You are currently viewing Paris Etc. entre mythe et réalité…

Paris Etc. entre mythe et réalité…

En premier lieu, il est important de préciser que Paris Etc. est une série qui ne s’adresse pas uniquement aux parisiens. Bien au contraire, même si Paris est le lieu de l’action, peut-être presque un personnage de l’histoire, cette série est avant tout une histoire de femmes et de vie. Pas besoin d’être parisien pour tomber sous le charme de la série.

Passons ce point de détail mais nécessaire pour parler de cette série, création originale de Canal +, qui est plutôt pas mal dans son genre. Paris Etc. C’est une série féminine avant tout avec cinq héroïnes de différentes générations : Gil, Marianne, Nora, Mathilde et Allison. Mais, les hommes sont les bienvenus et ils ne sont pas des accessoires dans cette série, ils ont un rôle à jouer juste pas au premier plan pour une fois.

Paris Etc. des femmes au premier sans être flic !

Vous savez pour donner aux gens envie de regarder une série, on la compare à d’autres séries qui ont rencontré un succès afin de donner une idée à la personne. En regardant les 12 épisodes de Paris Etc. j’ai voulu faire ce jeu de comparaison et bien sûr, j’ai pensé entre un mix de Sex and The City et Girls. Du côté de chez nous, j’ai pensé à la série Clara Sheller  et je me suis faite une réflexion assez inquiétante. En dehors de Clara Sheller, Paris Etc. serait une des rares séries féminines en France ? En ce sens, où les héroïnes sont des femmes et où elles ne sont pas policières, avocates ou ange gardien ! En effet, nous avons de nombreuses héroïnes en France allant de Julie Lescaut à Alice Nevers  en passant par Une Femme d’honneur  mais elles ont toutes un rapport avec le genre policier ou judiciaire. Le genre de la série les définit comme si les femmes ne pouvaient s’exprimer en dehors du périmètre police/justice. Dans Paris Etc. elles ont toutes des professions sauf Gil qui profite d’une forme de retraite, mais ce n’est pas une profession qui les définit. Leurs vies, celles qui nous intéressent ce sont leurs galères du quotidien, leurs émotions et leurs délires. C’est l’attrait de cette série. En plus, les dialogues sont écrits par des femmes Anne Berest et Zabou Breitman. Cette dernière qui réalise également.

 

5 destins dans Paris Etc.

Cinq héroïnes principales, ça peut paraître beaucoup à suivre mais en même temps, c’est bien parce qu’on peut avoir une préférence pour l’une d’entre d’elles sans pour autant s’ennuyer avec les autres. Même je pense que les histoires de Mathilde et Nora sont celles qui sont plus faibles contrairement au trois autres. En fait, leurs difficultés de départ étaient intéressantes mais elles empruntent une trajectoire moins captivante vers la fin même si la conclusion finale est pertinente, il y a un petit passage à vide pour y arriver. Faisons les présentations :

Allison (Lou Roy-Lecolline), jeune alsacienne qui monte à Paris pour un stage en cuisine.
on l’aime parce que : Allison, c’est le parcours de nombreuses jeunes filles de province qui découvrent Paris pour un stage qui galèrent à trouver une coloc sérieuse car un stage ça ne paie pas assez pour vivre dans son propre appartement. Allisont doit s’adapter à la vie parisienne rapidement sans l’aide des parisiens car tout va très vite. Tu marches ou tu crèves. En plus, en stage de cuisine, Allison est encore plus mal menée par l’exigence de la profession.

Mathilde (Anaïs Demoustier), elle a 30 ans, elle est masseuse et sort avec un homme plus âgé qui a déjà un enfant.
on l’aime parce que : Mathilde est la sensible du groupe. On sent qu’elle se case un peu trop vite et pas forcément avec l’homme de ses rêves. Elle choisit la différence d’âge pour s’assurer une vie plus tranquille. Elle doit assumer un rôle de belle-mère tout nouveau et en même temps, essayer de ne pas se comparer à l’ex-femme de son compagnon.

Marianne (Valeria Bruni Tedeschi), mère de deux enfants Lili, 14 ans et Colin, 9 ans. Des enfants issus de relations différentes. Elle vit à moitié avec le père de Colin, Fred, parce qu’ils sont ensemble sans vivre ensemble. Ils font partie de ces couples modernes mais Marianne en a marre et veut un retour au traditionnel couple marié.
on l’aime parce que : Les coups de gueule de Marianne sont mythiques. Il y a une complète antinomie entre son métier de médecin à l’écoute dans un service de gériatrie et son caractère de femme plutôt désagréable envers autrui au point de mettre des coups de boule si nécessaire…

Nora (Naidra Ayad), mère de Djenna et Théodore, un petit garçon différent dans son monde qui nécessite une attention particulière, elle connaît une crise de couple avec Julien, son mari. L’éducation de Théodore est en cause entre autres. Nora a un BAC + 6 – étude comparative des grands auteurs américains qu’elle a dû mal à faire valoir dans sa profession de traductrice. Elle et sa famille vivent des fins de mois difficiles.
➥ on l’aime parce que : Nora est touchante dans ses difficultés à trouver un boulot à la hauteur de son potentiel et de faire face à son fils différent. Elle se sent désemparée ce qui crée des tensions avec son mari. Une crise de couple qui surplombe le quotidien d’une femme dépassée.

Gil (Zabou Breitman) partie à Tahiti pendant 10 ans, elle revient à Paris régler des problèmes familiaux et revoir ses enfants, William (28 ans), Léo (25 ans) et Manon (20 ans). Un retour qui n’est pas accueilli avec enchantement par ses enfants. Gil révèlera-t-elle la vraie raison de son retour ?
➥ on l’aime parce que : Gil est mystérieuse et unique en son genre. Même si distante du téléspectateur au départ, au fur et à mesure, on rentre dans l’intimité de cette femme fascinante qui  va, en effet, révèler un secret inimaginable à ses enfants lors du dernier épisode. Étonné, vous serez !

Toutes les actrices ont fait un travail remarquable pour donner vie à leurs personnages et chacune parvient à toucher le téléspectateur par son histoire.

A noter que Paris Etc. c’est une idée originale de Maïween reprise par Zabou Breitman. La musique est signée Benjamin Biolay et dans les guest-stars du beau monde comme Denis Podalydès, Mélanie Doutey, Thomas VDB ou Michel Jonasz.

 

Ma note saison 1 :

 

A voir sur Canal + !

 

Lubiie

Plus de 16 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

Cet article a 2 commentaires

  1. leon

    j’ai regardé hier , pour moi c’est assez sympa , par contre il est tres desagréable d’avoir le générique toutes les 30 minutes . Sans doute cela paut etre diffussé comme demain nous appartient ou plus belle la vie …… mais c’est assez penible a suivre les 3 épisodes a la suite . les flash back en noir et blans dans le passé je ne vois ce que cela vient faire ici . Un oeu deçue je n’ai pas regardé la fin le 3 eme episode …..

    1. Lubiie

      Comme c’est une série de 30 minutes à chaque épisodes sont génériques 🙂 les flashbacks sont sympa ils rappellent le Paris d’antan ^^
      Dommage que la série ne vous ait pas plu ça arrive. Merci pour votre avis.

Laisser un commentaire