You are currently viewing Trust : une photo dramatique de la famille Getty

Trust : une photo dramatique de la famille Getty

Connaissez-vous la famille Getty ? Personnellement, déformation professionnelle oblige pour moi le nom Getty évoque le banque d’images américaine reconnue internationalement. Le fondateur est effectivement issue de la lignée de Jean Paul Getty et il s’agit de Mark Getty. Mais, les Getty sont connus pour un autre business bien différent : le pétrole et c’est l’un des enjeux de la série Trust. Le patriarche joué par l’incroyable Donald Sutherland ne parvient pas à accorder sa confiance à ses fils pour contrôler son empire pétrolier. Pour rappel, en anglais trust a deux significations : 1. cela veut avoir confiance en quelqu’un 2. en droit, structure financière léguée à un tiers comme dans le cas d’un succession. Avec la complicité de Canal +, j’ai vu 7 épisodes sur 10 et voici mon avis sur Trust…

 

Tous des Jean Paul Getty

Je vous conseille avant de débuter la série de vous pencher sur un arbre généalogique de la famille Getty car ils sont nombreux à s’appeler Jean Paul Getty ou à être appelé par leur diminutif Paul. Ainsi, nous avons un Jean Paul Getty II et un Jean Paul Getty III. Une fois la mise au point faite, dans Trust vous allez apprendre à connaître le redoutable Jean Paul Getty, premier du nom. C’est Donald Sutherland qui prête ses traits à ce magnat du pétrole roi des affaires mais pire père du monde. Le portrait de Jean Paul Getty est terrifiant, un homme près de ses sous qui est odieux avec les membres de sa famille et ses nombreuses épouses. Quasi incapable d’aimer quelqu’un, le personnage fait froid dans le dos mais on nous dit à chaque fin d’épisodes que les faits peuvent être proches de la réalité mais revisiter dans un but de créer du drame. Or, il semblerait que même si amplification, le caractère de Monsieur Getty, premier, soit très proche de la réalité…

 

Trust : l’histoire de Kidnapping d’un Jean Paul

En fait, Trust s’intéresse à un passage de la vie des Getty, celui du Kidnapping de Jean Paul III. Dès le deuxième épisode, le téléspectateur qui vient de rencontrer l’adolescent hippie se voit embarquer dans son histoire de kidnapping rocambolesque en Italie. Cette histoire de kidnapping est évidemment une histoire vraie et la série se concentre exclusivement sur cette affaire. La manière dont le récit est raconté peut dérouter car même si les premiers épisodes suivent une certaine chronologie, la suite essaie de découdre la temporalité pour se concentrer sur la temporalité d’un personnage comme celui de Gail en épisode 6 ou de Jean Paul Getty II en épisode 7.

 

Des étoiles pour un scénario pas aussi clinquant

Le casting de Trust ainsi que l’équipe sur le projet est clairement étoilée. Donald Sutherland en patriarche Getty, Hilary Swank pour le rôle de la mère de Paul, la victime, et Brendan Fraser en justicier cowboy à la botte de Getty et qui essaie de prendre la vedette du récit. En effet, très étrange ces passages où Brendan Fraser parle face caméra pour nous expliquer l’histoire et la mentalité Getty. Côté écriture Simon Beaufoy est à l’œuvre, lui a qui on doit le scénario du film Slumdog Millionaire (2008) et il a fait appel à un réalisateur avec qui il a travaillé sur le film à savoir Danny Boyle qui a assuré le ton de la série. Tous ces noms, ces pointures font rêver et même si on suit l’histoire sans trop de difficulté, je m’attendais à une histoire plus prenante car tout le périple dans le paysage italien n’est pas très captivante. Il y a quelques scènes épiques noyées dans un scénario assez classique en somme. Disons que la sublime affiche, le nom Getty, la chaîne FX, le casting et l’équipe réalisation et scénario pouvaient laisser suggérer une série brillante mais qui donne une impression en demi-teinte. Comme un cliché fade des Getty…

 

Ma note :

Lubiie

Plus de 16 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

Laisser un commentaire