Site icon Lubie en Série

Orphan Black saison 4 : presque un retour aux origines

La pause de la conspiration est finie, les clones reprennent de l’activité car la menace est de retour ! L’action de la saison 4 démarre à la fn de l’épisode 1 “The Collapse of Nature” avec les mots de Kira, fille de Sarah :

Kira : Mommy… They’re coming.

Kira : Mamna… Ils arrivent.

“Ils” sont à fuir, “ils” la menace et “ils” réveillent Sarah de son paradis islandais pour reprendre du service et lutter contre la conspiration dont elle et ses soeurs (ou “sestra”) sont victimes depuis le départ.

Retour aux origines !

Le premier épisode de la saison 4 débute très bien avec un véritable retour aux sources avec celle par qui tout a commencé : Beth Childs. Ce season premiere s’attache à l’histoire de cette clone et pourquoi, elle en est arrivée à mettre fin à ses jours sous un train devant les yeux de sa clone et soeur Sarah. Ainsi, le téléspectateur découvre la personnalité de Beth très proche de celle de Sarah. C’est d’ailleurs, dommage qu’elle ne soit pas un peu plus différente, une expérience qui aurait été plus intéressante  peut-être ? Mais comme Tatiana Maslany assure dans son jeu d’actrice, on parvient à bien distinguer les deux clones. Personnellement, je ne voyais pas Beth comme une droguée bien au contraire davantage comme une fille très droite de part son métier de détective de police. Une surprise plaisante pour la suite des événements et une vraie explication du destin tragique de Beth.

Malheureusement, ce retour aux origines prometteur qui laissait espérer un retour avec ce qui a fait le succès de la série en 2013 à ses débuts, est de courte durée. En effet, très vite une histoire de ver implanté dans la joue prend le pas et met à mal ce bon départ du premier épisode. Pour rappel, les instants les plus délicieux dans Orphan Black sont ceux de la vie des clones en dehors de tout complot. Comme l’épisode 3 où Donnie et Alison déterrent le docteur Leaky de leur garage et que pendant ce temps Helena assure l’interrogatoire des flics. Le trio Helena, Donnie et Alison est à mourir de rire. Les scénaristes l’ont bien compris ce qui explique les petites scénettes de double jeu entre les trois comme le jeu de rôle de Donnie et Helena pour l’examen de grossesse de cette dernière. Le mari d’Alison est un gros plus dans la série voire il vole la vedette au sympathique Felix devenu irritant dans sa guéguerre avec sa sœur Sarah par rapport à sa sœur biologique. Felix force un peu trop la caricature cette saison.

Mais une histoire sans fin

Comme déjà dit sur ce blog, la saison 1 d’Orphan Black est de loin la meilleure et le restera. La quête de l’origine des clones était captivante mais au fil des saisons, elle est devenue laborieuse voire limite incompréhensible. Néanmoins, les créateurs John Fawcett et Graeme Manson persistent à s’enfermer dans une histoire sans fin à la recherche des origines. Parfois, on souhaiterait que nos clones est une mission autre et que la recherche des origines deviennent secondaires mais c’est l’inverse.

En plus, Rachel en mode traître de sa propre famille n’est pas la plus crédible dans ce rôle. On a l’impression que ce clone est resté en vie parce que le personnage a su séduire par son côté maléfique le public un temps mais elle vivote dans la saison 4.

Plus rien à grignoter pour les Castors

Ari Millen avait déjà du mal à rivaliser en saison 3 face à la talentueuse Tatiana Maslany avec sa version masculine des clones mais en saison 4, l’acteur a été tout simplement relégué au plan secondaire. Plus de clones Castor mais un seul clone est visible et son rôle est réduit au strict minimum. Il joue Ira, l’assistant de Suzanne(mère adoptive de Rachel). Et comme il aime à le rappeler à maintes reprises, il est différent de ses frères clones :

Ari : I’m nothing like my brothers, Ms. Manning.

Ari : Je ne ressemble en rien à mes frère Mme.Manning.

Comme si les auteurs ne voulaient pas virer Ari Millen par pitié mais à défaut, il lui trouve un rôle bateau. En réalité, les clones masculins n’ont pas convaincus en saison 3 donc ça ne servait à rien de s’attarder sur leur sort. C’est les clones féminins nommés Leda qui intéressent le public d’où ce retour aux sources bénéfique.

Cette saison 4 d’Orphan Black présente un premier épisode très engageant mais rapidement ce bon départ est embourbé dans des complots à n’en plus finir. L’ensemble est à peu près cohérent et le plus savoureux restent les scènes entre clones avec son lot de situation cocasses. Comme Krystal qui signe cette perle lors de l’épisode 10 :

Krystal: I’m sorry, who are you again?
Sarah: I’m Sarah, I’m your clone.
Krystal: Right, whatever.

Krystal : Excuse-moi, tu es qui déjà ?
Sarah : Je suis Sarah, ton clone.
Krystal : Mais, bien sûr, peu importe.

Encore une fois, la performance d’actrice de Tatiana Maslany est remarquable. Chaque clone a sa personnalité et identifiable entre eux (même une Beth et une Sarah sont différentes dans le regard et leurs expressions corporelles). Un vrai travail qui participe à la qualité d’Orphan Black voire rattraper un scénario hasardeux parfois…

Ophan Black saison 4 sur Netflix !

Quitter la version mobile