Lubie en Série

[Pilote] The Returned : la comparaison inévitable avec Les Revenants

Une série française adaptée aux États-Unis, c’est rare ! Les séries israéliennes (Hostages, Homeland) ou australiennes par exemple, sont davantage habituées à cette pratique. Chez nous, c’est moins courant et limite une épiphanie ! Néanmoins, les Revenants méritent l’intérêt des américains car en effet, c’est une série française réussie proposant un univers mystérieux et captivant. Analyse du pilote de The Returned en comparaison avec celui des Revenants.

Des visages mémorables inchangeables

Mais, comme le film que l’on voit avant de lire le livre dont il est inspiré, le lecteur a déjà à l’esprit les visages des acteurs qui ont incarné les personnages lors de sa lecture. The Returned donne cette impression de voir le même scénario mais avec des têtes qui ne collent pas. Les acteurs des Revenants semblent plus vrais plus justes que leurs collègues américains et pourtant, c’est la même histoire. En plus, les acteurs choisis sont pour la plupart des têtes connues du petit écran qui voguent de séries en séries sans vraiment se fixer comme Mark Pelligrino (dont on ne compte plus le nombre de séries à son actif depuis Lost), Jeremy Sisto, Kevin Alejandro et la brillante mais trop vue Michelle Forbes. Les acteurs français font plus authentiques et moins passe-partout moins déjà vus.

Casting étrangement similaire

Certains personnages sont presque des copies conformes physiquement des protagonistes français. Le plus flagrant est le personnage de Simon : Mat Vairo a la même coupe de cheveux et limite même ossature de visage que Pierre Perrier et avec le costume, la ressemblance est quasi complète. Les deux soeurs Camille et Lena donnent la même impression sauf qu’au lieu d’être rousses, elles sont blondes. Même si on reconnaît qu’il s’agit d’un casting américain car il est bien plus coloré. Cependant, il y a aussi des ratés Leah Gibson dans le rôle de Lucy ne dégage rien et elle est loin du charme d’Ana Girardot, pourtant, c’est un personnage clef. Dylan Kingwell qui joue Victor a le regard bien moins persan et angoissant que Swann Nambotin. C’est des petits détails mais qui donnent un côté “cheap” à la version US.

Des répliques déjà entendues

En effet, les répliques sont comme traduites en anglais. C’est pas tous les jours, plus habitué à l’inverse. La remarque de Camille à son père quand elle le retrouve “Tu fumes” ? m’ avait marqué car à l’époque dans Les Revenants, je trouvais que dans cette petite phrase insignifiante et  l’air étonné de Camille (qui ne se doute pas de ce qui lui arrive à ce moment-là) soulignait subtilement que le temps avait passé.  On imagine facilement un père perturbé par le décès de sa fille au point de ne plus prendre soin de lui et de se mettre à fumer. C’est une réplique parmi tant d’autres mais elles sont nombreuses ce qui donne une sensation de traduction d’œuvre.

La promesse américaine ?

Carlton Cuse est à la tête de The Returned avec à ses côtés Raelle Tucker (co-productrice exécutive de True Blood) pour l’aider et d’après eux, la saison 1 sera quasi similaire à celle des Revenants excepté la fin comme le dit Carlton Cuse : “On a pris un virage différent. […] La série est assez différente à la fin de la saison une“. Raelle Tucker ajoute “Ce n’est pas une compétition entre l’original et notre série, mais une manière d’honorer l’original et de créer quelque chose à nous“. En fait, ils vont “arranger” le défaut des Revenants : la fin de la saison 1. Celle-ci s’achève sur une scène frustrante laissant suggérer des tendances à la Lost et on connaît tous la polémique sur le sujet. Pourtant, pour rappel, Carlton Cuse est un des créateurs de Lost : a-t-il compris la leçon depuis ?

Pour le téléspectateur français qui a vu Les Revenants, la comparaison est fatale pour The Returned bien en dessous du moins pour le pilote. Puis, revoir la même histoire pendant huit épisodes en espérant une fin différente peut être ennuyeux. A se demander s’il ne vaut pas mieux sauter directement à l’épisode 8 car au final on la connaît l’histoire sauf cette fameuse fin.

Espérons que cela éveille la curiosité du téléspectateur américain qui se risquera à la version sous-titrée des Revenants diffusée chez les anglais. Se contenter de The Returned est possible car l’intrigue est bonne dès le départ, c’est principalement le casting qui pose un problème quand on a vu l’original.

Exit mobile version