Site icon Lubie en Série

Rencontre avec trois acteurs de Gotham !

Sean Pertwee (Alfred Pennyworth), Robin Lord Taylor ( Oswald Cobblepot) et Cory Michael Smith (Edward Nygma) ont quitté quelques jours les rues sombres de Gotham pour le soleil de Monaco ! Lors du 56ème Festival de Télévision de Monte-Carlo, les trois acteurs sont venus parler de la légende de Batman et de leur série à succès Gotham. D’abord autour d’une table ronde puis en conférence de presse, les comédiens ont révélés les secrets les plus obscures de la ville…

Vous jouez des personnages légendaires et appréciés du public, avez-vous ressenti une certaine pression à endosser ses rôles emblématiques ?

Robin Lord Taylor : “Vous ressentez forcément une sorte de pression quand vous attaquez à ce genre de sujet qui existe depuis plus 77 ans et des personnages que tout le monde connaît. C’est très intimidant. Quant à moi, j’ai grandi en regardant tous les Batman et j’ai vu les incarnations de Burgess Meredith et Danny DeVito et ce qu’ils en ont fait. Cependant, on raconte une histoire tellement différente. L’histoire de ces personnages plus jeunes entrain de se chercher et parce que c’est ainsi, la pression est relâchée. Nous avons la possibilité de mettre notre propre interprétation dans ces personnages. Nous n’avons pas l’impression que nous devions recréer les performances incroyables qui ont été réalisées avant nous”.

Sean Pertwee : “Nous avons la chance d’interpréter ces personnages à un moment de leurs vies où on ne les a jamais vus auparavant. Ça donne une véritable raison d’être ici. Et la première question que j’ai posé à Bruno Heller (showrunner), Danny Cannon (scénariste et réalisateur), Geoff Johns (superviseur) pourquoi il y a un british dans la maison des Wayne au départ ? C’est évident, c’est un valet, un confident, un protecteur et la personne de confiance pour Thomas, l’homme le plus riche du monde, qui confie son plus précieux héritage, son fils, à la personne la plus apte et de confiance et c’est Alfred. Ce sont des temps forts que nous n’avons jamais exploré auparavant la germination de l’homme qui devient Batman. Une grande partie de ce développement est dû à Alfred, son acolyte qui l’aide à confronter ses ennemis dès l’école comme Elliot. C’était un grand moment pour le jeune David Mazouz, acteur brillant, qui joue Maître Bruce. Après avoir encaissé, il ose confronter son ennemi. C’est à vrai dire un des éléments de la naissance de Batman. C’est un opportunité incroyable et un extrême honneur de mettre la lumière sur un personnage apprécié mais une époque où personne ne l’a jamais vu”.

Cory Michael Smith : “J’ai ressenti beaucoup de libertés par rapport au Comics. Je suis assez fasciné de la manière dont Enigma a été réinterprété au fil des années par des artistes et scénaristes différents. Pour moi, j’avais les autorisations pour faire mon voyage d’Edward vers Enigma de façon authentique en s’appuyant sur nos scripts et nos ressources rendant mon jeu unique et en accord avec moi-même”.

Peut-on dire que Gotham trouve son propre chemin en dehors de la légende de Batman ?

Sean Pertwee : “Ce qui fait qu’on est tous confiants dans notre série, c’est que tout le monde a l’esprit ce qu’est Gotham et tout le monde a une idée de comment ça doit être et on est très honoré qu’une majorité du public ait accepté notre interprétation de ce monde. Donc, on est plus confiant au fil de l’avancée de l’histoire. Ça parle d’une époque dans laquelle vous n’avez jamais vu ces personnages, ça parle de comment la ville, qui est un personnage dans notre série, un personnage essentiel de la série, comment cette ville crée ces gens que vous connaissez”.

Robin, Cory : Qu’est-ce que ça fait de jouer un personnage qui va devenir un vilain ?

Robin Lord Taylor : “C’est génial. Jouer un personnage qui existe depuis 77 ans, c’est intimidant voire terrifiant mais au final très satisfaisant parce que comme l’a dit Sean, ce sont des aspects de ces personnages que vous n’avez jamais vu”.

À la fin de la saison 2, Fish Mooney est de retour : quel impact pour le personnage du Oswald en saison 3 ?

Robin Lord Taylor : “Oui, Jada Pinkett Smith est de retour mais je ne suis pas certain sur combien d’épisodes. C’est évident un moment important pour mon personnage, un moment terrifiant. Oswald est quelqu’un qui aime avoir le contrôle et il veut être celui qui contrôle. Quand il la voit revenir c’est une de ses plus grandes craintes, c’est comme s’il n’avait plus aucun contrôle. Il ne peut même plus tuer quelqu’un. Il a eu la même expérience avec Galavan, c’est vraiment terrifiant pour lui. En plus, elle a des capacités surhumaines à présent ce qui risque de rendre ça encore plus difficile pour lui. Personnellement, je peux dire que j’ai très hâte car cette relation est très déterminante pour nous deux. Tout ce qu’Oswald connaît sur les bas fond de Gotham, il le sait d’elle. C’est une relation captivante. Dans la saison 3, j’aimerais qu’Oswald devienne la plus puissante personne qu’il puisse. Parce qu’après toutes les pertes tragiques qu’il a vécu en saison 2, il a perdu tout l’amour qu’il avait dans sa vie. C’est une leçon qui a apprise de Nygma : ne pas avoir d’amour signifie que vous êtes invincible d’une certaine manière. Personne ne peut vous toucher. Je pense qu’il devrait être aussi vicieux et impitoyable que possible”.

Si vous aussi, vous avez l’impression que la série a trouvé sa voie en saison 2 avant de tâtonner en saison 1. Les acteurs expliquent qu’au départ la série a été pensé en tant que procédural autour des deux détective Gordon et Bullock. Puis, quand de 16 à 22 épisodes dans la saison 1 et que les scénaristes ont remarqué l’intérêt du public pour les personnages emblématiques alors Gotham a pris un autre tournant comme l’explique :

Cory Michael Smith : “Dans la saison 1 ce qui s’est passé et c’était volontaire, la série était un procedural centré sur James Gordon et Harvey Bullock. Même que Bruce Wayne ne devait pas prendre une partie importante de l’histoire. C’est parce que la relation entre David (Mazouz alias Bruce Wayne) et Sean (Pertwee) ont pris une place centrale dans la série. Il y avait beaucoup de personnages dont le mien qui étaient sur le banc de touche. Vous pouvez facilement appelé la saison 1 : la naissance du Pingouin. Et je crois que c’était l’idée de départ d’appeler cette saison ainsi. Puis, ils se sont dit aller faisons des épisodes stand alone car les séries procédurales sont énormes aux États-Unis et à succès. Ce qu’ils ont fait en saison 2, et je ne sais pas comme ils ont fait, mais ils ont géré de nombreux personnages excitants dans de nombreuses intrigues. Ces arcs d’épisodes qui viennent et repartent de façon harmonieuse. Je trouve ça audacieux. De si nombreux personnages sont des icônes et appréciés et heureusement nous avons de si talentueux scénaristes à Los Angeles”.

En avant vers la saison 3

Au moment de l’interview, le tournage de la saison 3 n’avait pas commencé donc peu d’informations ont filtré sauf cette révélation de Cory Michael Smith sur un éventuel lien entre Gotham et les élections présidentielles de 2016 aux Etats-Unis :

Je pense que vous verrez dans la saison 3 l’année prochaine, tout comme les Etats-Unis vivent, selon moi, ce qui va être une élection les plus importante, nous serons aussi confronter à ce sujet dans notre série qui va être diffusée cette automne nous menant aux élections.

Cory Michael Smith

“I think you will see in season 3 next year, as United States is going through, in my terms, will be the most important general election that we will be confronting that issue in our show as it will airing in the fall leading up to the election”.

Exit mobile version