Site icon Lubie en Série

PEN15 : Quand le retour à l’adolescence à du bon !

Pen15 série avis

Maya Erskine et Anna Konkle ont crée une série PEN15 où elles peuvent revivre leur adolescence ! À 31 ans au moment où elles créent leur série, Maya Erskine et Anna Konkle décident de revenir en arrière et de revivre leur 13 ans en série. Cela veut dire retour dans les années 90, au collège avec un appareil dentaire. Maya Erskine et Anna Konkle n’ont pas froid aux yeux pour raconter leur chronique de 10 épisodes de 30 minutes sur cette période étrange qu’est l’adolescence. Dans ce projet, Maya Erskine et Anna Konkle sont accompagnés de Sam Zvibleman qui est crédité comme co-créateur et assure aussi la réalisation de la plupart des épisodes de PEN15. C’est une série diffusée aux États-Unis sur Hulu et chez nous, elle est à découvrir sur Canal + Séries.

 

Pourquoi regarder PEN15 ?

Être ado dans les années 90 : Un retour dans le passé total avec PEN15, c’est le pouvoir des années 90 ! Maya Erskine et Anna Konkle se sont pliées au jeu et leurs styles en dit long. Anna et ses deux mèches sont so 90′. Il y a une couleur dans la lentille de la caméra qui donne un côté retro à la série et qui assure une immersion complète pour le téléspectateur. Il faut croire que l’adolescence peu importe la décennie, c’est le même combat.

 

Le fantastique duo Maya Erskine et Anna Konkle : On oublie très rapidement que les actrices ont réellement plus de 30 ans ! En effet, Maya Erskine et Anna Konkle sont hyper crédibles en ado et forment un super duo de copines. On ne fait même pas la différence entre elles et les autres acteurs qui sont vraiment des jeunes qui font bien leurs âges. Au début, on trouve ça étrange quand on rencontre les premiers camarades de Maya et Anna. Puis, en 15 minutes, on oublie et on a l’impression que Maya et Anna ont treize comme leurs personnages. C’est assez cocasse au final si on y pense.

 

Une comédie sans complexe : cette comédie qui ne paie pas de mine à un petit côté trash. Nos ados sont mises dans des situations gênantes et doivent faire face du haut de leur treize. Anna et Maya sont des supers copines, un peu à part dans leur délire avec des codes secrets et rituels très personnels. Elles sont loin d’être les plus populaires du collège et elles essaient tant bien que mal de remédier à cette situation.

Maya Erskine & Anna Konkle © Hulu

 

Pourquoi ce titre PEN15 ?

J’ai fait exprès de changer la police pour ce titre qui signifie « pénis » en anglais donc sans l’accent. En fait, c’était une blague dans les années 90. Quelqu’un vous demande de rejoindre son club, il marque sur sa main PEN14 et sur la vôtre PEN15 mais si vous considérez le « 1 » comme « i » et « 5 » comme « s », ça fait le mot PENIS. Subtil, n’est-ce pas ? :p

Maya Erskine & Anna Konkle © Hulu

PEN15, c’est un peu un ovni dans les séries teen. En effet, ce sont quand même des actrices de la trentaine qui décident revivre leur adolescence en série et au milieu de jeunes acteurs de cet âge. C’est quand même un concept à la fois génial et drôle. Même si PEN15 a quelques à dire sur l’adolescence, c’est parfois un peu léger. Il y a des épisodes très inégaux. Par exemple, l’épisode 6 intitulé « Posh » est très intéressant sur la question du racisme mais l’épisode 3 « Ojichan » sur la masturbation avec un esprit fantôme est ridicule. En fait, c’est plus des épisodes de situation avec un manque de liant entre eux. Même si on sent une volonté de créer une continuité avec les parents d’Anna qui se dirigent doucement mais sûrement vers le divorce, il manque un vrai fil rouge. Parfois, il y a une sensation d’enchaînement de blagues à la suite. La fin laisse un peu dubitatif car l’arrivée du problème et sa résolution se fait un peu dans les deux derniers épisodes subitement et c’est assez prévisible. En revanche, Maya Erskine et Anna Konkle forment un super duo et sont de talentueuses actrices qui ont su créer leur petit univers délirant avec brio. Alors prêt à adhérer à ce PEN club ?

Ma note :

PEN15 est à voir sur Canal + Séries

Quitter la version mobile