Site icon Lubie en Série

The Affair saison 2 : répercussions d’un coup de foudre fatal !

Une saison 2 envoûtante ! Les points  de vue s’élargissent à ceux de Noah et Alison explorés en saison 1 s’ajoutent ceux d’Helen et Cole. Lors de ma rencontre avec Hagaï Levi, co-créateur de la série, il m’avait promis que l’on parlerait davantage d’Helen et Cole. Un choix judicieux qui rend l’histoire de The Affair encore plus passionnante et plus riche.

Helen et Cole : les tristes dommages collatéraux

Helen et Cole sont les dommages collatéraux du coup de foudre entre Alison et Noah. Certes, l’histoire du couple paraît idyllique mais quand est-il de ceux qui se retrouvent seuls et abandonnés. Quelles conséquences pour le conjoint délaissé ? Cole et Helen ont du mal à se reconstruire et c’est normal. Explorer leurs tentatives et échecs dans cette épreuve est tout simplement fascinant.

Triste et belle Helen

Après avoir retrouvé le point de vue familier de Noah, le premier épisode s’intéresse à Helen. Son point de vue est très intéressant et mon préféré personnellement. Helen mariée à Noah Solloway depuis tant d’années, mère de quatre enfants doit gérer sa nouvelle vie seule tout en assurant le bien-être de ses progénitures. C’est une femme triste que l’on découvre et une femme perdue et éprouvée dans une nouvelle situation dont elle ne sait pas quoi faire. Le moment le plus beau quand elle se rend au gala de charité de sa mère en femme seule, une première pour elle et surtout une épreuve. Même si Max la sauve par sa présence n’en est pas moins qu’Helen appréhende l’idée de sortir seule. Maura Tierney est tout simplement incroyable ! L’actrice se révèle dans ce rôle. Sa nomination aux Golden Globes 2016 est plus que justifiée.

Cole sans sourire

De son côté, Cole, être tourmenté dans la saison 1 suite à la disparition de Gabriel, son fils. L’homme semble s’enfoncer encore davantage dans la spirale du deuil. Il a dû mal à quitter son amour Alison. Comme un refus de voir la réalité en face, comme si il conçoit cet événement comme un mauvais rêve. Même Louisa, son nouvel amour a dû mal à le réveiller. Il va être très agressif avec elle mais à chaque instant odieux de sa part, il s’excuse et revient vers elle. Louisa fait évoluer Cole (Elle parvient à le faire sortir de Montauk). Mais, chaque bref instant avec Alison, on sent que l’homme a toujours une attirance électrique envers Alison. Laissant penser qu’un simplement « oui » de sa part et il lâche tout pour elle.

L’amour sans les étoiles

Noah et Alison se sont-ils un peu trop précipités ? Après, les paillettes de l’amour, le rideau tombe. On découvre un Noah en soif de reconnaissance et une Alison en posture de victime. Noah, séducteur et Noah, le romancier prêt à tout pour réussir et parvenir à ses fins même utiliser les autres pour y arriver. Son roman « Descent » est très proche de la réalité et décrivant Alison comme un être trop charnel qu’il n’hésite pas à tuer à la fin de son ouvrage. Noah aime Alison et la déteste en même temps, c’est tout la complexité de leur relation. Comme si le couple n’était pas viable sur le long terme. Quant à Alison, elle est toujours dans cette indécision permanente, elle ne sait pas ce qu’elle veut et nous, téléspectateurs, on ne sait pas ce qu’elle veut non plus. Tout ce que l’on sait, elle concrétise de nombreux désirs autour d’elle comme son voisin avec une scène cocasse en pleine rééducation du genou, Noah qui ne perd jamais un instant pour s’emparer de son corps et Cole toujours attiré par la jeune femme peu importe ce qu’elle fait. On comprend le sentiment de « femme objet » d’Alison mais elle ne fait rien pour y remédier préférant abandonner médecine après l’avoir revendiqué et choisissant d’être gérante de restaurant avec son ex-mari comme si elle aimait contrôler les hommes autour d’elle.

L’ambiance The Affair

L’art du point de vue

Cette saison 2 on observe unn construction très précise de chaque épisode. À chaque fois, deux points de vue confrontés souvent sur la même histoire mais abordée différemment. Une scène m’a marqué le moment où Helen est arrêtée avec ses deux jeunes enfants car elle était stone au volant. Helen se voit comme quasi normale mais quand Noah raconte l’histoire elle est hilare et complètement droguée. C’est l’art de la série de montrer une même histoire vue par des yeux différents comme quoi l’être humain déforme ce qu’il a vécu selon son ressenti et son intérêt. Cette même scène le prouve. Qui croire ? Découvrez la théorie d’Hagaï Levi sur la question.

Instant charnel

Dans chaque épisode, il y a le moment chaud : la scène de sexe. Au moins présente dans un des points de vue. Cette saison 2, The Affair a passé un cap : on a du full frontal (sexe vu de devant) même masculin et dès le premier épisode avec Max. Seul l’épisode de fin saison échappe à la scène de sexe sûrement par manque de temps et cela ne nuit pas à l’épisode. Présente ou pas, ce moment charnel montre surtout des jeux de pouvoir ou de faiblesses des personnages surtout pour Noah qui se sent surpuissant dans ces instants. La seul moment intime de trop était celui entre Alison et Cole (épisode 5) qui arrivent un peu comme un cheveux sur la soupe pour justifier la suite de l’histoire vis-à-vis de Joanie. Une justification grossière. La déception de les voir de nouveau coucher ensemble. Alison ne sait décidément pas ce qu’elle veut !

Une enquête policière

Enfin, pour compléter la construction narrative, l’autre affaire, celle la plus dérangeante pour nos protagonistes (et celle qui les réunit) la mort de Scotty. Qui a bien pu s’en prendre au frère de Cole ? Noah Solloway qui lui en veut depuis qu’il est sorti avec sa fille Whitney ? Helen pour les mêmes raisons que Noah ou bien Alison car il a fait le rapprochement sur Joanie ? Une enquête habilement menée entre flashbacks et flashfowards et captivante du début jusqu’à la fin. Au final, les 4 protagonistes sont impliqués dans le drame : Cole par le sang c’est son frère, Allison pour l’avoir poussé sur la route, Noah pour avoir laissé Helen, éméchée, conduire et avoir tu la présence d’Alison sur les lieux du drame et Helen pour être la conductrice. Directement ou indirectement, ce quatuor a oeuvré pour l’incident. Cette histoire de meurtre a surtout un impact très intéressant : Noah doit choisir entre Alison et Helen. Un choix cornélien qui pousse Noah à se dénoncer malgré l’aveu d’Alison sur la paternité de Joanie.

Alison : Noah, they’ll go after me.
Noah : No, they won’t.
Alison : Yes, they will.
Noah : Alison, if I don’t do something, they’re gonna convict me.
Alison : I know, just just tell the truth.
Noah : I can’t.
Alison : Why not?
Noah : Because she’s the mother of my children.
Alison : Then you’ll have to choose.

Alison : Noah, ils vont s’en prendre à moi
Noah : Non, ils ne le feront pas.
Alison : Si, ils le feront.
Noah : Alison, si je ne fais pas quelque chose, ils vont me condamner moi.
Alison : Je sais, dis tout simplement la vérité.
Noah : Je ne peux pas.
Alison : Pourquoi pas ?
Noah : Parce que c’est la mère de mes enfants.
Alison : Alors, tu devrais choisir.

En effet, cette phrase « parce que c’est la mère de mes enfants » retentit d’autant plus fort connaissant la réaction de Noah suite à l’annonce d’Alison :

Noah : Well, don’t take this the wrong way, but I never want to see you again

Noah : Eh bien, ne le prends pas mal, mais je ne veux plus jamais te revoir.

On comprend sa réaction aussi dure soit elle. Lui qui croyait au grand amour comme il le dit en début d’épisode 12 et final de la saison 2 :

Noah : I had this stupid idea that you and I could make a new start together and all the pain we caused everybody else, it was for a reason because we were meant to be together.You were my one true love.I knew it was naive and people thought I was crazy, but I just didn’t want to be one of those suckers who gets trapped in a miserable marriage and they’re too fucking terrified to leave or they’re drinking too much or leaving a leading a double life. I wanted to be brave and make a choice and be happy. And yes, it was hard, and yes, I hurt people, people I really love. I never thought it would be all pointless.

Noah : J’avais cette idée idiote que toi et moi nous pouvions faire un nouveau départ ensemble et que toute la souffrance que l’on a causé aux autres, c’était pour une raison parce que nous étions fait l’un pour l’autre. Tu étais mon véritable amour. Je savais que c’était naïf et que les gens pensaient que j’étais foi, mais je ne voulais pas être un de ses ratés enfermés dans un mariage misérable et qui sont si terrifié d’en sortir ou qu’ils se mettent à boire trop ou vivant une double vie. Je voulais être brave et faire un choix et être heureux. Et oui, c’était difficile, et oui, ça blesse des gens, des gens que j’aime profondément. Je n’ai jamais pensé que tout cela serait inutile.

Une magnifique tirade résumant en quelques sorte « The Affair » : cette relation extra-conjugale qui devient réelle avec ses conséquences… Noah est un personnage très dur dans The Affair limite agaçant à la longue, heureusement, il a des moments de gloire comme cette tirade précédente (épisode 12) et son moment chez la psychologue de couple dans l’épisode 10, où il se retrouve seul sans Alison et dévoile son fort intérieur. On peut compter sur Hagaï Levi et son expérience de la série In Treatment (En Analyse) pour un épisode magnifique sur fond d’une confession. Noah s’interroge guidé par une fine experte :

Noah : I want to know if it’s possible, really possible to be both.
Psy : Both?
Noah : A good man and a great man.

Noah : Je veux savoir si c’est possible d’être, vraiment possible d’être les deux.
Psy : Les deux ?
Noah : un homme bon et un grand homme.

Cette saison 2 de The Affair est mieux que la saison 1 même si cette dernière était de qualité. Les auteurs ont su se surpasser pour proposer une suite captivante. Helen et Cole sont les points forts et ajoutent de la nuance aux points de vue de nos héros Noah et Alison. Toutes les questions n’ont pas trouvé réponse et le cliffhanger final rend impatient de découvrir la saison 3. En attendant, je sais pas vous mais je meurs d’envie de lire le livre de Noah Solloway et y découvrir les secrets de l’auteur… Descent, à quand la publication ?

Quitter la version mobile