Lubie en Série

Le retour de Gilmore Girls

Quatre saisons avec les Gilmore Girls

Là où certains ont une relation intense avec les filles Gilmore, d’autres comme moi, les apprécient mais sans avoir développé une passion. En effet, lors de la diffusion de la série pendant sept ans,  j’ai vu quelques épisodes par ci, par là, sans réel intérêt. Même si Lorelai et Rory sont appréciables, elles ne m’ont jamais passionné avec leurs aventures. La petite ville Stars Hollow est sympathique mais bon il ne s’y passe pas des choses révolutionnaires.

Comme c’était un événement et gagnée par une curiosité maladive, j’ai voulu voir le retour de Gilmore Girls sur Netflix et cette idée originale de 4 épisodes de 90 minutes sous la forme de saison m’a bien plu. Premier constat, même si je loupe quelques allusions aux sept précédentes années, je ne suis pas totalement perdue dans Gilmore Girls : a Year in the life. Avec quelques épisodes vus, je reconnais les personnages récurrents en dehors des Gilmore : ce bon vieux Luke, cet extravagant Michel, ce bizarre Kirk, ce bougon de maire et autres personnages bien connus au fil des saisons. Néanmoins, je me demande si sans culture Gilmore Girls, est-ce que l’on n’est pas un peu perdu ? Gilmore Girls, c’est un univers construit au fil de 7 saisons d’une série.

Relation mère-fille surréaliste

Lorelai et Rory Gimore, une mère, une fille, une relation unique voire étrange. La série joue sur la relation ma mère est ma meilleure amie, un concept connu mais dans Gilmore Girls, cette relation mère-fille m’a toujours paru surréaliste. Je m’explique, les dialogues entre Rory et Lorelai me paraissent invraisemblables. Alors, oui, ça fait partie de cette relation mère-fille unique qui se comprennent elles seules mais tout de même du point de vue téléspectateur, on a l’impression qu’elles sont dans leur délire et que nous sommes exclus de celui-ci. Les répliques fusent limite c’est trop écrit même si Lauren Graham et Alexis Bledel maîtrisent leurs rôles à la perfection et rendent ces échanges naturels. Un peu comme une partie de ping-pong entre les deux femmes. Femmes parce que maintenant Rory a 32 ans tout de même.

L’épreuve du temps

Le temps a fait son œuvre et Rory n’est plus une adolescente ou jeune adulte allant à la fac. Elle est censée être une femme accomplie quoiqu’un peu égarée sur son chemin quand on la retrouve. La jeune femme ne parvient pas à trouver sa voie et en quatre saisons, elle passe par rédactrice d’un livre pour une personnalité, à rédactrice en chef de la gazette de Stars Hollow pour enfin, finir par écrire son roman Gilmore Girls sur sa relation avec sa mère. La meilleure des idées comme si Rory était destinée à faire ce livre, l’histoire de cette série. Je trouve qu’il y a un côté émouvant dans cette démarche d’autant plus que Lorelai s’y oppose au départ ayant peur que sa vie soit révélée au grand jour. Mais, elle fera confiance à sa fille pour qui écrire les trois chapitres a été l’épreuve la plus facile de sa vie.

Rory : It’s like this story has been sitting in my brain for years.

Rory : c’est comme si cette histoire était présente dans mon cerveau depuis des années.

un côté rétro ?

En regardant ces quatre épisodes, j’avais l’impression que je vivais un retour en arrière. Cette impression  de voir les mêmes images que celles vues entre 2000 et 2006. En fait, l’évolution de la série s’entend dans les références modernes. Lorelei évoque Twitter alors qu’en 2006 la plateforme commençait à peine. Les allusions à des séries modernes comme Halt and Catch Fire ou même cocorico ! Les Revenants montre que Stars Hollow n’est pas bloqué dans le passé, le temps a avancé heureusement. J’ai bien apprécié le passage sur Les Revenants où Lorelai souhaite que Luke et elle regardent ensemble la série mais ce dernier a dû mal à comprendre ce qui s’y passe.

une fin surprenante !

Lors de ces quatre épisodes, il ne s’est pas passé grand chose à part les disputes incessantes de Lorelai et sa mère, Lorelai qui décide de rendre des comptes à Luke en lui proposant de faire un bébé et finalement un mariage, Rory qui vagabonde de job en job entre deux amourettes avec Logan. Un petit manque d’action mais au final, ce que j’ai toujours reproché à la série. Il ne se passe pas grand chose d’extraordinaire à Stars Hollow. Le style est léger mais sans profondeur.

Alors quand les 15 minutes de la fin arrivent avec ce mariage anticipé mais raté de Lorelai et Luke. L’effet musique et danse m’a déplu. C’est Rory qui relève le niveau en faisant la révélation choc et celle qui donne presque envie de connaître la suite. Ces quatre mots :

Rory : Mom, I’m pregnant.

Rory : Maman, je suis enceinte.

Ces mots résonnent comme une bombe devant une Lorelai abasourdie. L’histoire se répète ? sauf que là Rory a 32 ans, une femme accomplie mais célibataire aux dernières nouvelles. La logique veut que ce soit la progéniture de Logan qu’elle n’a cessé de voir au fil des saisons entre deux voyages à Londres. Mais, est-ce que la créatrice de la série Amy Sherman-Palladino va jouer la carte de la facilité ? Ils sont tous revenus à Stars Hollow : Jess, Dean, Paul, Logan des pères potentiels car qui sait ce que Rory a fait entre les saisons…

Exit mobile version