Lubie en Série

Rencontre avec William Simpson, le coup de crayon de Game of Thrones

Game of Thrones est une série où la fantaisie règne. Pour créer cette fantaisie qui nous fait rêver, nous, téléspectateurs, il faut un artiste pour la créer. Chez Game of Thrones, il s’appelle William Simpson, il est le storyboarder de la série et à l’origine du look de nombreuses créatures qui peuplent les sept royaumes. Le Comic Con Paris a fait venir cet artiste, le coup de crayon de Game of Thrones pour qu’il parle de son métier fascinant. J’ai moi-même eu la chance de le rencontrer en interview. Voici la vidéo de nos échanges et soyez indulgent, j’ai fait mon premier montage You Tube, c’est hésitant mais ça fait à peu près l’affaire. La traduction est en dessous de la vidéo :

TRADUCTION : interview William Simpson

Comment êtes-vous arrivé sur Game of Thrones ?

“Je travaillais sur un autre film appelé Your Highness (Sa Majesté). Je me suis bien amusé sur ce projet. Mon producteur Mark Huffman est venu me voir au début du film en me demandant si ça me dérangait de faire du travail supplémentaire sur une éventuelle série. Je lui ai demandé ce que c’était comme série et il m’a dit qu’il ne pouvait pas me le dire. Alors, je lui ai demandé de quoi ça traitait et il m’a dit que c’était de la fantaisie médiévale. Je lui dis d’accord car c’est qu’on faisait actuellement. Je me suis retrouvé à rencontrer le directeur artistique et certains des superviseurs d’équipes et j’ai commencé à faire quelques dessins pour eux en m’appuyant sur des bouts de scripts. Il n’y avait pas de titres donc je ne savais pas d’où venait le script. Je devais dessiner des châteaux, des grands loups, des décapitations, des chevaliers en armure… Tout ça était envoyé aux États-Unis et je n’avais encore aucune idée où c’était envoyé. Je suis reparti travailler sur Votre Majesté. Puis, Mark Huffman est venu me voir en me disant
– ‘on a décroché Game of Thrones” !
– J’ai dit “c’était sur quoi je travaillais” ?
– Il m’a répondu “oui”
– et je lui ai demandé : “est-ce que ça veut dire que j’ai un job” ?
– et il a dit “oui”!
Quand j’ai fini sur Votre Majesté, je suis allé directement sur Game of Thrones. Si je me souviens bien, c’était en plein milieu de la semaine, je crois un mercredi. Les gens de Game of Thrones voulait vraiment que je commence. Donc, j’y suis allé directement. Au début, j’étais le seul artiste présent, il y avait des artistes de brouillons qui réalisaient les design pour les plateaux mais j’étais le seul à qui ils demandaient des idées en continu : peux-tu proposer une idée pour ci, pour ça. A cette époque, je faisais de la conceptualisation. La première que j’ai réalisée, c’était le design des armes, l’aiguille, des longues griffes, les armes des Dothraki, les armes des Lannister, les armes pour les marcheurs blancs. J’ai crée le look des Marcheurs Blancs. J’ai fait une peinture des arbres de Weirwood. J’ai travaillé sur les dragons. J’ai fait beaucoup de choses comme Le Limier, j’ai réalisé des versions alternatives du Limier parce qu’il essayait de savoir comme allait être ce personnage armé. On m’a demandé beaucoup et toute sortes de choses comme dessiner le carrosse de Cersei. Pendant le pilote, ils savaient que je faisais du storyboard donc on m’a demandé alors de faire du storyboard avec le réalisateur Thomas McCarthy. Je travaillais sur ces deux parties que je faisais dans les films. Dans la saison 1, j’ai fait beaucoup de dessins conceptuels et un peu de storyboarding. Depuis je n’ai cessé le storyboarding”.

Vous travaillez uniquement sur Game of Thrones ?

“Non je fais 4 ou 5 moins maximum sur Game of Thrones. Le reste de l’année, je travaille pour des films ou des Comics ou je travaille pour moi ou je fais de la réalisation”.

Quand est-ce que vous intervenez dans le processus ?

“J’interviens en général avant le tournage mais mon travail continue lors du tournage. Parce que dans la manière dont Game of Thrones est organisé, on travaille toujours en amont de ce qu’ils vont tourner. Mais quand vous avez fini avec un réalisateur, un autre réalisateur entre en piste et il a peut-être une autre manière de filmer. Il faut toujours jongler. Mais, quand j’ai commencé et c’est resté ainsi, un mois et demi avant de tourner. Je travaille avec les réalisateurs et c’est juste moi et eux. On s’assoie et on passe en revue la saison et c’est la même chose avec n’importe quel storyboarder. Vous travaillez avec le réalisateur, vous essayez d’interpréter les idées du réalisateur. Vous êtes un psychologue pendant un moment et essayer de faire sortir les idées de cette personne. Il y a beaucoup d’échanges entre vous et le réalisateur. C’est brillant car mon travail est reconnu depuis des années et heureusement ils me font confiance. Il y a beaucoup de confiance entre nous. Ils savent que je suis sérieux sur ce que je fais. J’essaye de donner le meilleur de moi pour la série. C’est génial de travail avec quelqu’un que vous connaissez au final. Vous avez une sténographie en tête. Tous les films que vous avez vu sont tous dans votre tête quelque part. Et c’est incroyable quand vous commencez à parler d’une scène en particulier et que vous faites des références à d’autres réalisateurs que vous connaissez : est-ce que c’est un moment Hitchcock, un moment Sergio Leoni ou oh mon Dieu ! c’est un moment Steven Spielberg. C’est comme si par avance, vous saviez comment une scène sera. C’est bien car vous pensez uniquement à ce qu’il a de bien chez les gens en venant avec vos propres idées. C’est un super mode de travail”.

Comment ça fonctionne de travailler avec plusieurs réalisateurs ?

“J’ai toujours aimé ce système de travailler avec différents réalisateurs. Vous y allez avec un tout autre tempérament et ils sont tous de gentilles personnes. Ils ne seraient pas à cette place où ils sont s’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Vous apprenez tellement d’eux aussi. Ce sont tout simplement des gens fascinants. Ils ont tous une approche différente de faire les choses. Je me souviens quand je travaillais avec Alik Sakharov, il est parti sur Black Sails maintenant. Alik, il a commencé comme chef opérateur et il devenu réalisateur. C’est un homme avec une bonne culture du cinéma russe donc quand vous parlez avec Alix, vous parlez de cinéma russe, de mouvements de caméra et soudainement de comment faire couler de l’eau. Il a transmis son état d’esprit à Game of Thrones. Puis, vous travaillez avec quelqu’un d’autres, je me souviens de Mark Mylod qui est si relaxant et facile à vivre. Il est intéressant, y a-t-il quelque chose que l’on peut faire ici, que penses-tu de ça. Puis, vous commencez à avoir une sympathique conversation sur ces thèmes. Cette année a été encore fantastique avec Alan Taylor avec qui j’ai de nouveau travaillé, la dernière fois c’était lors de la saison 2. J’avais travaillé un petit peu avec lui sur Thor 2. Vous êtes dans cette situation incroyable, c’est en quelque sorte une amitié réunie et puis, vous arrivez avec toutes ses idées que vous échangez ensemble. Une synergie de pensées, j’imagine. Ces différents réalisateurs sont tous fantastiques. Michelle Maclaren était géniale car elle était très précise sur ce qu’elle voulait et beaucoup de changements. On avait l’habitude d’aller à un high tea (goûter dinatoire) pour discuter de tout ça parfois le samedi, s’asseoir et parler de storyboard. ça me manque”.

Avez-vous un réalisateur préféré ?

“Il y en a tellement ! J’adore David Nutter. Il est juste phénoménal. Il est connu comme le roi du pilote aux États-Unis car tout ce qu’il fait à l’habitude de devenir une série. David était génial, un gentil monsieur, il sait ce qu’il veut faire et il est responsable pour le mariage rouge. C’était phénoménal de travailler avec lui. Ils sont tous si brillants personnages. Des gens géniaux avec qui travailler”.

Exit mobile version