Site icon Lubie en Série

The Missing saison 2 ou le mystère de l’enfant retrouvé !

Quand le retour de l’enfant perdu pose davantage de questions…

L’épisode 1 de la saison 2 de The Missing m’avait intriguée lors de la projection au MIPCOM. J’avais une furieusement envie de voir la suite. Pourquoi ? Le retour d’Alice Webster m’a captivé assez rapidement parce que dès le départ, je sentais que l’histoire était bien plus complexe que ce qu’il n’y parait. Puis, je dois dire l’actrice Abigail Hardingham a ce regard hypnotisant. Dans la dernière scène, tout est dans son regard et c’est lui qui pousse à voir la suite.

Nouvelle saison, nouvelle disparition

Le téléspectateur est baladé entre deux temporalités différentes : 2014, l’année où Alice Webster est revenue dans sa famille et le présent. Alice Webster n’est pas la seule fille disparue, il y a Sophie Giroux, une française qui a disparu en même temps en 2003. Les deux filles auraient été capturées par la même personne.

Or, la fille qui revient chez ses parents semble différente. Sa mère, Gemma, a très vite des doutes. Pourtant, les analyses ADN confirment bien qu’il s’agit d’Alice Webster. Dès l’épisode 1, le téléspectateur comprend qu’en effet, la fille qui est chez les Webster n’est pas celle qu’elle prétend être. Puis, en parallèle, on nous parle de Sophie Giroux, elle aussi disparue et très rapidement le lien se fait dans ma tête : Alice est Sophie. Mais pourquoi mentir dans ce cas-ci ? Et pourquoi ne pas revenir auprès des siens après 11 ans de captivité ?

Dans ces deux questions légitimes résident tout l’intérêt de cette histoire. Il y a bel et bien une raison, elle est assez ingénieuse à vrai dire. C’est davantage la manière pour y arriver qui est un peu laborieuse. Autant la saison 1 chaque épisode était fascinant, là c’est moins prenant. Selon moi, l’identité du ravisseur est mal amenée car au final, c’est un homme que l’on voit brièvement dans l’épisode 1 et qui revient uniquement dans l’épisode 4 et qui se révèle à l’épisode 5 avec une dernière scène frappante sans mauvais jeu de mot…

Julien Baptiste, le lien de l’histoire

Dans cette saison 2, l’histoire est totalement différente de la saison 1. On reste dans cette thématique de l’enfant disparu mais l’histoire racontée est différente. Le lien entre les deux saisons est assuré par Julien Baptiste, interprété par l’acteur Tchéky Karyo. Toujours sympathique dans ce rôle, son personnage fait face à la maladie et se relance dans une expédition à la recherche de la vérité. L’affaire Sophie Giroux, une autre affaire qui le hante tout comme celle d’Oliver Hughes en saison 1 de The Missing.

Julien Baptiste, toujours têtu, fidèle à lui-même préfère chercher à tout prix la vérité au péril de sa vie. En effet, il refuse de subir les traitements nécessaires pour son cancer, tant qu’il n’aura pas élucider le mystère Sophie Giroux / Alice Webster. Même si parfois, il part dans le délire le plus complet, Julien Baptiste prouve encore une fois qu’il est tenace. Un trait de caractère du personnage définitivement acquis. Bref sont les instants avec sa famille et le personnage se dévoile que partiellement. Il est surtout l’homme qui cherche la vérité et qui veut la vérité.

Contrairement à la précédente affaire Oliver, Julien Baptiste est convaincu que la résolution de cet énigme sera heureuse. Elle l’est en quelque sorte peut-être plus pour Alice que pour Sophie souffrant d’un syndrome de Stockholm, attachée à son ravisseur.

Mais, Julien Baptiste va-t-il survivre et assurer une saison 3 ? Aucune info n’a filtrer quand au sort de Julien Baptiste ou sur le sort de The Missing pour une saison 3 que ce soit avec Tchéky Karyo ou sans lui.

Retrouvailles

Attention ! Si vous ne voulez pas connaître la résolution de l’histoire ne lisez pas le paragraphe qui suit…

Julien Baptiste a bien fait d’y croire et de retourner sur le terrain pour mener l’enquête ! Quand Alice Webster la revenante a évoqué le nom de Sophie Giroux, ce fut sa première erreur et en même temps ce qui a permis à Julien Baptiste de se retrouver sur l’enquête. Le spécialiste du kidnapping ne se fait pas berné aussi facilement. Il y avait anguille sous roche et il a creusé pour mieux trouver. Aider par Gemma, la mère d’Alice qui a bien senti que cette fille n’était pas la sienne. Peut-on remettre en doute l’amour d’une mère pour son enfant ? Julien Baptiste a exploité le filon à juste titre pour appuyer ses propres convictions.

Alice Webster est en vie mais ce n’est pas celle que l’on nous a présenté en premier lieu. C’est Sophie Giroux ! Elles ont échangé leur place tout simplement. Une idée sacrément farfelue et une idée de leur ravisseur Adam Gettrick !  Afin de sauver Sophie entrain de souffrir d’une appendicite mortelle ne pouvant l’amener lui-même à l’hôpital de peur de se faire arrêter, il imagine ce plan machiavélique. Oui, machiavélique car il fallait y penser et enlever des jeunes filles, ce n’est pas sain dès le départ. Là où je trouve cela un peu gros mais admettons, c’est qu’Adam aurait trouvé un subterfuge pour trafiquer les analyses ADN à deux reprises (profitant de son rang dans l’armée). Un génie, cet homme !

Un autre point où je suis moins la série c’est toute l’affaire en Iraq. Déjà cette histoire parallèle nuit à l’histoire principale de l’enlèvement et le raccord entre les deux est hasardeux. L’objectif premier est d’inclure les militaires Henry Reed et Adrian Stone dans le plan tordu d’Adam, qui soit dit en passant s’est retrouvé à se faire tabasser en Iraq par le père de la jeune fille de 13 ans dont il aurait abusé. Donc enlever des jeunes filles n’était que la continuité de son parcours. Les passages en Iraq sont les plus ennuyeux et comme le rapport est trop lointain avec l’affaire qui nous touche directement, le téléspectateur a un peu l’impression de perdre son temps dans le désert.

Comme vous l’avez compris, cet enlèvement est une sombre machinerie imaginée par un homme malade. Peut-être que les créateurs Harry et Jack Williams avaient envie de nous proposer une histoire de kidnapping pour cette saison 2 avec une fin heureuse contrairement à la saison 1 au dénouement plutôt sombre. Même si Tchéky Karyo assure la transition entre les deux saisons avec brio accompagné encore une fois d’un casting remarquable, l’ambiance n’est plus la même et l’engouement moins vif. La série a perdu un peu en qualité. L’intrigue était beaucoup moins fluide qu’en saison 1 et plusieurs fois, le fil conducteur se perd. Pour info, lors de ma rencontre avec les scénaristes les frères Williams, j’avais bien compris que la saison 2 n’était pas envisagée dès le départ. Elle a été pensée au fur et à mesure de la saison 1 mais peut-être a-t-elle manqué de soin pensant qu’il n’y aurait qu’une seule saison pour The Missing ?

Degré de Lubie

The Missing saison 2
63%
Quitter la version mobile