Site icon Lubie en Série

Péplum : délire en Rome antique !

synopsis : sur fond de déclin de l’empire romain, dans le quotidien de Bravus, ancien esclave devenu conseiller du tyrannique empereur Maximus. sous pressions, coincé entre une vie professionnelle particulièrement stressante et une vie de famille chaotique, ses journées ne sont pas de tout repos. Côté boulot, Bravus doit mouiller la toge pour ralentir un déclin qui a une fâcheuse tendance à s’accélérer sous l’impulsion désordonnée de l’incompétent, cruel, capricieux et narcissique Maximus. Côté perso, il doit affronter chaque soir son fils Caïus fraîchement converti au christianisme, son épouse Octavia (Nicole Ferroni), étrangère aux codes de la bonne société romaine et sa fille délurée Lydia qui les assimile trop bien.

Durée : 90 minutes
Chaîne : à partir du 24 février sur M6

Le saviez-vous ? Péplum, c’est un idée de Thierry Ardisson qui souhaitait se lancer dans la fiction télévisée. Il a inspiré par le film Quo Vadis qu’il a vu enfant tellement fasciné par le film, il voulait faire une série sur un empereur fou. Avec l’aide d’Alain Kappauf (créateur de scènes de ménage) et Fabien Rault, le showrunner de Péplum, Thierry Ardisson a réussi à concrétiser son idée. Même si d’après lui, il n’a pas fait grand chose dans l’hitsoire : « Je suis juste accréditée de l’idée après j’ai rien foutu » rigole Thierry Ardisson lors de l’avant-première.

Pourquoi regarder Péplum ?

Mes premières impressions TV : Pour moi, Péplum est un mix entre Kamelott et Scènes de Ménages. Kamelott : ça parait évident car la série joue sur le décalage entre la période historique et le style d’humour moderne un peu sur le même principe de l’univers d’Arthur. Scènes de Ménage : les dialogues des scènes de famille font beaucoup pensé aux échanges de célèbres couples.  Dans Péplum, les meilleures blagues sont celles qui appuient sur les défauts de l’époque car les autres blagues sont plus classiques comme la jeune Lydia qui joue la fille sans cervelles à baver devant les hommes. Cependant, la série donne une impression de déjà vu avec certaines blagues entendus dans d’autres séries françaises et le casting, c’est toujours les mêmes acteurs. Donc, on reste dans un cercle concentré avec le même esprit. Puis, contrairement à Kamelott, c’est bien moins écrit et la comparaison est quasi inévitable même si c’est pas l’idéal d’en faire. De plus, Péplum semble être un hybride entre la shortcom et la série. C’est très étrange. Le programme divertit le temps d’une soirée sans créer de réel attachement.

Citations de péplum

Maximus : Ursus, il y a des pauvres qui mangent le pain des pauvres ! On est où là !

Quitter la version mobile