Lubie en Série

THE CROWN saison 3 : La Couronne se porte toujours bien !

Au revoir les jeunes Claire Foy, Matt Smith et Vanessa Kirby. Bienvenue aux plus matures Olivia Colman (Broadchurch), Tobias Menzies (Outlander) et Helena Bonham Carter. Les aventures de la reine d’Angleterre, Elizabeth II, avance dans le temps et de nouveaux comédiens tous aussi talentueux reprennent la couronne. Même si le choix d’Helena Bonham Carter est un peu loin de la réalité, dans l’ensemble on reste sur une vraisemblance tout comme les acteurs précédents. Néanmoins, le blond jaune paille ne va définitivement pas à notre ami Tobias Menzies mais c’est un détail car dans cette saison 3, la couronne est entre de bonnes mains. Grâce à Netflix, j’ai pu dévorer la saison 3 de The Crown tout aussi splendide que les deux saisons précédentes.

 

Passion royale

Ah je ne vous ai pas dit mais je suis devenue complètement accro à The Crown un peu tardivement je le concède car la saison 2 était déjà disponible quand je me suis décidée à continuer l’histoire suite à un pilote convaincant. Il faut dire que vous étiez nombreux à me faire l’éloge de la série et à juste titre. The Crown met en lumière Elizabeth II, celle que la plupart d’entre nous connaissent sous la forme d’une petite dame aux cheveux blancs, le dos légèrement courbé qui porte des tailleurs colorés toujours accompagnés d’un chapeau extravagant. Mais cette petite dame est à la tête d’une des monarchies européennes qui fait le plus rêvée dans le monde entier. The Crown embarque les téléspectateurs dans les coulisses de la monarchie anglaise, certes, en imaginant les dialogues entre les protagonistes mais s’appuyant sur des vérités historiques. Dans The Crown, on joue avec une vérité historique proche de nous, vérifiable (puisque la Reine est en vie) et les indiscrétions de Buckingham Palace. Personnellement, je découvre une grande partie de la vie de la Reine d’Angleterre actuelle que j’ignorais à travers The Crown et ma sympathie à son égard ne cesse de s’accroître d’épisodes en épisodes, sûrement le ressort de quelques bons scénaristes mais aussi d’une matière vivante passionnante. La vie d’Elizabeth II devient alors romanesque !

 

THE CROWN saison 3

Changer tout un casting est toujours un pari risqué mais nécessaire pour coller à la réalité historique et suivre le cours du temps. Vieillir les comédiens des saisons 1 et 2 n’était pas envisageables et la série aurait certainement perdu en crédibilité. Si Claire Foy et Vanessa Kirby ont été des révélations grâce à The Crown alors que Matt Smith a confirmé son statut d’acteur au grand talent. Dans la saison 3, ce sont des acteurs confirmés qui prennent le relais surtout Olivia Colman et Helena Bonham Carter connues et reconnues pour leur talent d’actrice. Quant à Tobias Menzies avec The Crown, il confirme son statut d’acteur incontournable du petit écran après s’être révélé au grand public dans Outlander. A titre personnel, quand j’ai appris qu’Olivia Colman reprenait le rôle de Claire Foy, j’ai trouvé ce choix évident et on ne pouvait pas rêver mieux. La ressemblance est assez frappante avec la reine mère telle qu’on se l’imagine sans les cheveux blancs et le poids de la vieillesse. J’émets plus de réserve pour Helena Bonham Carter qui en fait un peu trop comme elle a l’habitude de faire dans les films de Tim Burton. Certes, Magaret est une femme de caractère mais le trait est peut-être un peu trop exagéré.

Concernant le contenu de la saison 3, les révélations sur la reine et son entourage sont toujours aussi passionnantes. Chaque épisode aborde une affaire importante dans la vie d’Elizabeth II soit du point de vue de celle-ci ou bien d’autres membres de la Couronne. Le jeune Charles devenu adulte prend plus de place et on rencontre sa Camilla. Alors que Philip et Margaret ont un ou deux épisodes dédiés mais ils s’effacent un peu plus que dans les saisons précédentes. Cependant, cela ne nuit pas au scénario qui reste de qualité.

© Sophie Mutevelian / Netflix

Petite polémique sur cette saison 3 qui suggère une relation plus qu’amicale entre Lord Porchester appelé “Porchie” et la Reine. C’était son conseiller dans les courses hippiques, un hobby que la Reine apprécie beaucoup. La série insinue que si elle n’avait pas été Reine d’Angleterre, Elizabeth II aurait travailler auprès des chevaux. L’ancien attaché de la Reine, Dickie Arbiter, a démenti tout rapprochement entre Porchie et Elizabeth II fustigeant The Crown pour avoir oser y faire allusion. Dickie Arbiter dit : La reine est la dernière personne au monde à avoir jamais envisagé de regarder un autre homme”. A vous de vous faire votre propre idée en regardant la saison 3 de The Crown. Simple Rumeur ou bien plus ?

Ce qui est certain, c’est que la série insiste toujours avec brio sur l’importance du service royal et la difficulté de la tâche, peut-être pas le choix de carrière envisagé par Elizabeth II au départ, mais qu’elle essaie d’assumer au mieux. C’est une femme forte, un personnage fort qui tente tant bien que mal de mener à bien sa mission royale et c’est la force de la série de montrer la difficulté de la tâche sans non plus faire dans le misérabilisme car être reine, ce n’est pas le pire métier du monde. Illustration du sujet dans l’épisode 6 quand Elizabeth rappelle son devoir à son fils Charles :

 

Elizabeth II : Not having a voice is something all of us have to live with. We have all made sacrificies and suppressed who we are. Some portion of our natural selves is always lost.

Charles : That is a choice.

Elizabeth II : It’s not a choice. it’s a duty. I was a similar age to you when you great-grandmother, Queen Mary, told me to do nothing, to say nothing, is the hardest job of all It requires every ounce of energy that we have. To be impartial is not natural, it’s not human.

Elizabeth II : Ne pas avoir de voix est quelque chose que chacun d’entre nous doit vivre avec. On fait tous des sacrifices et réprimer qui nous sommes. Des parties de nous, naturelles, s’y perdent.
Charles : c’est un choix
Elizabeth II : Ce n’est pas un choix. C’est un devoir. J’avais le même âge que toi quand ton arrière grand-mère, Queen Mary, m’a dit que ne rien faire, ne rien dire, était le métier le plus difficile. Cela demande toutes les onces d’énergie que nous avons. Être impartial n’est pas naturel, ce n’est pas humain.

Exit mobile version