Site icon Lubie en Série

WHITE LINES : Ibiza, sexe, drogues et… meurtre ?

white lines serie avis netflix

Un cadavre vieux de vingt ans est découvert dans le désert de l’Alméria en Espagne. Il s’agit du corps d’Axel Collins (Tom Rhys Harries), le frère de Zoe Walker (Laura Haddock) qui quitte alors sur le champs la tranquillité de son foyer à Manchester pour aller à Ibiza, dernier lieu de villégiature d’Axel, afin de découvrir la vérité sur sa disparition. La jeune femme y retrouve les amis d’Axel dans leur quarantaine loin de l’insouciance de leur jeunesse et elle fait la connaissance de la famille Calafat avec laquelle Axel avait des liens obscurs. White Lines, c’est l’alliance de deux super boîtes de production qui travaillent pour Netflix : Left Bank Pictures de The Crown et Vancouver Media de La Casa De Papel. Ainsi, l’anglais et l’espagnol sont les deux langues de prédilection dans cette série Netflix. Mais, le créateur et auteur des 10 épisodes de White Lines, c’est Alex Pina, le monsieur La Casa De Papel. Au casting, on retrouve en personnage principal Laura Haddock vu dans The Capture et parmi le clan des espagnols, un acteur portugais très populaire dans son pays s’y est incrusté, Nuno Lopes, dans le rôle de Boxer. L’acteur maîtrise à merveille l’espagnol et son léger accent en anglais est charmant.

 

Pourquoi regarder WHITE LINES ?

Une série d’Alex Pina, le créateur de La Casa De Papel ! Après des succès comme La  Casa de Papel, Derrière Les Barreaux et El Embarcadero, une nouvelle série d’Alex Pina, ça se regarde avec curiosité et peut-être encore plus en association avec le producteur de The Crown. Alex Pina ne cesse d’écrire des séries et tant mieux ! Ce showrunneur espagnol proloifique a le vent en poupe et toute nouvelle création laisse espérer un succès en devenir. Est-ce que White Lines s’ajoute-elle au palmarès ? Sachez que si la série est un succès confirmé sur Netflix, Alex Pina pourra écrire les deux autres saisons qu’il a prévu pour cette série conçue pour trois saisons minimum.

Affaire du meurtre du frère disparu ! Axel Collins n’a pas disparu du jour au lendemain pour se rendre en Inde comme sa famille et ses amis l’ont cru. Axel a bien été assassiné ! Zoe a bien l’intention de découvrir qui est le meurtrier de son frère. C’est une vraie enquête que le téléspectateur est invité à suivre. Néanmoins, à travers cette enquête à la recherche du coupable, Zoe va en apprendre plus sur son frère. Les révélations ne seront pas celles que la petite soeur avait imaginé sur son frère pourtant si merveilleux à ses yeux.

Ambiance caliente à Ibiza ! Le soleil est constant dans White Lines sauf peut-être une minute pour débuter l’histoire et ce n’est même pas à Ibiza. Vivre au rythme d’Ibiza, le temps d’une série, qu’est-ce que c’est tentant. Que ce soit dans les flashbacks du temps d’Axel ou bien dans le temps de l’histoire, il y a une véritable ambiance dans la série et l’impression d’être sur une île est complète.

Nuno Lopes & Laura Haddock © Netflix

 

Sinon, White Lines, c’est complétement absurde ! Il y a un gros sujet autour de la drogue et cela peut peut-être expliqué le délire de cette série. C’est absurde mais divertissant car on continue de regarder sans être convaincu par la série et par curiosité de savoir qui est le coupable. Même si ça vaut vraiment pas le coup car c’est pas si extraordinaire que ça ! Oui le whodunnit n’est pas très satisfaisant. En fait, Alex Pina a fait un savant mélange de tout ce qui marche à l’ère du streaming. Dans sa recette, il met un peu de polar avec la recherche d’un coupable, un peu de romance avec un couple torride Zoe et Boxer, un peu de drogue parce que c’est dangereux et ça appelle des criminels, un peu de spiritualité dans le parcours initiatique de Zoe et ce faux gourou David et un peu de drame familial à la Dynastie (limite incestueux) avec la famille Calafat. Puis, du sexe, de la violence, des jurons et des jolis minois. Alex Pina a tout mixé pour faire White Lines. C’est assez fort ! Mais, bon ça donne aussi un peu du n’importe quoi. D’ailleurs, ça se voit dans le montage où il y a des raccords entre les scènes un peu étrange qui font qu’on ne sait plus si c’est le présent ou le passé. Déjà dans La Casa de Papel, il y avait des grosses ficelles pour assurer une cohérence dans l’histoire mais là, elles sont énormes. Il y a des intrigues poussées à l’extrême à peine crédibles mais bon, c’est Ibiza, le soleil, la drogue et la musique ! Disons qu’Alex Pina ne peut pas faire que des succès et White Lines est en dessous la ligne (blanche) à laquelle ils nous avaient habitué avec ses précédentes séries.

 

Ma note :

 

White Lines est à découvrir sur Netflix

Quitter la version mobile