Site icon Lubie en Série

Plan B ou le rêve de revenir en arrière et faire un autre choix !

plan b avis série québec

Qui n’a jamais rêvé d’avoir un Plan B dans sa vie quand le choix que vous avez fait ne vous convient pas ? La possibilité de recommencer et faire autrement serait un rêve pour tous. Oui pour tous car on a tous un moment regretté une décision prise et on aurait bien voulu changer, revenir en arrière. Même si dans la vie, c’est impossible dans la série québécoise Plan B, c’est possible !

En plus, dans Plan B, ça ne part pas dans le délire mais la série se concentre sur les émotions des personnages et c’est là, la force de la série. Le pilote de Plan B a été présenté lors du Festival de la Fiction TV de La Rochelle, le public et moi-même étions très enthousiastes sur ce premier épisode très prometteur. J’ai pu voir les 5 autres épisodes que j’ai dévoré,  les épisodes de 45 minutes étaient trop courts. Cette série créée par Jean-François Asselin et Jacques Drolet est tout simplement brillante !

 

Pourquoi il faut voir Plan B et la réclamer en France ?

Sachez que Plan B a mis beaucoup de temps à voir le jour, huit ans pour qu’elle apparaisse sur les écrans ! L’histoire était construite, l’acteur principal Louis Morrissette était engagé (il est en plus producteur), mais il y a eu beaucoup de réflexion entre faire un film ou faire une série et si série combien d’épisodes de combien de temps et il y a eu aussi le problème épineux du financement avec un diffuseur qui abandonne en cours de route. Bref, moultes péripéties pour y arriver mais c’est fait et ces six épisodes sont tous réussis.

Plan B sous certains aspects peut faire penser à Breaking Bad, en ce sens, que c’est un homme qui s’enfonce de plus en plus dans le vice. Au début de la série, Philippe Girard, le héros suscite de la compassion. On se dit ce type veut juste bien faire et faire marcher son couple. Mais, plus on avance dans l’histoire, plus on se rencontre de la vraie nature de Philippe Girard, un homme obsédé par le contrôle et fin manipulateur. Vers la fin, on déteste Philippe Girard pour ce qu’il est devenu.

En fait, Plan B c’est l’histoire d’un homme qui a rencontré la femme de sa vie et qui ne se résout pas à ce que leur vie ensemble ne fonctionne pas. Il fait appel au Plan B, un organisme obscur qui permet de revenir en arrière et de revivre un situation et potentiellement la changer. Quoiqu’il change, quoiqu’il fasse, avec Evelyne rien ne fonctionne. Il y a toujours un problème. L’équation ne marche pas. Il y a toujours une faille. ça en devient presque rageant car à chaque fois, vous vous dites là c’est bon, rien ne peut compromettre leur bonheur… mais c’est sans compter sur le génie des auteurs qui nous trouvent une faille que l’on ne voit pas venir. C’est assez dingue parce qu’au bout d’un moment, la mécanique est rodée donc vous en êtes à cherche de cette faille et vous êtes surpris à chaque fois. En fait, dans Plan B, vous faites toujours la réflexion : « c’est trop beau pour être vrai » ! C’est toujours le cas et le renversement de situation vous bouleverse à chaque fois !

 

Une série sans extravagances SF

Je n’ai rien contre la science-fiction bien au contraire mais parfois, ce genre part dans des explications un peu compliquées qui ne sont pas forcément les plus passionnante alors que la vie des personnages l’est. Dans Plan B, il se passe un truc surnaturel, Philippe Girard appelle une agence appelée « Plan B » qu’il trouve tout bonnement dans les Pages Jaunes. Comme quoi, elles sont toujours utiles et on y trouve de nombreuses choses pratiques. Philippe appelle le service, il a toujours quelques soucis rigolos avec le répondeur automatique mais parvient à ses fins, une fois le montant réglé. Alors, deux hommes costauds et imposants sonnent à sa porte l’embarque dans une camionnette. Philippe se retrouve à l’endroit qu’il voulait recommencer.

D’où vient le Plan B ? Qui est derrière cette mécanique ? Comment est-ce possible ? A aucun moment, la série ne pose la question et Philippe Girard ne cherchera pas à comprendre. Il veut juste obtenir le service souhaité. C’est idiot, même si au premier épisode, je me suis demandé le pourquoi de ce Plan B, j’ai vite accepté comme un élément de l’histoire qui existe et ne nécessite pas d’explication. Une fois accepté le Plan B, cela permet de se concentrer sur le vécu des personnages et de plonger profondément dans leurs émotions. Comme ces personnages sont si bien écrits, on est vite captivé par leurs aventures.

Attention ! Si vous ne souhaitez pas connaître la résolution de l’histoire arrêtez-vous là dans la lecture de cet article !

 

Une fin magistrale !

Au vu de la qualité du scénario, je savais que j’allais être éblouie par la fin de Plan B et ce fut le cas ! C’est pour ça que je peux qualifier cette série de brillante. C’est le genre de fin qui vous fait réfléchir longtemps après la dernière minute à l’écran.

Philippe Girard décide d’utiliser une dernière fois le Plan B mais cette fois-ci, il en fait profiter Evelyn. Alors, la rencontre entre Philippe et Evelyn, celle à l’origine de leur malheur, n’a pas lieu et leur enfant Marie-Ange n’a jamais existé. Evelyn vit sa vie rêvée d’artiste faisant le tour du monde et Philippe a pour femme celle qu’Evelyn pensait être son amante. Philippe et Evelyn se croisent des années plus tard après un concert d’Evelyn à Québec. Evelyn déverse sa haine contre Philippe Girard qu’elle croit non informé du Plan B. Or, la réponse de Philippe est ambigüe, le genre de réponse « il sait ou il ne sait pas ». Philippe cite le nom de leur fille Marie-Ange comment aurait-il pu connaître son existence s’il ne connaissait pas le Plan B ? Mais en même temps, ce n’est pas lui qui bénéficie du Plan B donc il ne devrait pas être au courant. C’est une fin troublante et ô combien parfaite !

 

Ma note saison 1 :

 

Je recommande vivement Plan B ! En plus, bonne nouvelle une saison 2 est en préparation et c’est une tout autre histoire mais sur le même principe de l’émotion à tout prix.

 

Quitter la version mobile