Lubie en Série

Missions : Hélène Viviès vise Mars !

missions hélène viviès

Comédienne plus habituée aux scènes de théâtre, Hélène Viviès avait envie d’Espace ! Et pourquoi pas Mars ? L’actrice devient Jeanne Renoir, héroïne de Missions, la première série de science fiction française. Interview de l’actrice dont la mission est de rendre Mars accessible aux téléspectateurs…

 

Quand on dit science-fiction à la française, souvent les gens sont réticents et s’attendent au pire. Vous, au contraire, vous avez osé ? Qu’est-ce qui vous a motivé dans ce projet ?

Hélène Viviès : “Je ne me suis pas posée la question, on est français, on va faire de la science-fiction. A aucun moment. Après pour moi, c’est avant tout le scénario, l’histoire et les trajets des personnages. Quand je n’ai pas l’impression que l’on me fait un parcours fléché du personnage. Quand les choix qu’elle fait me surprennent. C’est un personnage complexe, fouillé. Ils ont l’intelligence de ne pas prendre des gens pour des idiots en disant dès le début, voilà c’est l’héroïne, elle est super, elle est sympa. Non, elle est embourbée avec elle-même de choix qu’elle a fait et dans un moment de sa vie très compliqué qui fait qu’elle est embourbée ce qui fait qu’elle n’a rien d’une héroïne. C’est ce que j’ai trouvé intéressant. Elle ne l’est pas, elle le devient. Et le devient malgré elle. On essaie de la chercher-là mais elle ne veut pas. Elle résiste. C’est ce que je trouve qui la rapproche de moi, de plein de gens. Comment on résiste ? C’est plus facile de rester dans un endroit de soi-même. Je trouvais ça beau et que ça rend justice à l’humanité que l’on peut avoir. Les choix douteux que l’on peut faire. Ce qui m’a guidé dans le film, oui, l’idée même de faire de la science-fiction. Je n’avais pas trop d’idée de comment seraient les casques ou autres. C’est venu après pour me préparer au rôle, quand j’ai vu plein de film que j’avais déjà vu mais que je me suis rendu compte ‘mais tu vas faire ça aussi’ ! C’est génial. En plus, j’adore les cascades donc il y avait une chose folle à faire là dedans. Enfin, les cascades je ne suis pas cascadeuse mais j’aime bien quand c’est physique. Mais ce qui m’a guidé du début à la fin, c’est la relation extrêmement intime au père. Pour moi, cela justifie tous les choix qu’elle fait c’est que le rapport au père qui apparaît très peu dans la série mais du coup, c’est mon secret. C’est par brides et c’est surtout à l’épisode 7 où l’on comprend tout ça. Moi, c’était mon plan d’ancrage pour elle et je trouvais ça beau. Dans une série dans l’espace ce qui révèle les gens, ça soit quelque chose d’aussi intime et personnel”.

Jeanne Renoir est psychiatre de profession et c’est la raison de sa présence à bord mais au fil de l’aventure, elle abandonne cette fonction ? Qu’en pensez-vous ?

Hélène Viviès : “Il y a deux choses qui jouent, elle se pose dans ce positionnement-là. Ce qu’on ne voit pas à l’écran, c’est qu’il y a dix mois de voyage où je pense au départ, elle s’est dit je vais faire du boulot, ils vont venir me voir. Moi ce que je me suis raconté c’est que pendant des mois, on lui a dit ‘non, merci c’est gentil vous me filez deux exomil pour que j’arrive à dormir et puis, ça ira. Non, je ne vais pas vous parler. Non, ça va j’ai pas d’angoisse. Tout va bien’. Je pense que ça était une boîte à pharmacie pendant 10 mois et elle se demande bien ce qu’elle est venue foutre là-haut parce qu’elle ne sert à rien”.

Jeanne et Mars

Comment voyez-vous la relation de Jeanne avec Komarov ?

Hélène Viviès : “Je pense qu’il la bouleverse. Il la ramène à quelque chose extrêmement intime de son enfance parce que c’était le héros de son père. Il la bouleverse mais je pense qu’elle ne peut pas nommer. Il la dévaste, en fait, mais au bon endroit. Elle lui dit un moment ‘écoutez avec vous j’arrive à rien’. Elle ouvre les vannes avec lui. Il a ce pouvoir-là avec elle. Cela peut arriver dans la vie de rencontrer des gens qui nous font ça. Qui nous déstabilise à un point où on se fissure un peu. Elle a besoin d’être fissurée, c’est un peu le trajet qu’elle doit faire. Pour moi, ce n’est pas de l’amour, pas de la séduction. C’est autre chose mais je ne saurais pas le nommer”.

Mais Jeanne, c’est Mars ?

Hélène Viviès : “Vladimir lui a transmis quelque chose par ce baiser. En tout cas, je pense que c’est des capacités surnaturelles mais à l’épisode 10, elle n’en a pas encore conscience. Elle fait juste confiance”.

Selon vous, si l’homme va sur Mars que trouvera-t-il ?

Hélène Viviès : “Pour l’instant, je dirais qu’il va trouver des choses toutes petites mais qui sont très grandes. Des traces d’eau par exemple. Des choses petites mais qui veulent dire beaucoup”.


Attention ! Il faut avoir lu l’ensemble de la saison 1 pour lire cette réponse.

Comment voyez-vous la toute fin ? Jeanne se sacrifie ou retrouve ses origines ?

Hélène Viviès : “Je pense qu’elle se sacrifie sans avoir conscience. Vladimir lui a demandé une chose folle, il lui a dit : si tu redescends sur Terre, tu auras un choix à faire, si inhumanité doit survivre ou pas. Je pense que redescendre, c’est entre de la bravoure et de la lâcheté. Parce que faire ce choix, c’est impossible. C’est un choix entre de la bravoure et de la lâcheté, c’est vraiment entre les deux”.

? Missions sur OCS !

 

Exit mobile version