Site icon Lubie en Série

SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker…ou presque ?

SELF MADE : D'après la vie de Madam C.J Walker avis

Emballée à l’idée de découvrir la vie d’une dame incroyable que je ne connais malheureusement pas et de voir la talentueuse Octavia Spencer dans le rôle, sans attendre j’ai lancé sur Netflix la mini-série SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker. Ce biopic de 4 épisodes de 45 minutes environ s’appuie sur le livre de  A’Lelia Bundles intitulé On Her Own Ground. Netflix nous promet un portrait de la première femme afro-américain millionnaire. Une belle promesse qui donne envie de voir comment Sarah Breedlove est devenue Madam C.J Walker, une véritable businesswoman dans les produits capillaires à destination des femmes afro-américaines.

 

Une histoire de Madam C.J Walker très romancée ?

Dans un premier temps, j’ai enchaîné les quatre épisodes SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker sans problème en découvrant une femme incroyable qui a monté son business non sans difficultés pour arriver à une forme de reconnaissance. La détermination de Madam C.J Walker est galvanisante et on se sent impliquer dans ses batailles dont la première est de rendre accessible ses produits à un maximum de femmes afro-américaines qui souffrent de la chute de leurs cheveux. On sent une femme qui se bat pour aider sa communauté à sa façon. En plus, elle doit faire face à une rivale redoutable et envahissante Addie Munroe, toujours là pour mettre des bâtons dans les roues de Madam C.J Walker… Octavia Spencer joue Madam C.J Walker est l’actrice est merveilleuse dans ce rôle qui lui va comme un gant. Cependant, un truc m’a dérangé pendant tout le visionnage c’est de voir Tiffany Haddish dans le rôle de la fille d’Octavia Spencer, elles ont 7 ans d’écart et je suis désolée pour Tiffany Haddish mais ça se voit ! Difficile de donner du crédit à cette relation mère-fille.

Dans un second temps, je me suis renseignée sur la vie de la véritable Madam C.J Walker et là j’ai découvert que ce biopic n’était pas vraiment fidèle à la réalité. Disons que la fiction prend davantage le pas sur la réalité historique. Tout d’abord, Madam C.J Walker n’est pas la première femme afro-américaine millionnaire mais c’est Annie Malone, qui était une chimiste de profession et qui a proposé la première solution chimique pour raidir les cheveux crépus. Dans SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker, Annie Malone est devenue Addie Munroe la rivale de Madam C.J Walker alors que dans la réalité, Madam C.J Walker admirait le travail d’Annie Malone ce qui l’aurait poussé à se lancer dans ce business. En plus, Annie Malone n’était pas métisse comme l’actrice Carmen Ejogo choisit pour le rôle d’Addie. Donc, il n’a jamais été question de “nuances de couleur de peau” entre les deux femmes comme on veut nous le faire croire dans cette mini-série.

J’avoue quand j’ai découvert la réalité, j’étais un peu déçue de SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker. Je croyais que j’allais découvrir un vrai biopic sur une personnalité que je ne connaissais pas. Peut-être qu’Annie Malone méritait aussi sa mini-série au lieu de la recaler au rôle de rivale en changeant son nom. D’ailleurs, je trouvais que le personnage d’Addie Munroe était trop envahissant comme présente toujours au moment où il ne faut pas et donc très prévisible. Addie, c’est le rôle de l’antagoniste grossier.

SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker est une mini-série qui se regarde facilement et Octivia Spencer y est fabuleuse. Mais, n’espérez pas découvrir la véritable vie de l’incroyable Madam C.J Walker pourtant aussi passionnante que cette fiction.

SELF MADE : D’après la vie de Madam C.J Walker disponible sur Netflix

 

Ma note :
Exit mobile version