Lubie en Série

THIS IS US saison 5 : Surdose d’émotions !

Des émotions qui partent dans tous les sens pour les trois premiers de la saison 5 de This Is Us ! Une série qui aime bien voir dans le futur mais qui n’avait pas imaginer (ou n’aurait pu imaginer) une pandémie comme celle du COVID-19 ou bien une crise identitaire sans précédente aux Etats-Unis comme le mouvement Black Lives Matter. Eh oui ! Dan Fogelman, créateur de la série, avait beau prévoir ses 6 saisons comme prévu avec les grandes lignes vers lesquelles il tend pour la fin, il a dû tout de même faire quelques ajouts imprévus en saison 5 et ça se ressent. C’est pourquoi les deux premiers épisodes de la saison 5 intitulé “Forty” (“Quarante ans”) partie 1 et 2 sont un peu trop chargés en informations et émotions ce qui en font des épisodes très loin des meilleurs de la série et encore moins les meilleurs pour un début de saison. Heureusement, l’épisode 3 rattrape le coup et malgré son titre “Changes” (“changement”), il reprend l’ADN de This Is Us et sauve l’honneur. Une petite frayeur en début de saison mais pardonnée parce que c’est les Pearson et on les adore 😊

This is Us est diffusé à l’Heure US sur Canal + et la suite de cet article contient des spoilers !

 

THIS IS US : Un début surdosé et trop sensationnel

This is Us est le genre de série qui a le mérite de refléter au mieux le monde dans lequel on vit et notamment celui de la société américaine. Parler des sujets du Coronavirus et de Black Lives Matter était une évidence pour la série. Mais, pour le coronavirus, le sujet est un peu trop appuyé et pour Black Lives Matter, on dirait que Randall découvre un peu soudainement le sujet. Même s’il y a quelques scènes où il était victime de racisme par le passé. Même si la manière dont a été traité la thématique a été fait correctement avec cet échange poignant entre Randall et Kate. Beth a un réaction peut-être plus authentique, plus touchante. Mais, en plus de deux sujets très lourds, on nous rajoute la démence, la dépression, l’angoisse de la femme enceinte et plein de thèmes bien déprimants. Comme si on voulait nous replonger à fond dans le sujet de la série et nous faire impérativement sortir une petite larme.

Mais, on le sait les plus belles larmes de This is Us, elles ne viennent pas du sensationnel mais de la subtilité des émotions. Alors quand on voit, la fin de l’épisode 2, on se dit mais ils se sentent pas bien les auteurs de This is Us. Ils ont perdu le sens de la série ? Ils ont osé le sensationnel à la Grey’s Anatomy (pour moi, Grey’s Anatomy a toujours un épisode sensationnel voire deux/trois par saisons et ils ont tout vécu bombe, crash d’avion, tremblements de terre, explosion, la tempête etc…). Mais This is Us fait de l’émotion pas du sensationnel ! Est-ce que c’était nécessaire de faire ressusciter la mère biologique de Randall ? En plus, dans un acte improbable, soi-disant morte, la mourante reprend ses esprits. Je sais que vous êtes nombreux comme moi à vous êtes dit quand on a le gros plan sur Laurel : “non, ils ne vont pas osé, ils nevont pas faire ça”! Malheureusement, si… Il faut juste espérer qu’une intrigue correcte ressorte de ce cliffhanger invraisemblable.

 

La saison des changements émotionnels !

L’épisode 3 m’a tellement rassuré. J’ai retrouvé ma série, son essence. Même si les petits Pearson version moyenne sont devenus de vrais ados notamment les deux garçons qui ont changé de voix. Fini les voix d’ange, fini l’enfance. Cet épisode 3 est non seulement intéressant mais il met une sacrée claque. Alors que Kate et Toby font une belle démarche en rencontrant la mère porteuse de leur futur enfant et  queKevin et Madison commencent à se confier sur leurs vices, elle sa boulimie et lui son alcoolisme, Randall raconte le pire de ses souvenirs. Un souvenir qui fait écho à celui de sa fille, Tess, qui a décidé de faire une vidéo postée sur Internet pour dénoncer le comportement irrespectueux d’un de ses professeurs qui lui touchent les cheveux en permanence sans son accord. Quel prof, fais ça ! C’est révoltant. Mais ce qu’a vécu Randall plus jeune est encore plus révoltant. Personnellement, je ne l’ai pas venu venir. La camarade de classe de Kate, Tanya, venu pour un exposé d’école chez les Pearson, ne cesse de tourner autour de Randall. On se dit, c’est mignon, elle a un coup de cœur pour Randall. Mais, non alors qu’elle tente de le retenir pour une dernière tentative de bisou, elle lui dit : Je me suis toujours demandée ce que ça faisait d’embrasser quelqu’un comme toi”. C’est immonde de dire ça ! Cette phrase est profondément choquante. Comment on peut dire ça. Je suis restée abasourdie pendant quelques minutes au point d’arrêter le visionnage avant de me remettre de mes esprits. C’était imprévisible, navrant mais nécessaire d’être montré. Merci This is Us.

Quant au reste de l’épisode, on soupçonne que la femme sur la photo, où il faut bien s’approcher de l’écran pour la voir, ça serait la mère de Randall. Puis, petite remarque, est-ce que Madison a changé de personnalité avec sa grossesse, elle n’est plus aussi bavarde qu’avant ou c’est une impression ? Est-ce que c’était l’intrigue idéale pour Kevin, cette grossesse et ce couple de parents improvisés ? J’ai un doute quoiqu’il en soit, ce personnage reste avec une intrigue toujours en deçà de son frère et sa soeur qui ont plus de choses à raconter.

 

Et est-ce que vous aimeriez revoir le personnage de Jessie dans This Is Us ? Denis O’Hare, il adore ce personnage :

 

This is Us saison 5 sur Canal +

Exit mobile version