurité dont on sait peu de chose si ce n’est qu’il a un défaut pour les femmes ». Après avoir lu le scénario de Mirage, il dit « L’histoire que j’ai lu et que j’ai trouvé fascinante. Je l’ai mangé très vite. ça fonctionne sur un suspens qui fonctionne très bien et on a une empathie très rapidement avec le personnage de Marie-Josée Croze, cette fille qui se rend compte que les quinze dernières années de sa vie ont été manipulées ».

Une empathie qui se crée parce que peut-être, le téléspectateur doute comme Claire du moins le réalisateur Louis Choquette pense que c’est une force de la série : « Ce qui est intéressant même dès le premier épisode, on peut douter de l’équilibre mental de Claire. Ce doute est intéressant dans la mesure où après on comprend que c’est elle qui a raison que Gabriel est vivant. C’est à partir de là que l’on construit cette espèce d’envie pour le téléspectateur qu’ils reviennent ensemble ». À Titre personnelle, l’histoire d’amour qui lie Gabriel et Claire est enivrante.

Pour Marie-Josée Croze, c’est sa première série ! Félicitations à l’actrice qui porte avec brio la série Mirage sur ses épaules. Une expérience nouvelle pour la série dont elle dit : « J’ai jamais rien fait de plus difficile que cette série mais j’ai jamais rien fait de plus réjouissant aussi ». L’actrice qui s’en fermait dans un hôtel à part du reste de l’équipe afin de travailler son texte et de pouvoir être opérationnel sur le tournage. Mais, même si la saison 2 est en cours d’écriture, Marie-Josée Croze n’a pas su nous dire si elle continuerait l’aventure Mirage…

 

Abu Dhabi, ville Mirage ?

Abu Dhabi a un rôle clef dans Mirage. Mais comme le dit à juste titre Olivier Pouponneau : « On ne faisait pas un documentaire sur les Emirats. On ne fait pas un brulot politique sur les Emirats. C’est un décor ». Un beau décor et parfois surprenant où les policiers sont en Maserati et le traditionnel religieux et le bling-bling cohabitent. en plus, les policiers ont joué le jeu comme l’explique Bénédicte Charles : « On a des vrais flics du S.W.A.T local d’Abu Dhabi qui ont joué dedans parce qu’ils ne voulaient pas que quelqu’un d’autres mettent les costumes. Il y a même le chef de la police d’Abu Dhabi qui donnent quelques répliques au téléphone ». On a une scène où on a deux flics qui sortent d’une Maserati et c’est une vraie Maserati de la police ».

Abu Dhabi, le monde de demain ? Olivier Pouponneau explique les choix cruciaux qui ont été fait pour la série : « On a utilisé une langue organique, où chacun parle sa propre langue. C’était important pour nous car on parle du monde de demain. On parle d’une ville qui est un fantasme, un mirage. Mais, c’est aussi la ville de demain et tout ce qu’elle a d’effrayant. Les Emirats ont ça, montre un monde de demain mondialisé où finalement 20% des gens qui vivent aux Emirats sont nés là. 80% des gens qui viennent sont des expats qui viennent du monde entier ».

Le saviez-vous ? Mirage est  « la première série occidentale tournée aux Emirats » dit Olivier Pouponneau. Bénédicte Charles ajoute également : « On est la première fiction à avoir tourné au Louvres d’Abu Dhabi ». C’est important de le souligner !

Enfin, même si bu Dhabi paraît charmant, Olivier Pouponneau dit : « Ça reste une histoire de français qui peut être transposé partout, c’est ça aussi le concept de la série. En saison 2, on peut partir ailleurs avec les mêmes personnages expats qui n’a rien à voir avec les Emirats dans un tout autre décor ». Grégory Fitoussi a suggéré le Costa Rica. Ça vous dit ?

 

Clive Standen, Marie-José Croze © France 2

Mirage est une vraie bonne série d’espionnage mais qui mêle aussi une histoire d’amour captivante. Cette thématique de la débutante espionne est bien menée et crédible pas comme surfaite comme on peut le voir dans certaines séries américaines. Comme Claire, on se prend au jeu même assez facilement et on se laisse embarquer dans l’aventure mais aussi dans les méandres d’Abu Dhabi. Une belle série au potentiel international et je suis ravie d’avoir pu suivre le projet même de loin.

Quitter la version mobile