Site icon Lubie en Série

Interview avec un bleu Nathan Fillion est THE ROOKIE !

Retour à la case débutant pour Nathan Fillion. Dans The Rookie, le Flic de Los Angeles sur M6, c’est certains mais pas dans sa carrière d’acteur où il excelle encore une fois après ses rôles emblématiques dans Firefly et Castle. Dans The Rookie, Le Flic de Los Angeles, Nathan Fillion est John Nolan, un flic qui décide à une quarantaine d’années d’abandonner sa carrière bien établie dans le bâtiment pour traverser les États-Unis et devenir officier de police à Los Angeles. Bleu dans la police, notre héros doit accepter de se retrouver en bas de la pyramide et apprendre un nouveau métier de A à Z. Nathan Fillion est venu présenter la série à Paris dans les locaux de M6 et j’ai eu la chance d’échanger avec lui…

Est-ce que vous sentez à chaque fois, un débutant quand vous commencez une nouvelle série ?

Nathan Fillion : « Vous commencez toujours chaque job en bas de l’échelle. Vous apportez votre expérience avec vous. Il y a des aspects de votre job qui sont nouveaux et donc vous serez toujours un bleu à un moment. Ce qui était nouveau pour nous, c’est d’avoir les caméras embarquées. Dans ce job, j’ai évidemment de l’expérience en tant qu’acteur mais il y a quelques petites choses que nous faisons différemment qui fait de moi un bleu. L’une d’entre elle est que nous portions des caméras embarquées et l’un des défis est comme jouer en étant un bon cadreur en même temps. Lors d’une course poursuite, c’est une toute nouvelle configuration. On a des caméras mises tout autour de la voiture ce qui fait qu’il est impossible de voir quand on conduit. Le volant ne fonctionne pas, les pédales ne fonctionnent pas. Il y a un gars au-dessus du toit qui conduit. Il faut rentrer dans la voiture sans utiliser la porte. Donc, on a l’air très idiot en le faisant ».

 

 

Comment ça se passe pour filmer ces images de la caméra embarquée ?

Nathan Fillion : « Vous devez faire votre scène plusieurs afin d’avoir différents angles. Quand on se déplace dans une direction, on déplace les lumières et les caméras aussi hors du champs. Quand on filme avec les caméras embarquées, on enlève les lumières et les caméras, c’est juste les acteurs en action ».

Qu’est-ce qui fait The Rookie, le flic de Los Angeles se démarque des autres séries policières disponibles sur M6 ?

Nathan Fillion :  » Nous essayons d’être plus précis avec le vécu d’un officier de police : les procédures, comment les choses sont faites. Dans d’autres séries, le policier tire sur un délinquant et c’est tout. Dans notre série, le policier tire sur un délinquant et c’est le début d’une histoire. Que se passe-t-il à présent ? Il y a une procédure entière, il y a une investigation policière. Je n’ai jamais vu ça dans une série policière ».

Le saviez-vous, The Rookie, Le Flic de Los Angeles s’inspire d’une histoire vraie ?

Nathan Fillion : « Il y a un véritable John Nolan. Ce n’est pas son nom, il s’appelle Bill. Je le vois régulièrement. Il n’était pas dans le bâtiment avant mais dans l’informatique. Il s’est dit, ce n’est pas ce que je veux faire de ma vie et il est devenu policier, il avait 42 ans. Il a déménagé à Los Angeles chez son coloc d’université dans sa maison d’ami. Donc, changement de job, déménagement dans une nouvelle ville, maison d’ami, tout ça est vrai ». En revanche, l’événement déclencheur qui est le braquage de la banque est de la pure fiction. Eh oui, il faut bien faire du drama.

© Julien FAURE/ M6

AVIS THE ROOKIE

Avant de rencontrer Nathan Fillion en personne, j’ai pu voir 3 épisodes de la série afin d’avoir une idée de l’ambiance de The Rookie, le flic de Los Angeles. Comme je savais que j’allais voir une série policière, je n’attendais rien de spécial. Or, j’ai été agréablement surprise. En ce sens, les personnages sont suffisamment denses pour nous embarquer dans cette histoire et on s’attache à eux facilement et tout particulièrement à ce personnage de John Nolan. Non seulement parce que Nathan Fillion reste un bon acteur et il est suffisamment investi dans le rôle pour rendre son personnage crédible et attrayant mais aussi parce qu’on se sent un peu tous concernés par cette problématique du gars, la quarantaine passée, qui décide de changer de carrière du jour au lendemain. Le droit de repartir à zéro à n’importe quel âge, police ou pas police, c’est assez concernant comme sujet. En revanche, les épisodes souffrent de quelques longueurs. En effet, les actions de police s’enchaînent un peu trop comme une énumération et à la troisième, on a envie de passer à autre chose et se concentrer davantage sur les personnages. The Rookie est un policier pas trop mal dans son genre traitant davantage de faits de police de proximité ce qui change de l’enquête criminelle classique. Même s’il y a des meurtres de temps à autre, on reste concentré sur la dimension humaine du métier de policier. De plus, les caméras embarquées apportent un véritable plus dans la narration des événements.

Ma note :

Quitter la version mobile