Lubie en Série

Interview de l’équipe de la série Van Der Valk !

Faites connaissance avec le commissaire Van Der Valk ! France 3 diffuse la série Les Enquêtes du commissaire Van der Valk qui est un reboot d’une série britannique des années 80. En effet, la série Van Der Valk a été diffusée de 1972 à 1992 sur la chaîne britannique ITV. La série compte seulement 32 épisodes répartis en 5 saisons où on suit les enquêtes du commissaire Van Der Valk avec sa brigade criminelle à Amsterdam. En 2020, Piet Van Der Valk est de retour pour de nouvelles enquêtes et ce n’est plus Barry Foster qui l’interprète mais le célèbre acteur anglais Marc Warren. Lors du MIPCOM, j’ai pu rencontrer la nouvelle équipe de choc de Van der Valk autour d’une table ronde : Marc Warren (Piet Van Der Valk), Maimie McCoy (Lucienne Hassell), Elliot Barnes-Worell (Job Cloovers), Luke Allen-Gale (Brad de Vries), Chris Murray (scénariste) et la productrice exécutrice Michele Buck. Cet entretien est l’occasion de découvrir le phénomène Van Der Valk auquel la France a échappé dans les années 80 et la chance de découvrir sur France 3 dans une nouvelle version de la série mise au goût du jour.

 

Le reboot de Van Der Valk 

Pourquoi revisiter la série Van Der Valk ?

Chris Murray : “C’est une bonne opportunité de revisiter un détective emblématique. On aime la saveur internationale de cette série mais aussi sa perspective européenne du point de vue anglais. C’est bien d’avoir une série européenne à notre époque”.

Michele Buck : “Il y a 7 ans j’avais essayé d’obtenir les droits de Van Der Valk parce que pour moi, c’était une série qui fallait impérativement revisiter à cause de son succès, parce que c’était il y a longtemps et parce qu’il y a Amsterdam. Mais, les droits n’étaient pas disponibles. Donc, je me suis dit bonne idée, c’est quelqu’un d’autre qui le fera. Puis, Chris m’a dit allez faisons cette série et je lui ai dit que j’avais essayé d’obtenir les droits. On a de nouveau vérifié et les droits étaient disponibles donc on les a pris tout de suite”.

 

Qui est le commissaire Van Der Valk !

En France, on connait peu le détective Van Der Valk qui est-il ?

Marc Warren : “Je connaissais la série parce que je l’ai vu quand j’étais enfant. Je connaissais Barry Foster parce qu’il était aussi très connu pour le générique de la série. J’ai eu un appel de Michele (Buck). Michele qui a été toujours très sympathique avec moi et un véritable soutien dans ma carrière à de nombreuses occasions. Michele et Keith Thompson, un autre producteur m’ont demandé si j’étais intéressé. Je n’ai pas rencontré Chris (Murray). Le second appel était une proposition et on s’est rencontré. J’étais très flatté. En tant que personnage, c’est un solitaire. Il est passionné par son travail. Il vit sur un bateau. Il adore les chiens. Je ne pense pas vraiment à lui comme un personnage parce que pour moi, c’est juste moi qui énonce les répliques. C’est la vérité. Je dis ces répliques d’une certaine manière et un personnage sort de ça. Si quelqu’un vous recrute pour un rôle, c’est qu’il y a priori quelque chose que vous portez en vous comme une saveur”.

Michele Buck : “Il n’y avait pas d’autre Van Der Valk. Nous voulions tous Marc. Marc était la seule personne pour ce script. C’est pourquoi nous lui avons fait une proposition directement. Dans nos têtes, il a toujours été Van Der Valk. Donc peu importe ce que Marc pense qu’il amène ou pas au rôle, la manière dont Chris a écrit Van Der Valk, Marc était parfait pour nous parce que dans sa manière de jouer le personnage, son humour, son caractère privé, Van Der Valk est quelqu’un de reversé sur sa vie privée. Je trouve que Marc l’interprète merveilleusement bien”.

 

Luke Allen-Gabe, Elliot Barnes-Worrell, Maimie McCoy et Marc Warren © All3Media

 

Présentation du gang de Van Der Valk !

Qu’est-ce que vos personnages apportent dans cette équipe ?

Maimie McCoy : “Je joue Lucienne, je suis l’inspecteur de Marc. Elle a un côté street, il y a une dureté chez elle. Elle apporte une approche ferme mais juste des choses. Elle ne juge pas. Elle est super avec les gars de la bande et les femmes aussi. Il y a un bon équilibre car comme vous pouvez le voir il y a trois hommes et une femme. Il y a du boulot à faire pour les tenir 🙂 On a tous des relations différentes. Marc et moi, on se connaît déjà.”

Marc Warren : “Il y a une véritable amitié entre nous donc c’était facile pour nous”

Maimie McCoy : “Quand j’ai lu la première fois le script, je savais ce que Marc allait faire, ce qu’il allait amener et comment je pouvais m’intégrer. ça c’était facile. Puis, ça était agréable de découvrir Elliot et Luke et comment nous pouvions développer les deux relations au fil des épisodes. Avec Elliot, je veux pas dire qu’il y a quelque chose de maternel mais un côté professeur. Avec Luke, c’est plus une relation de petit frère à qui on a envie de parfois donner une tape. Mais, il y a beaucoup d’amour entre eux. Il y a beaucoup de choses à jouer”.

Marc Warren : “Lucienne a beaucoup de compassion et moi je suis très froid et en particulier lors des affaires que nous traitons donc c’est un bon équilibre entre le bon et le méchant flic”.

Elliot Barnes-Worrell : “Ce qui est excitant à jouer Job, c’est que c’est le personnage avec lequel vous entrez dans la série. En fait, les autres existaient déjà et ils font ça depuis plusieurs années et Job est ce jeune détective ambitieux, enthousiaste avec qui, le public vous entrez dans la série. Une partie de son parcours, c’est comme il s’intègre et trouver le moment où il peut s’exprimer. C’est un personnage excitant à jouer. Il y a beaucoup d’amour en lui et un peu de mélancolie qui je pense, l’attiré dans le job qu’il fait”.

Luke Allen-Gale : “Brad est décontracté, facile à vivre, il attend son salaire, il traîne le soir et il va au pub où il vit sa meilleure vie là-bas. En étant détective, il a trouvé quelque chose où il est bon. Vous penserez peut-être qu’il est plus les muscles de la bande. Il se lance dans des choses et il est peut-être un peu audacieux, brave et probablement stupide dans certains cas”.

 

Pourquoi Van Der Valk est un commissaire différent ?

Qu’est-ce qui fait que cette série Van Der Valk est différente des autres séries de détective ?

Marc Warren : “Avec un peu chance, vous allez aimer le personnage mais ce que vous allez vraiment aimer c’est l’équipe. Nous avons une très bonne distribution d’acteurs. Il y a des personnages pour tout le monde. Il y a des personnages que vous allez aimer. S’il y a un personnage que vous aimez alors il y en aura un autre que vous allez plus apprécié.Puis, Amsterdam, c’est une ville très cinématographique et elle a été filmée par d’excellents professionnels avec un très bon script. C’est ce qui fait la qualité de cette production. Qu’est-ce qu’on ne peut pas aimer ?”

 

Luke Allen-Gabe, Elliot Barnes-Worrell, Maimie McCoy et Marc Warren

 

Marc Warren dans la peau de Van Der Valk

Marc, en tant que rôle principal de la série, ressentez-vous une responsabilité de porter la série, de définir le ton de celle-ci ?

Marc Warren : “J’ai 52 ans et j’ai joué des rôles principaux dans ma trentaine et au début de ma quarantaine. Cela fait 10-12 ans que je n’ai pas joué un rôle principal. J’étais content de jouer des seconds ou troisième rôles mais quand la vie vous présente ça, soit vous y allez ou vous n’y allez pas. Je savais que je devais y aller. J’ai senti cette responsabilité. Je joue depuis 33 ans donc je sais ce que je fais. C’était intéressant de voir Luke et Elliot car il me rappelait moi il y a 20 ans. Ce qui vous importe le plus c’est de ne pas laisser tomber les gens qui vous ont fait confiance. Je ne trouve pas que les acteurs sont des bons juges d’eux-mêmes. Je serai la dernière personne à évaluer mon aptitude et mon jugement. Au final, vous devez vous fiez à ce que vous savez faire. Vous apprenez vos répliques, vous les énoncez et vous faites de votre mieux. Puis, c’est une équipe, je ne peux pas faire cette série tout seul. C’est une collaboration complète et tout le monde doit y mettre du sien. Je dis toujours que c’est comme faire un gâteau. Vous mettez les ingrédients dans le gâteau et soit le gâteau est bon soit il ne l’est pas. Si on savait la recette, on mettrait à chaque fois les mêmes ingrédients mais on ne les connaît pas et on essaie de faire du mieux possible. Cette fois-ci, je trouve que le gâteau est bon”.

 

Les Enquêtes du commissaire Van der Valk à voir sur France 3

Exit mobile version