Site icon Lubie en Série

LITTLE FIRE EVERYWHERE : certains secrets peuvent mettre le feu !

Little fire everywhere serie avis

Basée sur le best-seller de Celeste Ng de 2017, Little Fires Everywhere (titre du livre en français La Saison Des Feux) suit les destins entremêlés de la famille parfaite, la famille Richardson, et d’une mère et une fille énigmatiques qui vont bouleverser leurs vies. Mia Warren et sa fille Pearl entrent dans la vie des Richardson lorsque Elena Richardson décide de leur louer un logement par bonté… Cette mini-série qui réunit à l’écran Reese Witherspoon (Big Little Lies) et Kerry Washington (Scandal), également productrices exécutrices, a beaucoup fait parler d’elle aux Etats-Unis. C’est Amazon Prime Video qui nous l’amène en France. Liz Tigelaar, la créatrice de la mini-série en charge de l’adaptation du livre à l’écran est connue pour son rôle de productrice TV sur des séries comme The Morning Show, Nashville, Life Unexpected ou bien Brothers&Sisters. Elle est également scénariste et elle a œuvré dans beaucoup de séries américaines.

 

Pourquoi regarder LITTLE FIRE EVERYWHERE ?

Le duo Reese Witherspoon et Kerry Washington. Même si très vite le torchon va brûler entre les personnages de Reese Witherspoon et Kerry Washington, il y a un véritable plaisir de les voir à l’écran se confronter. Le duo fonctionne entre les deux actrices mais Kerry Washington ne s’est toujours pas amélioré depuis Scandal. L’actrice a vraiment des expressions de visages problématiques mais parfois, elle est à peu près juste. Il faut juste s’habituer mais si vous êtes un gladiateurs, vous l’êtes. Quant à Reese Witherspoon, son rôle d’Elena Richardson fait beaucoup penser à celui de Madeline Mackenzie dans Big Little Lies mais l’actrice joue à la perfection ces rôles de mère parfaite et hautaine sur les bords.

La maternité, une question centrale. La mini-série met en exergue deux styles de mères. Elena et ses quatre enfants qu’elle essaie de rendre parfait et Mia et sa fille Pearl qu’elle essaie d’éduquer avec ses moyens. Aucune des deux n’est parfaite même si Elena semble l’être en apparence, on voit bien qu’avec Izzie, son style ne prend pas. Chacune a fait des sacrifices pour arriver à un idéal de maternité perçu comme juste par chacune d’elle. Qu’est-ce qu’une bonne mère pourrait être le sous-titre de cette mini-série. L’intrigue secondaire autour de la confrontation de Linda/Bebe au sujet de May-Linh/Mirabelle est aussi un exemple pour illustrer cette question centrale.

Deux mondes qui s’entrechoquent. Dans le livre de Celeste Ng, Mia n’a pas d’origine ethnique définie. Liz Tigelaar en accord avec la romancière a décidé de faire de Mia Warren, une femme afro-américain. Ce choix non anodin permet d’aborder des sujets profonds comme le racisme, la classe sociale et les privilèges. Elena ne se rend même pas compte de ce qu’elle propose comme travail à Mia. Elle ne voit pas l’offense… Et quand Elena remet en cause les choix de Mia pour sa fille Pearl, Mia ne peut répondre que :

« You didn’t make good choices. You had good choices. Options that being rich, and white, and entitled gave you ».
« Vous n’avez pas fait de bons choix. Vous aviez de bons choix. Les options être riche, blanches et vous y donnent le droit ».

 

Une histoire captivante ! Il y a un effet fascinant dans cette histoire qui commence par une maison en feu. Tout le passé d’Elena et Mia exploré dans l’épisode 6 expliquent avec brio les conséquences du présent. L’histoire est bien menée et sans choisir de camp, on a envie de comprendre ses femmes, leurs choix et leurs profonds regrets. Chacune derrière une apparence de femme forte montre des fissures bien intimes. Elena et sa relation avec Izzie ou Mia et comment Pearl a été conçue sont des intrigues passionnantes.

Ambiance année 90 ! Pas d’Internet pour faire du harcèlement en ligne, pas de téléphone mobile pour communiquer à tout moment, Little Fire Everywhere nous plonge dans les années 90 et même au-delà avec des flashbacks dans les années 70 et 80. Cela donne à cette histoire, un effet hors du temps et qui permet de se concentrer sur l’intime des personnages sans intrusion technologique.

Reese Whiterspoon Kerry Washington © Hulu

 

En dehors du visage de Kerry Washington avec ses expressions étranges, Little Fire Eeverywhere est le genre de série que j’ai dévoré. Il y a des vrais secrets, des vrais blessures intimes et des vrais personnages qui ont une histoire captivante à raconter. Savoir pourquoi la maison à brûler a tellement peu d’importance au final même si c’est le prétexte pour accrocher le téléspectateur. L’épisode 6 reste le meilleur non seulement parce que j’ai entendu un superbe remix de ma chanson préféré « Bitch » de Meredith Brooks mais parce que c’est l’épisode pivot où on découvre le passé de nos deux héroïnes et l’une comme l’autre n’ont pas un passé glorieux mais tellement passionnant. Honnêtement, cette histoire de Little Fire Everywhere est tellement passionnante que j’ai envie de lire le livre de Celeste Ng. Pour ceux qui ont aimé Big Little Lies, Little Fire Everywhere pourrait bien faire des étincelles chez vous.

Pour info, même si le livre de Celeste Ng est raconté en une saison, Hulu, le diffuseur américain, aimerait envisager une saison 2. C’est en discussion et Reese Witherspoon connaît bien ce process de mini-série qui devient une série à deux saisons comme Big Little Lies.

 

Ma note

 

Little Fire Everywher est à découvrir sur Amazon Prime Video.

Quitter la version mobile