Lubie en Série

The Morning Show : juste une belle vitrine ?

The Morning Show, c’est un peu la première série originale d’Apple TV + mise en avant par la plateforme à coup de campagnes marketing féroces. Puis, Apple TV + fait pas les choses à moitié car non seulement il y a un casting de stars avec Steve Carell et Resse Whisterspoon mais la plateforme à la pomme se paie le luxe de faire revenir Jennifer Aniston au format de la série parce que non on ne peut pas parler d’un retour à la télévision même si le mot “TV” est encerclé par la marque Apple et le symbole “+”. Sachant que l’actrice est payé 2 millions de dollars par épisode, on imagine qu’elle ne s’est pas trop fait prier pour faire quelques infidélités au cinéma et pour revenir au format de ses débuts, celui qui lui a valu une renommée internationale. Merci Friends !

Curieuse que je suis, je suis me suis prise la semaine gratuite d’abonnement à Apple TV +. Concrètement, j’ai 7 jours pour voir les séries que j’ai envie de voir sur cette plateforme : The Morning Show, See (la série de Steven Knight, monsieur Peaky Blinders), Dickinson et For All Mankind. Seulement trois épisodes sont disponibles et la suite viendra de semaine en semaine. Pour info, si vous achetez un Iphone récent et dans le mois du lancement d’Apple TV + alors vous avez un abonnement d’un an gratuit à la plateforme. Mais, attention si vous n’êtes pas à l’aise en anglais, sachez qu’il n’y a aucun sous-titres ou de version doublée en français.

 

The Morning Show : vitrine Apple TV + ?

Maintenant que j’ai entamé mon marathon Apple TV +, je vais vous parler de la série The Morning Show. Alors, je ne savais pas à quoi m’attendre mais sûrement plus que ce que j’ai vu. Non, The Morning Show, ce n’est pas mauvais mais ce n’est pas révolutionnaire. Tout d’abord, c’est très prévisible à partir du moment où on sait que Mitch Kessler (Steve Carell) est hors course et que l’on nous présente Bradley Jackson, on sait dès le début que sa place se trouvera aux côtés de Alex Levy (Jennifer Aniston). Eh oh ! On embrasse le #meetoo mouvement en même temps deux femmes à la tête d’un Morning Show. Je ne vous révèle rien car vous le devinez dès que vous rencontrez le personnage de Reese Whiterspoon à savoir Bradley Jackson soit dans les 10 ou 15 minutes du début de la série. Une série qui suit les coulisses d’une émission, c’est pas innovant The Newsroom, Unreal ou Studio 60 on The Sunset Strip (avec aussi un ancien Friends, Matthew Perry). Montrer les scandales internes, ce n’est pas non plus nouveau. The Morning Show a juste pris une thématique actuelle en s’appuyant sur la réalité pour proposer un scandale autour d’un animateur de matinal remercié pour harcèlement sexuel. Il y en a des exemples dans la vie réelle et surtout aux Etats-Unis, les créateurs de la série n’ont pas dû chercher bien loin.

A première vue, on se demande bien ce que The Morning Show a de si exceptionnel avec ses épisodes un peu longuet qui auraient mérité 15 minutes de moins. Un épisode dure tout de même 55 minutes générique compris. Si la série a un atout c’est Jennifer Aniston ! Avec des faux airs de Rachel Green, l’actrice parvient à nous embarquer dans son personnage d’Alex Levy. Une femme qui est absorbée par sa carrière et qui voit son monde s’effondrer le jour où son mari de télé est écarté du Morning Show. A la fois, folle allié avec ces excès de colère délicieux et touchante dans son incertitude et manque de confiance en soi, Jennifer Aniston tient à elle seule The Morning Show. Non pas que Reese Whiterspoon ne s’en sort pas mais son personnage est bien plus caricatural et prévisible. Steve Carell est lui plus accessoire alors que Mark Duplass est remarquable dans le rôle du producteur débordé Chip Black. C’est terrible à dire mais The Morning Show se regarde plus pour le jeu de ses acteurs et tout particulièrement Jennifer Aniston que pour la qualité de son scénario. Certes, c’est une belle vitrine pour un début pour Apple TV + si on ne cherche pas à rendre accro les téléspectateurs mais juste à éveiller la curiosité.

Exit mobile version