You are currently viewing 13 Reasons Why : l’adolescence à coeur ouvert !

13 Reasons Why : l’adolescence à coeur ouvert !

13 Reasons Why, j’ai dû patienter pour voir la série parce que je savais que je voulais la binge-watcher proprement. Rentrer dans l’univers d’Hannah Baker le temps de quelques jours mais ne pas la lâcher une seconde avec une autre série que je dois visionner. Ce fut trois jours intensifs et bouleversants. Je savais que je risquais d’être addict à la série et ça n’a pas loupé et je savais que cette histoire allait me prendre aux tripes et là aussi, ce fut le cas.

 

Au départ quand vous commencez à écouter le récit d’Hannah Baker, vous dites c’est une fille fleur bleue qui a pris le temps d’enregistrer ces dernières volontés sur cassettes. Une personne qui veut mettre fin à ses jours ne prend pas le temps de faire ça. On va dire que c’est la partie fiction qui parle. En fait, vous avez plus l’impression d’un caprice, certes, fatal mais pourquoi aller jusque là pour des futilités d’adolescent. Hannah nous met en garde à plusieurs reprises en disant que peut-être on pense qu’elle exagère et moi, aussi je me suis posée la question.

 

Ce n’est qu’à la fin de la saison que vous comprenez et que vous vous replacez dans ce cerveau d’adolescent que vous avez eu à une époque. Une période où tous les sentiments sont extrêmes, où la moindre contrariété devient un énorme problème vital. L’adulte est plus rationnel, plus réfléchi et il ne vit pas dans ce carcan qu’est l’école. Chaque jour, vous retrouvez les mêmes gens et une fois des a priori établis sur une personne, cela reste pour quelques années au moins jusqu’à la fin du lycée. Et quand vous êtes fiché de façon peu flatteuse comme Hannah considérée comme fille facile, se débarrasser de cette étiquette que l’on vous a posé sur le front sans vous demander votre autorisation est bien plus difficile qu’il n’y paraît. Puis, vous finissez par croire que vous méritez cette étiquette…

 

C’est pourquoi Hannah Baker n’accuse pas une personne comme étant responsable de ses maux et de sa décision. C’est un ensemble de personnes qui l’a conduit à trouver cette issue fatale. La solitude, l’incompréhension au quotidien peut véritablement détruite une personne et encore plus facilement une adolescente en manque de confiance.

 

You’re going to tell me this one’s no big deal but let me tell you about being lonely. Humans are a social species. We rely on connections to survive. Even the most basic social interactions help keep us alive. Statistics prove the subjective feeling of loneliness can increase the likelihood of premature death by 26%. If it sounds like I’m quoting from a school textbook, I am. Too bad nobody bothered to read it. And let me tell you there’s all kinds of ways to feel lonely.

Hannah Baker

 

Vous allez me dire que celle-là, ce n’est pas grave mais je vais vous dire ce que c’est d’être seule. Les humains sont une espèce sociable. On dépend des échanges pour survivre. Même la plus basique des interactions sociales nous aide à rester en vie. Les statistiques prouvent que le sentiment subjectif de solitude peut augmenter la probabilité d’une mort prématurée de 26%. Si vous avez l’impression que je cite un livre scolaire, je le fais. Dommage que personne n’ait pris le temps de le lire. Et je peux vous dire qu’il y a beaucoup de manières différentes de se sentir seul.

 

Alors, non le suicide d’Hannah Baker n’est pas un caprice mais une vie gâchée par les autres. Chaque cassette montre habilement l’impact de chaque événement sur sa décision finale. En effet, Hannah se sent seule et finit seule.

 

Chacun son rôle dans la tragédie d’Hannah Baker

 

13 reasons why sérieClay Jensen et sa mère, Olivia Baker sont les deux personnages qui m’ont les plus marqués. Bien sûr, Clay Jensen est un personnage central parce qu’il aimait Hannah et c’est notre héros du présent. Clay veut comprendre ce qui a poussé Hannah au suicide. L’empathie avec Clay se crée instantanément. Il est le seul concerné par cette tragédie alors que les autres ont peur de leur réputation. À vrai dire,  ils se posent une question terrible est-ce que la jeune fille morte ne ment pas ? Courtney le pense, Alex lui pense le contraire et ne supportera pas d’être confronté à la réalité. C’est affreux de le penser et pourtant, ils se disent que la fille qui s’est suicidée, avait tort. Mais peut-on inventer un viol ? Un passage atroce avec une Hannah inerte ne ressentant plus rien (épisode 12 « Tape 6, Side B »). Que ce soit Dylan Minnette ou Catherine Langford tous les deux proposent une performance remarquable tout au long de la série.

 

L’autre personnage que j’affectionne est Olivia Baker. Cette mère dévastée par la mort de son unique fille. Je ne dis pas que son père est moins touchant mais il est plus discret et effacé dans son deuil. Puis, Kate Walsh est merveilleuse dans ce rôle de mère perdue à la recherche de la vérité. J’ai même trouvé une actrice qui s’est révélée dans ce rôle peut-être suis-je trop habituée à son rôle de médecin plus lisse dans Grey’s Anatomy et Private Practice. Il y a des scènes où elle m’a bouleversé. Parce qu’on oublie que pour la famille vivre un suicide est une véritable épreuve de vie bien souvent dévastatrice. Tout comme Clay, Olivia essaie de comprendre et elle a ce poids en plus de parent avec ce doute qu’a-t-elle fait de mal pour que sa fille choisisse une solution radicale. Pourquoi n’a-t-elle pas vue la détresse de sa fille ? Des questions légitimes, des questions difficiles. Olivia Baker est cette mère détruite par ces questions. On ressent sa détresse tout au long de la saison et ce désarroi face à l’inexplicable.

 

Tous les autres personnages ont un rôle clef dans cette tragédie et ils sont plus ou moins appréciables en fonction de leur action. Cependant, Tony Padilla est le personnage qui m’a le plus agacé avec son rôle de grand sage auprès de Clay. Il se prend pour le garant du secret d’Hannah mais il aurait mérité une cassette lui aussi car on ne sait pas qu’il y est et en quoi, il était ami avec Hannah. On ne sait rien de sa backstory avec Hannah. Ce personnage en dehors du récit mais en même temps impliqué m’a dérangé.

 

Un sujet tabou

 

Quand vous lisez le pitch de 13 Reasons Why, vous dites une histoire de suicide, ce n’est pas bien gai. En effet, le sujet de la série est difficile à aborder et une réalité chez les adolescents (et pas que). La série a provoqué la polémique aux États-Unis accusée d’ incitation au suicide auprès des jeunes. Au contraire, il faut savoir que ça existe et que peut-être, des suicides peuvent être éviter à cause harcèlement sur le web et/ou en milieu scolaire. En parler, c’est aussi informer d’une réalité guère réjouissante mais que l’on peut pas ignorer.

 

En plus, 13 Reasons Why traite le sujet de façon intelligente expliquant tout le cheminement d’une adolescente en détresse. L’épreuve du viol par Bryce était sûrement la chose la plus atroce de sa courte vie. Même adulte survivre à ce genre de traumatisme est difficile alors dans une être en construction comme une adolescente, l’impact doit tout aussi atroce voire décupler.

 

Non la série ne fait pas l’apologie du suicide, elle étudie les causes d’un suicide et informe le téléspectateur. A partir de l’épisode 9, une mention spéciale en début d’épisode met en garde le téléspectateur sur les images qu’il va voir comme pouvant être perturbantes et pas recommandées pour un jeune public précisant que des images explicites de viol ou harcèlement sexuel peuvent choquer. Quand vous avez un épisode avec cet avertissement, vous savez que ce que vous verrez ne sera pas beau. En effet, c’est les épisodes les plus durs à supporter…

13 reasons why netflix

Hannah Baker, on aurait bien voulu la connaître en vie ! Catherine Langford a donné vie à un personnage touchant mais le destin d’Hannah est tout autre. 13 Reasons Why aborde le suicide, un sujet tabou et difficile de façon intelligente. Cette série est véritable expérience de vie et on en ressort perturbé mais avec un désir de vie encore plus intense !

 

Ma Note :

 

 

Lubiie

Plus de 10 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival, intervieweuse aux multiples questions en séries ou chroniqueuse radio. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire