Site icon Lubie en Série

Interrogatoire de Priyanka Chopra sur Quantico !

Rejoignez Alex Parrish sur la base d’entraînement de Quantico. Une session à suivre sur M6 avec la talentueuse Priyanka Chopra, actrice et aussi Miss Monde en 2000. Connue et reconnue pour ses nombreux talents en Inde, son pays de naissance, l’actrice a fait une entrée remarquée sur le petit écran américain avec la série à succès Quantico ! Lors d’une rencontre blogueurs à Paris, Priyanka Chopra révèle les secrets bien gardés de Quantico et je vous répète tout !

Le projet Quantico

Comment êtes-vous arrivé sur le projet Quantico ?

Priyanka Chopra : “J’étais à Los Angeles et j’ai rencontré la vice présidente (de la chaîne ABC) ou celle qui était la vice présidente du casting, Keli Lee, maintenant, elle est à Londres. Je l’ai rencontrée à une soirée et on a commencé à discuter de ce que je fais et de ce qu’elle fait et elle m’a demandé si je voulais faire de la télévision. Je n’y avais jamais pensé, elle parlait de télévision américaine. Je lui ai dit que je ne pouvais pas j’avais des films en cours. Je suis rentrée en Inde et on en restait là. Je tournais un film en Inde et elle a pris l’avion pour Inde et elle est venue sur le plateau de mon film pour me pitcher une idée celle du “contrat talent”* c’est-à-dire ils font signer le talent et la network doit lui trouver une série. Elle m’a dit ‘Viens à Los Angeles, juste lis les scripts et si tu n’aimes pas tu n’es pas obligée de faire la série. Et si tu le fais, tu peux faire une mini-série’. En gros, la conversation a commencé avec une mini-série. Je suis venue à Los Angeles, je me suis assise près de la piscine, j’ai lu 26 scripts tout ceux que vous avez vu l’année dernière, Quantico était mon préféré. Il y en un qui s’est fait annuler et l’autre n’a pas été pris par la chaîne. Je suis contente d’avoir pris le bon. Quantico était mon préféré, 13 épisodes de la série ont été commandés. Je me suis dit ok pendant six mois, puis, je reviens et je peux faire deux autres films. La série a été prolongée à 19 épisodes puis à 22. Je leur ai dit STOP, je veux encore avoir la possibilité de faire des films. Je suis juste contente d’avoir pris la bonne série”.

*en anglais : talent deal

Avez-vous ressenti une certaine pression à être la première actrice de Bollywood à la tête d’une série américaine ?

Priyanka Chopra : “Non pas au départ. Je me suis pas dit que je serai la première actrice indienne à la tête d’une série américaine. Je n’aime pas le terme “Bollywood” car ça nous réduit à être une branche d’Hollywood ce qui n’est pas le cas. C’est comme si on appelait l’industrie du film français : Froggywood*. On est bien plus que ça. On est une des industries cinématographiques les prolifiques du monde, on fait plus de 900 films par an, 40% de notre profit vient d’en dehors de l’Inde. On est une industrie majeure du cinéma. Donc, je n’y ai pas pensé au départ, j’ai juste réfléchi en tant qu’artiste. Je pense que l’art ne doit pas être limité par langue, le visage, la couleur. Je pense que la meilleure personne pour le job doit avoir le job. L’art est devenu un divertissement global qui arrive au bout de nos doigts. On regarde des films de l’Iran à la France, en passant par l’Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni tout ça à travers nos mobiles. C’est aussi simple que ça. On a même pas besoin de voyager pour voyager dans le monde. Alors, le divertissement global ne peut pas avoir un visage unique, une langue unique. Il suffit d’avoir la meilleure personne pour le job. J’étais très claire sur le job, je veux juste grandir en tant qu’artiste et ne pas être limitée par quelque chose. Mais quand le pilote a été diffusé, j’étais très stressée. J’étais assise près de la piscine car je devais livetweeter. Je ne sais pas si je peux dire quoique je suis en France, je buvais des bellinis et je tweetais car j’étais très stressée. J’étais si contente que le pilote de la série se soit déroulé ainsi et que nous ayons eu de bons chiffres. Puis, globalement la série a été bien reçue par le public, c’était très important pour moi car je ne suis pas une star américaine et je ne viens des États-Unis. Je viens d’un pays totalement différent et ça, ça me rendait anxieuse. Je ne suis pas américano-indienne mais indienne d’Inde. On a réussi à convaincre les États-Unis que je suis une américaine et c’est mon job en tant qu’actrice. J’ai du apprendre l’accent américain, la maniérisme. Je n’étais certaine d’être assez convaincante. Maintenant, tout va bien”.

*Frog = grenouille et comme nous avons une réputation internationale de mangeur de cuisses de grenouilles d’où l’association de l’actrice avec Hollywood.

Les épreuves de Quantico

Votre principal challenge dans la série : l’accent américain ! Quel est votre secret pour parler l’américain parfait ?

Priyanka Chopra : “J’avais un coach linguistique et même dans mes films indiens. Dans les films hindis, chaque état a un langue différente et ils ont des accents différents. J’ai joué plusieurs personnages d’états différents. Ce ne sont pas des dialectes mais des langues écrites et orales. Je suis habituée à jouer des accents mais ça m’a pris trois jours de dire :

Alex Parrish, FBI Counterterrorism task force

Alex Parrish, force opérationnelle du contre-terrorisme FBI

Combien de temps de tournage pour les épisodes de Quantico ?

Priyanka Chopra : “On fait des journées de 16 heures mais on est censé travailler 12 heures mais vous savez c’est une série, on est censé finir chaque épisode en 8 jours maximum jusqu’à 9 jours. Mais, Quantico est une série compliquée car on a deux temps de l’action : le futur et le présent. Parfois, on travaille le week-end, ou des journées entre 16 et 18 heures de tournage et c’est vraiment chacun son tour. Mais, hey ! On fait du divertissement et c’est très fun. Je pense que maintenant, j’ai deux carrières actives : une aux États-Unis et une en Inde. Je fais toujours des films indiens et je continuerai tant que les gens veulent me voir. Je fais des films aux États-Unis, je suis dans une série aux États-Unis mais ça ne veut pas dire que je ne dors pas. J’utilise l’avion comme un bus. Je peux m’apitoyer et dire que je suis fatiguée. Mais, je n’aurais pas ce que je veux et tout ce que je veux c’est la domination mondiale 🙂 Ainsi, vous devez travailler et c’est une série compliquée. L’ensemble du cast le comprend. On se soutient entre nous. On commande de la bonne nourriture de l’extérieur pour nous faire plaisir et on boit beaucoup de café. À la fin, on a une série à succès et c’est tout ce que l’on veut”.

Traitement de la menace terroriste dans la série

Quantico aborde un sujet angoissant : le terrorisme. Selon vous, comment la série parvient à rendre ce sujet regardable sans être anxiogène ?

Priyanka Chopra : “Que l’on le veuille ou pas, le terrorisme occupe une place importante dans nos réalités d’aujourd’hui peu importe où on se trouve dans le monde. Vous, en étant en France, vous en êtes conscient, moi en étant en Inde aussi. Les gens qui vivent aux États-Unis en sont conscients, les gens qui vivent au Liban aussi tout comme les gens en Australie en sont conscients. Le terrorisme est la manière la plus lâche d’utiliser la peur pour faire comprendre les croyances de quelqu’un. Il n’y a pas de bien ou mal dans ce monde et c’est pour ça que la démocratie est là. Selon moi, c’est ce que le terrorisme est. Cette série parle de la réalité que la télévision pourrait être mais c’est enveloppé dans la popculture et le divertissement. Donc, malgré ça il y a de la musique, un casting de beaux acteurs, des relations humaines. En gros, la série traite des secrets et des secrets des êtres humains. chacun d’entre nous a des secrets et qu’arrive-t-il quand un secret est révélé et comment cela change la personne. Ça se passe à Quantico mais ça aurait pu être dans une université ou au sein de la police de New-York, ça aurait pu se dérouler n’importe où. C’est avant tout sur les relations humaines et comment les êtres humains réagissent. Quand vous regardez la saison et en particulier à la fin de la saison, vous comprendrez le raisonnement et pourquoi des choses mauvaises arrivent. Certaines personnes pensent qu’ils ont du pouvoir entre les mains et qu’ils peuvent changer ce qui n’est pas dans leurs mains. Et c’est ce qu’est essentiellement le terrorisme, quand les gens prennent le contrôle de la vie des autres alors que ce n’est pas leur oignons. La série n’est pas aussi sérieuse que la réalité, mais votre intelligence n’est pas bafouée et cela permet d’engager le public”.

Savez-vous qui était le terroriste dès le départ ?

Priyanka Chopra : “Aucun d’entre nous ne savez qui était le terroriste avant l’épisode 21. Je ne suis même pas sûre que les scénaristes le savaient. Je pensais qu’ils l’ont découvert en écrivant la série au fur et à mesure des épisodes. On a tous su la réponse lors de l’épisode 21. Je crois que les scénaristes l’ont su deux ou trois épisodes avant car au départ, on  nous avait commandé 13 épisodes et on a fini à 22. Donc, il fallait écrire en fonction des épisodes ajoutés. Je dois le dire ils ont fait un super job, c’est vraiment une série qui vous tient en haleine”.

La saison 2 sera tournée à New-York.


Priayanka Chopra said !

It’s a really good show and it doesn’t limited itself with just America. it’s extremely diverse. It’s very very global. It talks about topics which are extremely global conversations.

Quantico, it’s a popculture show. It’s defenitely not docu-drama

We got acceptance globally which was very important for me because I’m not an American star, I’m not from America, I’m a from a completely different country and that makes me nervous. I am not even american-indian, I’m indian-indian. So, we are be able to convince America that I’m an american girl and that’s my job as an actor.

Voici des extraits de l’interview via snapchat :

Quitter la version mobile