Lubie en Série

LE JEU DE LA DAME : Pour l’Amour du jeu !

Envie d’apprendre les échecs ? Peut-être que la mini-série Le Jeu de La Dame de Netflix peut vous donner des astuces  pour bien débuter ou à minima le goût d’essayer d’apprendre à jouer aux Échecs ! Le Jeu de La Dame, ou  The Queen’s Gambit en anglais, suit le destin de Elizabeth Harmon, surnommée Beth, une jeune orpheline qui se découvre une passion pour les échecs à tel point qu’elle défie les plus grands de son époque ! L’histoire de Beth Harmon se déroule dans les années 50-60. Le Jeu de La Dame n’est pas une histoire vraie mais un roman publié en 1983 par l’américain Walter Tevis. Le romancier qui est également un joueur d’échec mais qui a fait appel à certains Bruce Pandolfini au titre de consultant. C’est ce même Bruce Pandolfini qui sera le consultant de la mini-série et qui mettra en place tous les séquences d’échec avec l’aide de l’un des meilleurs joueurs d’échecs du monde, le russe, Garry Kasparov. C’est Scott Frank et Allan Scott, les créateurs de la mini-série, qui ont fait appel à des consultants afin que les jeux montrés à l’écran soient au plus près de la réalité. Scott Frank est un habitué de Netflix car c’est aussi le créateur de la mini-série Godless. Le rôle principal est tenu par l’actrice Anya Taylor-Joy qui en série est connue pour le rôle de Gina Gray dans Peaky Blinders, épouse américaine de Michael Gray, fils de Polly Shelby.

 

Pourquoi regarder LE JEU DE LA DAME ?

Découverte du monde des échecs ! Vous promettre que vous serez un as des échecs après avoir vu Le Jeu de La Dame serait vous mentir. Cependant, vous dire que vous aurez envie de jouer aux Echecs après avoir vu Le Jeu de La Dame n’est pas vous mentir. Cette mini-série ouvre tout un monde autour des Échecs qui a peut-être un peu évolué avec le temps mais le jeu reste le même et les maîtres du jeu se renouvelle. La mini-série parvient à vous captiver autour d’un jeu complexe mais accessible à tous après tout dépend du niveau que l’on souhaite attendre. N’ayez crainte, si vous êtes novice (comme moi), cela n’empêche pas d’apprécier la série pour autant.

Anya Taylor-Joy, la reine du jeu ! C’est la révélation de la mini-série, l’actrice Anya Taylor-Joy. Cette jeune actrice de 24 ans porte la série sur ses épaules avec brio. Son regard perçant et son look d’un autre temps. Une très belle performance qui lui vaudra d’autres beaux rôles à venir.

Un début de vie difficile ne conduit pas forcément à l’Échec ! Le parcours de la jeune Beth Harmon commence mal, un accident de voiture et orpheline. Mais, Beth va trouver sa voie au sein même de l’orphelinat pour créer sa chance et son destin changera. C’est une belle leçon d’espoir Le Jeu de La Dame même si Beth a quelques démons à éliminer son parcours paraît incroyable.

ANYA TAYLOR-JOY as BETH HARMON COURTOISIE DE NETFLIX © 2020

C’est une mini-série qui se regarde en binge-watching assez rapidement et qui est divertissante. En effet, on passe un bon moment que l’on soit ou  non passionné d’Échecs. Il paraît que la fédération des joueurs d’Échecs est plutôt satisfaite du résultat qui met en valeur leur discipline. Si la mini-série a fait naître des vocations ou même susciter ne serait-ce que de la curiosité pour ce jeu de stratégie emblématique alors Le Jeu de La Dame a bien joué son rôle. En plus, la série est vraiment portée par une actrice talentueuse et hypnotique, Anya Taylor-Joy. Il faut aussi noté la qualité des décors de l’ambiance, un petit côté Mad Men mélangé à du Locke and Key pour les couleurs. Mais, je reconnais surtout un début de pattes Netflix avec des couleurs spécifiques aux séries de la plateforme de streaming.

Néanmoins, si Le Jeu de La Dame est un divertissement réussi, on est loin du chef d’œuvre. Déjà, deux épisodes en moins aurait été bienvenus car on sent que la narration a été étirée pour fournir des épisodes en vue d’un binge-watching le plus long possible. En effet, il ne se passe pas grand chose entre Beth et les échecs et Beth et son alcoolisme et addiction aux pilules vertes. On sent le manque d’éléments narratifs pour contre-balancer les parties d’échecs. Comprendre l’objectif de Beth Harmon dans la vie est laborieux car plus elle gagne, plus elle sombre dans l’addiction. Alors, on veut nous faire croire que c’est en affrontant le plus grand des joueurs d’Échecs soviétiques que la jeune femme trouvera la paix et comprendra après toutes ces années le destin tragique de sa mère ? Un peu facile ? Même si le clin d’oeil final à Monsieur Shaibel est touchant. En fait, cette mini-série manque d’émotions. On apprécie Beth mais on n’est pas ému par son destin. Il faut dire qu’en grandissant, elle ne devient pas la personne la plus appréciable du monde. Mais comparé à une mini-série comme Unorthodox ou Stateless ou Unbelievable, Le Jeu de La Dame souffre de son absence d’authenticité qui en fait un personnage moins ancré dans une réalité. Un personnage qui manque de vie. Même un personnage sans émotions est plus vibrant que Beth Harmon. Mais ce n’est pas pour autant un échec et mat pour Le Jeu de La Dame qui est une mini-série intéressante à voir.

 

Ma note :

 

Le Jeu de La Dame / The Queen’s Gambit à voir sur Netflix

Exit mobile version