Site icon Lubie en Série

Speakerine : histoire de crime ou histoire de femmes ?

speakrine avis série

Speakerine est une série très attendue sur France 2 vendu comme une sorte de Mad Men à la française et l’occasion de faire revenir à l’antenne ne serait-ce que le temps de 6 épisodes de 52 minutes, les célèbres speakerines qui ont marqué le début de la télévision. Pour rappel, les speakerines annonçaient les programmes de la soirée aux téléspectateurs. Maintenant, plus besoin d’employé, les bandes-annonces assurent le relais. L’actrice Marie Gillain porte le rôle titre de la série et elle a ses côtés de très bons acteurs dont Guillaume de Tonquédec pour époux à l’écran. J’ai vu les deux premiers épisodes diffusés sur France 2 et je vous donne mon avis.

Le pitch de Speakerine, la série en quelques mots : 1962, Christine, célèbre speakerine, image de la femme parfaite, est mystérieusement agressée dans les studios de RTF. D’icône du petit écran très protégée, elle devient une femme traquée, confrontée à une violence à laquelle elle n’était pas préparée…

 

Speakerine, la femme dans les années 60

Christine Beauval  : “Au fond, ce que tu ne veux pas c’est que j’existe”

Voici la phrase que Christine Beauval rétorque à son mari quand celui-ci lui reproche de trop travailler et de ne pas être la femme parfaite aux fourneaux. Eh oui, les années 60 et les droits de la femme, ça devenait un sujet mais dont il ne faut pas trop parler. La série aborde à peu près correctement le sujet même si il y a parfois un abus de phrases choques comme celle citée au-dessus histoire de bien ancré le message. Marie Gillain joue bien son rôle de femme en conflit avec son mari qui souhaite lui imposer sa vision de la femme. Un mari qui préfère valorisé son travail plutôt que celui de son épouse.

 

Mais une histoire de crime plus que speakerine ?

Malheureusement, il semblerait que le thème des speakerines ne soit un prétexte pour nous raconter une histoire policière. Une sorte de traque sur un individu qui souhaite la mort de la speakerine, la plus célèbre de France au motif que les femmes ne devraient pas être à la télé ? Plus, un meurtre celui de la jeune Marilou et amie de Colette, fille de Christine. Les enquêtes prennent un peu trop de le dessus au détriment de l’univers des speakerine qui méritait un peu plus d’exploration. Personnellement, ces affaires de crime ne m’ont pas tellement emballé et je préférais davantage la compétition entre speakerines comme la jeune Isabelle qui essaie de s’imposer.

Speakerine, la comparaison avec Mad Men

Annoncée comme un « Mad Men à la française » par la direction de la fiction de France 2, Speakerine peut revendiquer une inspiration mais la comparaison semble tout de même exagérée. Néanmoins, on note le soin qui est apporté au décor qui plonge complétement le téléspectateur dans les années 60. Même le générique peut-être proche de celui de Mad Men en un sens, a le mérité d’être soigné.  Je pense qu’il est toujours bon de s’inspirer des meilleurs mais sans trop surenchérir alors pour le “Mad Men à la française” peut-être vaudrait mieux revoir le titre car la série américaine est bien plus qu’un style de vêtement ou de déco mais on peut féliciter le travail qui a été fait sur la reconstitution d’une époque.

Anne-Sophie SOLDAINI, Baptiste CARRION-WEISS,Guillaume DE TONQUEDEC, Marie GILLAIN,

 

Redonner la parole aux speakerines des années 60 est une véritable bonne idée et tout est fait pour nous replonger dans cette ambiance des débuts de la télévision avec Marie Gillian qui porte sa série comme il faut. Cependant, Speakerine manque authenticité à cause de cette volonté d’avoir inclus du policier dans l’histoire. Parfois, on a l’impression de voir un policier dans les années 60 qui laisse entre-apercevoir des similitudes avec un autre programme phare de France 2 à savoir Les Petits Meurtres d’Agatha Christie, qui eux, se déroulent dans les années 50. Speakerine a bon programme mais trop policier sur les bords.

Ma note : 
Exit mobile version