You are currently viewing SÉRIES MANIA 10 : le panorama international

SÉRIES MANIA 10 : le panorama international

Séries Mania est un festival qui nous permet de voyager et c’est l’objectif du Panorama international. Lors de mon séjour lillois, j’ai essayé de voir un maximum de séries de cette sélection et je vous donne mon sentiment sur chacune d’entre elles.

ASYLUM CITY

Le pitch (12×40 min) : Michal, une activiste qui se bat au quotidien pour les droits des demandeurs d’asile, est victime d’une grave agression. Cet incident chamboule le destin de nombreuses personnes.

Cette série israélienne est inspirée de faits réels. L’épisode 2 est meilleur que l’épisode 1 qui est plus confus. C’est pas mauvais comme série mais les israéliens ont déjà fait mieux car très vite cette série devient une enquête qui, certes, est complexe et mystérieuse mais ça reste une enquête pour trouver l’assassin de Michal.

Avis : ?

CURFEW

Le pitch (8×45 min) : Afin d’échapper au gouvernement totalitaire et au couvre-feu qu’il impose chaque soir à la population, des citoyens ordinaires s’affrontent en toute illégalité dans une course automobile effrénée.

C’est une série britannique étonnante ! Savant mélange de zombies, course de voiture et d’humour. C’est assez bien écrit et même si le concept paraît farfelu, on est embarqué dans cette quête de survie totalement délirante. D’ailleurs, Sean Bean est totalement délirant dans cette série où il joue le rôle d’un patron de garage odieux prêt à tout pour remporter la course. L’auto-derision et l’humour sont des atouts qui font qu’on adhère totalement au projet insensé du britannique Matthew Read.

Avis : ?

FLACK

Le pitch (6×42 min) : Au sein d’une agence de relations publiques, Robyn met à la disposition de célébrités son expertise en matière de situations de crise. Si elle excelle dans son métier, sa vie personnelle est proche du fiasco.

Cette série avec Anna Paquin est irrévérencieuse mais assez jouissive et ce n’est pas peu de le dire ! Le monde des relations publiques peut être impitoyable et Oliver Lansley ne fait que raconter des faits réels. Les personnages sont trash et les situations complètement folles mais on aime regarder ce qui n’est pas montrable. Anna Paquin porte la série sur ses épaules avec brio mais on la croit moins dans les rares moments où elle doit jouer davantage la carte de la compassion. On regrette juste que la série ne dure uniquement que 6 épisodes.

Avis : ?

LES MISÉRABLES

Le picth (6×60 min) : adaptation du roman de Victor Hugo.

J’ai jamais vraiment compris la vision étrange des anglais sur nos chefs d’ouvre bien français. Il y a souvent quelque chose qui sonnent faux. Non pas que je considère que seuls des français peuvent raconter le patrimoine français ou inversement des anglais pour le patrimoine anglais. Mais avec Les Misérables, j’ai le même sentiment qu’avec Versailles, une vision étrange de la France. Pourtant, Les Misérables ont été tournés en France et Andrew Davies est un grand auteur de séries. Mais ça ne fonctionne pas et pour une coproduction avec BBC studios j’ai trouvé les costumes très cheap comme la perruque d’Olivia Coleman. Autre point, je sais qu’il faut respecter des quotas mais bon il faut aussi penser à l’époque et le choix des comédiens pour Javert ou le père Thénardier sont pas discutables.

Avis : ?

SUCCESS

Le pitch (6×48 min) : Quatre individus qui n’auraient jamais dû se croiser se retrouvent irrévocablement liés suite à un violent accident. Ils sont alors contraints par les événements d’unir leurs forces.

Le scénario de Success est un classique des individus qui se retrouvent à s’unir suite à un grave événement. En revanche, pour la Croatie c’est un scénario plutôt novateur pour cette série qui a été sélectionnée par HBO Europe lors d’un appel à projets. Les personnages sont intéressants et on se laisse volontiers emporter dans l’histoire. Le principal reproche de cette série, c’est la violence gratuite, je n’ai jamais vu autant de coups de poing données en seulement deux épisodes !

Avis : ?

MOTHERFATHERSON

Le pitch (8×60 min) :  Max est un homme d’affaires américain et un magnat des médias internationaux. Son fils de 30 ans, Caden, habite à Londres et doit reprendre le flambeau. Mais lorsque son mode de vie autodestructeur devient incontrôlable, c’est tout l’empire familial qui se trouve menacé.

Un casting prestigieux pour pas grand chose. En effet, est-ce que Richard Gere et Helen McCory se sont perdus dans ce drama de la BBC. Leurs personnages sont très caricaturaux avec un père égocentrique mania des affaires et une mère de caractère qui essaie de se racheter une conscience auprès d’un fils qui comme par hasard est noyé dans la drogue et l’alcool au point de mettre sa vie en danger ce qui fait office de réveil pour les deux parents. Classique, déjà vu et pour justifier une certaine originalité le trash a été choisi en fin d’épisode pour faire un cliffhanger bien gore…

Avis : ?

HIERRO

Le pitch (8×50 min) : La juge Candela est mutée à El Hierro, l’île la plus éloignée de l’archipel des Canaries. Elle découvre sur place une communauté méfiante et fait face à la mort d’un jeune local, assassiné la veille de son mariage. Le principal suspect est le père de la mariée, Diaz, un riche entrepreneur à la réputation sulfureuse. Bien que mus par des intérêts diamétralement opposés, Candela et Diaz ont un objectif commun : découvrir le véritable assassin.

En dehors des magnifiques paysages de l’île de Hierro et que le juge est une femme, cette série est tout simplement un polar même un Broadchurch à l’Espagne. Dans une petite île où tout le monde se connaît et cachent des secrets, il faut découvrir l’assassin du jeune futur marié. Rien de nouveau sous le soleil et le temps de Broadchurch est passé, il faut proposer autre chose.

Avis : ?

EXIT

Le pitch (8×30 min) : Du haut de leur tour de verre, Adam, William, Henrik et Jeppe semblent trôner sur l’empire financier d’Oslo. Derrière le vernis clinquant, ces trentenaires qui ont déjà tout obtenu cherchent coûte que coûte à fuir leur quotidien jalonné d’obligations familiales et d’attentes professionnelles toujours plus exigeantes.

C’est une histoire de gens riches qui s’ennuient et nous aussi on s’ennuie avec eux ! Ils se passent rien de spécial à part drogue, sexe et rock’n’roll. Leur crise existentielle n’est pas si grave voire ridicule un peu. Même si les acteurs sont bons dans leurs rôles, il y a rien d’original dans le genre crise de la trentaine.

Avis : ?

PROS AND CONS

Le pitch (8×50 min) : Il y a presque vingt ans, Nina et Erik étaient de brillants arnaqueurs. Désormais, ils mènent une vie de famille tranquille dans la banlieue de Copenhague, bien que leur couple s’essouffle et que les fins de mois soient difficiles. Quand soudain réapparaît Jacqueline, leur partenaire d’avant, qui leur propose une nouvelle arnaque… dotée de plusieurs zéros !

C’est assez bien fait comme série parce que le couple que l’on suit est attachant et bons dans ces arnaques ! Intéressant de suivre ce couple d’escrocs qui regrettent un peu de s’être rangé pour fonder une famille et à qui manque un peu l’adrénaline de leur ancien métier. A la fois comique et touchant, cette série danoise vaut le coup d’oeil !

Avis : ?

THE CRY

Mon avis sur la mini-série ici

On voit de tout dans le panorama international et c’est génial de voyager avec les séries. De ce panorama international, The Cry reste la meilleure de toutes et ce n’est pas parce que je l’ai présentée à Séries Mania, j’ai tout simplement adoré cet art du twist bien mené. Mais, il y a aussi de jolies séries avec Pros and Cons, Flack et Curfew, toutes déjantées à leur manière. Puis, il y a ces séries qui ne révolutionnent pas leur genre mais qui font avancer leur pays sur la création sérielle et là je pense à la série croate Success.

Lubiie

Plus de 16 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire