Lubie en Série

Rencontre avec LA Vraie EMILY IN PARIS !

Si vous êtes un lecteur attentif de Lubie en Série et que vous avez lu mon billet sur Emily In Paris, vous avez noté que je vous disais que je connaissais celle qui a inspiré Emily, incarnée à l’écran pour Lily Collins. Elle s’appelle Rebecca Leffler ! Rebecca et moi, nous sommes rencontrés à Canneseries lorsqu’elle animait les conférences de presse de la saison 1. Ancienne correspondante américaine en France pour The Hollywood Reporter, Rebecca connaît très bien le monde des séries télé et du showbiz. Quand Rebecca m’a raconté à Cannes qu’elle avait été contacté pour la prochaine série de Darren Star et partager de son expérience d’américaine à Paris. Autant vous dire que j’étais hyper impressionnée mais je devais garder le secret avant la sortie de la série sur Netflix. Comme c’est une chic fille, Rebecca Leffler a accepté de répondre à mes questions sur son incroyable aventure Emily In Paris.

 

Rebecca Leffler et son rôle dans la série !

Comment Darren Star t’a contacté pour être sa consultante sur Emily In Paris ? Et qu’est-ce que ça fait d’être contacté par Darren Star en personne ?

Rebecca Leffler :  “En fait, c’était d’abord le producteur exécutif de la série que je connais depuis des années. Il a lu le scénario que Darren a écrit et il m’a reconnu dedans. Alors au début c’était un Skype Los Angeles-Paris. J’étais chez moi et je pensais parler plutôt avec ces scénaristes mais quand j’ai répondu à l’appel – voilà il y avait Darren Star, the one and only*, devant moi. Après des calls et échanges de mail, je suis allée leur rejoindre dans leur writers room** à L.A. J’ai été agréablement surprise à tel point Darren était comme on dit ‘down to earth’ (pieds-sur-terre), c’est quand même l’homme qui a révolutionné la télévision – et toute mon adolescence avec Beveryl Hills puis Sex & The City – mais il est vraiment gentil, accessible et surtout créatif et brillant. Au quotidien, il participait dans chaque niveau de brainstorming et écriture et était vraiment à l’écoute de ses scénaristes – il est humble, mais il a quand même des histoires incroyables à raconter de sa longue carrière”.

*le seul et unique
**salle d’écriture

Tu as le titre de “consultante créative” sur les crédits de la série. En quoi ça consiste concrètement ?

Rebecca Leffler :  “Je suis très créative et on m’a consulté of course ! En fait, comme ma vraie vie a plein de parallèles avec celles d’Emily, mon expérience en tant que ‘Américaine à Paris’ les intéressait et aussi le fait que je travaille actuellement dans une agence de publicité, un peu comme Emily avec les mêmes genres de clients comme ceux venant de la mode, la beauté, le luxe. Alors j’étais avec les scénaristes pendant la conception des personnages, des storylines et épisodes. J’ai raconté les petits anecdotes drôles, parfois j’étais là pour donner mon avis ‘mais non ce n’est pas comme ça à Paris !’ pour rendre le tout aussi ‘vrai’ que possible, même si bien sûr il s’agit d’une série de télé qui fait rêver et reste un peu hors de la réalité”.

 

Que dit l’américaine sur les clichés sur la France !

La série a été beaucoup critiqué en France. Est-ce que ce n’est justement pas une série a voir du point de vue américain ?

Rebecca Leffler :  “Quand j’ai lu le script du pilote écrit par Darren, je ne lui ai pas caché mon point de vue qui était que j’aurais préférée d’éviter certains clichés à la fois des français mais aussi d’Emily elle-même, mais il a été clair dès le début que pour lui, c’était écrit pour un public international.

C’est sa lettre d’amour à Paris. Il ne faut pas oublier que c’est censé être Paris vu à travers les yeux d’une Américaine à Paris, mais une Américaine qui vient d’arriver à Paris et qui n’ai que twentysomething ans. C’est drôle car je me suis rendue compte que les choses qui m’agaçait chez Emily, c’était l’effet miroir où je me voyais moi à 22 ans, toute jeune, toute fleur bleue et j’ai mieux compris. C’est drôle car certains clichés que des français n’aiment pas ou trouvent ridicules ou exaggerés, c’est peut-être la même chose – ils ne veulent pas l’admettre mais certains clichés viennent de la vérité.

Ce que je trouve intéressant c’est que vraiment everyone I know* aux Etats-Unis trouve la série amaaazing et même pas mal d’amis français aiment, mais les gens qui le détestent le plus dans mon entourage ? Les expatriées américaines à Paris ! Je pense que c’est peut-être parce que tout semble être si facile pour Emily – elle arrive à Paris, elle prend une photo d’un pain au chocolat et toute de suite devient instagram influenceuse. Elle arrive dans un grand appartement dans une jolie quartier de Paris, des hommes s’enfilent pour la date-r, et il n’y a aucune scène qui se passe dans le bureau de la préfecture de police pour ses papiers. Quand on est expatriée à Paris, tout est magnifiée – les bons moments sont incroyables, mais les bas sont parfois très bas, alors je comprends que mes compatriotes expatriées soient de cet avis”.

*Tous ceux que je connais

 

Rebecca Leffler devant le restaurant de Gabriel !

Selon toi, qu’est-ce qui est le plus juste sur la France et les parisiens et ce qui est le moins juste ?

Rebecca Leffler :  “Bien sûr que tous les français ne sont pas méchants, mais honnêtement j’ai travaillé avec pleins de ‘Sylvies,’ et même si maintenant mes collègues sont devenus de chers amis, j’ai passé les premiers jours comme Emily sans qu’on me demande de leur rejoindre déjeuner et tout le monde me regardaient comme extra-terrestre car je parlais fort, je souriait à tout le monde. Ça je pense que c’est bien représenté dans la série – ils montrent que les avis des français commence à changer par rapport à Emily – ses collègues, sa boulangère —  la boulangère qui est méchante au début mais après l’aime bien, c’est vraiment une anecdote de ma vraie vie.

Il faut un peu du temps, mais, un peu comme tout en France, ça prend du temps !

Moins juste, je dirais le scène où Antoine offre le lingerie à Emily – un boss ne fera pas ça, surtout dans cette ère de #metoo. Et j’avoue que je n’ai pas la même vestiaire qu’elle – mais j’aimerais bien que Patricia Field m’habille tous les jours !”

 

Y a-t-il une des situations vues dans Emily In Paris qui t’est réellement arrivée ?

Rebecca Leffler :  “Plusieurs ! J’ai eu un plombier pour qui j’ai préparé des gâteaux et il m’a partagé ces recettes de tartes de sa grand-mère. Il a passé plusieurs jours à me parler et manger mes gâteaux, un peu comme dans Emily, ça a mis longtemps à réparer mes fuites. Mon histoire est encore plus folle – ce plombier a du laisser une énorme frigo au milieu de mon salon pendant des semaines car il n’était pas joignable. Son excuse ? ‘désolée Madame je suis tombée amoureux, je n’étais pas joignable… ‘ So French ! Et puis, j’ai eu un beau voisin avec qui j’ai eu une histoire – ça arrive même dans la vraie vie ! Et l’event où Emily rencontre les influenceuses mode, c’est tiré direct de ma life !”

 

Reprendras-tu ton rôle de consultante créative pour la saison 2 d’Emily In Paris ?

Rebecca Leffler :  “J’adorerais ! Pas de nouvelles, tout est possible !”

 

Enfin, quelle est  ta série française favorite ?

Rebecca Leffler :  “Il y en a de plus en plus que j’aime ! J’adore Dix Pour Cent – je le trouve très juste et me rappelle de ma vie de journaliste cinéma pendant des années à Paris. Ça montre à la fois un Paris carte postale qui plait aux étrangers surtout, mais c’est quand même très franco-français avec pleins de inside jokes *sur le milieu du French cinéma.

J’avoue que je suis plus cinéma français, séries Américaines, mais il y a vraiment des séries qui sont impressionnants visuellement et avec une écriture pointue comme Le Bureau des Légendes ou Engrenages.

Et petite anecdote – quand j’étais jeune étudiante, j’étais en vacances à St Tropez et j’étais extra dans Sous le Soleil, mes premiers pas devant la French TV !”

*blagues privées

 

Suivez les aventures de Rebecca Leffler sur Instagram @rebeccaleffler

Retrouvez Emily In Paris sur Netflix !

Exit mobile version