Site icon Lubie en Série

[INTERVIEW] Thibault de Montalembert, père inconsolable dans L’ABSENTE !

Thibault de montalembert l'absente

Dans la série L’ABSENTE de France 2, Thibault de Montalembert interprète Laurent Masson, un père de famille détruit et inconsolable depuis le jour où sa petite Marina, dix ans a disparu à jamais. Alors quand la petite fille kidnappée est retrouvée à quelques kilomètres de chez ses parents onze ans plus tard… Est-ce vraiment elle ? Cette série de 8 épisodes est une histoire originale de Delinda Jacobs (l’auteur de la mini-série La forêt) qui a écrit tous les épisodes. Il y a également un seul réalisateur en la personne de Karim Ouaret. Aux côté de Thibault de Montalembert deux actrices de choix Clotilde Courau qu’on ne présente plus et Salomé Dewaels, dont c’est les premiers pas à la télévision dans le rôle clef de l’absente

 

Interview Thibault de Montalembert

Membre du jury de Séries Mania, Thibault de Montalembert s’est exprimé au micro de Lubie en Série sur son rôle de Laurent Masson dans la série L’Absente. Une série qui fait écho à l’affaire Estelle Mouzin et où l’acteur y est bouleversant dans ce rôle de père anéanti par la disparition de sa fille. Thibault de Montalembert explique tous les atouts de cette série et ce qu’il a séduit dans ce personnage.

Thibault de Montalembert : « Le scénario était très bien écrit par Delinda Jacobs. Ça était écrit par une seule scénariste, il n’y a pas eu de team. Il y avait une unité de ton. C’était très tendu dans ce monde du nord de la France, des marins. Les marins du nord, ce n’est pas les marins bretons. Ce qui m’intéressait c’est de rentrer dans ce monde des pêcheurs. Même s’il a arrêté de faire campagne. Moi, je suis père. Qu’est-ce que c’est la disparition d’un enfant ? Comment ça vous impacte vous-même votre vie ? Une disparition qui n’est pas une mort qui est une disparition. C’est atroce.

En général, quand je travaille un personnage je vais chercher du matériel un peu partout que ce soit dans les films, la musique, la peinture… Tout ce qui peut nourrir d’une certaine manière. Je suis tombé sur le journal du père d’Estelle Mouzin qui est un livre pas très important mais d’une densité et d’une force folle et dont le personnage aurait pu écrire chaque mot. C’est un livre qui m’a accompagné tout le temps et qui me nourrissait en permanence.

Puis, il y a eu cette rencontre avec Karim Ouaret, le réalisateur. On s’est entendu comme deux frangins. On a travaillé dans le même sens. C’est quelqu’un qui est jeune qui a pas 40 ans, qui vient du clip et donc quelque chose de formellement esthétique. Karim, il avait ce côté complétement cinématographique qui est que quand on joue quelque chose, on n’a pas besoin de le redire. Avec Karim, on s’est beaucoup appuyé sur l’image. L’image parle et c’est du cinéma ça. C’est une écriture par l’image ».

 

Juliane Lepoureau (Marina) & Thibault de Montalembert (Laurent), © Escazal Films

 

Avis sur L’ABSENTE

Tout d’abord, Thibault de Montalembert y signe un de ses plus beaux rôles. L’acteur est criant de vérité dans le rôle de ce père désemparé. On ressent la détresse de cet homme qui la porte sur son visage. Mais, L’Absente c’est aussi une belle série qui parvient à s’extirper du polar pur pour nous raconter une histoire de famille poignante. Puis, il y a toute cette intrigue autour de la Marina retrouvée qui intrigue suffisamment pour avoir envie de regarder les autres épisodes. Alors, même si j’ai un peu vite deviner le coupable, le scénario reste bon et il est porté par des acteurs qui sont remarquables. Par ailleurs, Karim Ouaret propose une image sombre, bleue et complétement adaptée à la tristesse de la famille Masson qui vit une tragédie qui a noirci plusieurs années de leur vie. Cette terrible absence de l’enfant perdu…

 

Ma note :

L’AbsenteFrance 2

Quitter la version mobile